Innovation

L’invention du moteur à eau fonctionne-t-elle vraiment ? Fake ou réalité ?

Deux inventeurs avaient déposé un brevet pour un moteur à eau en 1974, mais cela n'a évidemment pas vraiment plu à l'Etat... Pourtant, il avait l'air de fonctionner !

Depuis le 1er septembre dernier, et si vous êtes utilisateur d’un véhicule à moteur classique, vous avez dû savourer le moment de faire votre plein d’essence ou de gasoil… Après avoir atteint des prix astronomiques, les tarifs sont enfin redescendus à des prix plus raisonnables, notamment grâce aux ristournes effectuées par le gouvernement. D’ailleurs, vous avez aussi pu constater que les stations Total étaient prises d’assaut, puisque le groupe pétrolier français a choisi une remise encore plus importante dans son réseau, même pour les plus petites d’entre elles. Mais saviez-vous qu’il existait des moteurs à eau ? Imaginez les économies réalisées si ce type d’engin fonctionnait… Cela ne rapporterait certes pas de deniers au compte de l’Etat, mais allégerait considérablement notre budget. Alors, les moteurs à eau fonctionnent-ils vraiment ? On vous explique tout !

Un moteur à eau, comment est-ce possible ?

Depuis plus de 50 ans, de nombreux inventeurs se sont penchés sur la question du moteur à eau. Etrange puisque l’eau n’apporterait aucune énergie thermique ou mécanique, et ne contient aucune énergie utilisable… Ce qui ne semble pas avoir dérangé Jean Chambrin, ingénieur rouennais et Jack Jojon. Les deux hommes ont, en effet, déposée en 1974, un brevet d’invention pour un “moteur à combustion en vue de son alimentation avec un carburant additionné d’eau”. Et ces deux inventeurs ont même testé leur moteur sur une Citroën, qui semble s’être déplacée comme n’importe quel véhicule… A la différence que son moteur fonctionnait donc avec de l’eau !

"1L/100 de Gain sur Transit Custom, 2L/100 de GAIN Sur Scudo"
“1L/100 de Gain sur Transit Custom, 2L/100 de GAIN Sur Scudo”. Crédit photo : Eco L’eau

Comment fonctionne ce moteur à eau ?

L’appareil utilise la marmite de Séguin pour commencer à briser les molécules d’eau en hydrogène et oxygène ; le système est aidé par l’électronique qui fournit un courant électrique puissant, ce qui réduit la température de 2 000/2 300 °C à 700/80 °C. Concrètement, le moteur ne fonctionne pas avec 100% d’eau pour carburant, mais avec 60% d’eau additionné de 40% d’alcool. Et apparemment, il fonctionnait puisque les autorités françaises de l’époque ont demandé une expertise sur l’intérêt technique et économique de cette invention. Expertise qui s’est évidemment traduite par un refus, dénoncé par l’inventeur comme une manipulation de l’industrie automobile et des lobbies pétroliers. A l’évidence, les moteurs alimentés à l’eau rapporteraient bien moins que ceux alimentés à l’essence ou au gasoil, depuis toujours largement taxés par l’Etat ! Chambrin part donc exploiter son invention au Brésil, un pays un peu moins regardant que la France apparemment…

À LIRE AUSSI :  Les casques à cornes ne proviendraient pas des vikings mais d’une autre civilisation

En l’an 2000, le retour du moteur à eau

Le modèle de Chambrin n’est plus d’actualité mais un nouveau moteur thermique avec ajout d’eau revient dans les années 2000. Concrètement, en injectant d l’eau dans le moteur, elle s’évapore sous l’effet de la chaleur et réduit la température de combustion. Ce qui permet donc d’améliorer les performances du moteur mais également de réduire la production de certaines molécules polluantes. Ce système fonctionnait déjà dans les années 30 sur les avions de combat Messerchmitt. Cela engendrerait des économies de carburants de 10 à 15% ainsi que la réduction des gaz polluants. Pour conclure, un moteur à eau pourrait donc fonctionner, si les autorités le permettaient. Ce qui ne veut pas dire qu’il suffirait de remplir son réservoir au tuyau d’arrosage… En attendant, le moteur à hydrogène semble fonctionner, lui !

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, j'aime parler d'actualités, d'environnement et de ce qui se rapporte aux sciences et à la psychologie. Je suis passionnée par les animaux en général et par tout ce qui touche à leur bien-être.

5 commentaires

  1. Un moteur de 4 cylindres , 2 à essence et 2 à l’eau.
    Voici comment: l’hexaust des 2 cylindres à essence deviennent les 2 intakes des 2 cylindres à eau.
    Dans le cylindre surchauffé par l’exhaust du cylindre à essence, on injecte de l’eau déjà chauffée par les gaz d’échappement.
    L’eau se transforme en vapeur d’où vient l’énergie de l’eau.

  2. Je me suis toujours demandé pourquoi il n’y a pas de moteurs à Hydrogène qui fonctionnent avec de l’eau ?
    Entre la marmite de Seguin, l’électrolyse,la thermolyse, la radiolyse… Il y a plein de solutions pour le craquage de l’eau !
    Ensuite il suffit de filtrer l’oxygène bien plus gros pour avoir un moteur qui en plus de ça dépollue en recrachant du dioxygène. Non ?

  3. Le 1er janvier 1981, j’ai fait fonctionner un moteur 2 temps que j’avais transformé, suite à 6 mois de mise au point, uniquement avec de l’eau , pendant 3 minutes.
    Il tourait à 6000 tours et je sentais la puissance de Hydrogène (4 fois plus puissant qu’un moteur à essence).
    J’ai arrêté mes essais à cause du bruit.
    Deux jours plus tard j’ai reçu une lettre du syndic des copropriétaires d’Argenteuil qui me demandait d’arrêter mes essais sur le balcon du 7ème étage.
    Je me suis dit: “Jean-Claude, si j’ai réussi, d’autres ont dû le faire avant moi”.
    C’était faux, car aujourd’hui nous sommes en 2022 et personne ne sait le faire. il faut connaître tous les métiers que je connais pour pouvoir le réaliser.
    Le moteur est le moteur à hydrogène craqué. Je l’ai appelé “HYDROCRAK”.
    J’ai 80 ans et je suis retraité après 40 ans de technique chez PSA.
    Je suis à la disposition de celui qui voudra offrir à notre pays “l’invention du siècle”.
    Quand le moteur tourne, l’eau ressort au pot d’échappement et peut être réutilisée. C’est un morceau du mouvement perpétuel.
    Il n’y a aucune pollution, sauf son bruit d’explosion strident qu’il faudra atténuer. Le seul danger est que l’eau gèle l’hiver.
    A bientôt pour tout complément d’information.

  4. L’eau n’est pas un carburant. Si il faut de l’énergie pour casser la molécule d’eau, ce n’est plus un moteur à eau. Comme la locomotive a vapeur, il fallait des tonnes de charbon pour avoir la vapeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page