Oleo est une éponge réutilisable pouvant absorber 90 fois son propre poids en hydrocarbures. 

Véritable fléau pour l’environnement tout comme le plastique, on compte plus de 14 600 tonnes d’hydrocarbures déversés dans les océans depuis 2017. Souvent qualifiées par les médias de catastrophes écologiques majeures, les marées noires ont de terribles conséquences pour la survie de la faune et de la flore marine.

En effet, les conséquences environnementales sont très importantes et nuisent durablement aux écosystèmes et populations vivant à proximité du littoral contaminé. Ces hydrocarbures lourds englue littéralement tout ce qu’ils touchent pour leur inoculer l’ensemble des composants toxiques.

Une opération de nettoyage efficace implique normalement de collecter les accumulations, de réduire l’étendue géographique et de permettre le rétablissement de l’état naturel. Les méthodes de nettoyages agressives peuvent causer des dégâts supplémentaires irrémédiables.

Développée par des scientifiques du laboratoire d’Argonne, situé près de Chicago aux Etats-Unis, Oleo se propose tout au long de sa vie de récupérer pas moins de 450 litres d’hydrocarbures.

Cette technologie a le grand avantage de les récupérer à la surface mais également en profondeur grâce à sa structure fabriquée en mousse de polyuréthane traité avec des nanoparticules attirant les polluants.

Seth Darling cofondateur du procédé a contribué à plus d’une centaine de tests en essorant l’éponge et après chaque utilisation, aucune décomposition n’a encore été observée. Cela en ferai donc un matériel entièrement réutilisable avec lequel il est possible de recycler le pétrole.

Cette éponge assez peu conventionnel pourra alors être placée dans les ports de façon à capter les polluants des bateaux mais aussi en pleine mer comme protection de rivages ou comme solution de captation sur les nappes de polluants.

Selon l’équipe de chercheurs, il sera également possible d’insuffler d’autres molécules captatrices pour récupérer d’autres types de déchets.

Encore en phase de tests, on peut espérer un déploiement prochain. À l’issue des différents tests et si le principe est utilisé à large échelle, on estime qu’il est possible de nettoyer les océans en seulement 5 petites années. 

voir + de vidéos

Via : anl.gov et itopf.com

165 Partages
Partagez135
Partagez18
+16
Tweetez4
Enregistrer2