Innovation

Premier succès d’un traitement CRISPR intraveineux sur une maladie génétique

Pour la première fois, des chercheurs ont réussi à soigner une maladie génétique avec un traitement CRISPR. Cette avancée médicale montre tout le potentiel de l’édition génomique.

Les CRISPR (Clustered Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats) sont en génétique de courtes répétitions palindromiques groupées et régulièrement espacées. Ces familles de séquences répétées dans l’ADN donnent la possibilité de corriger les mutations génétiques. Rappelons que ces mutations peuvent être dangereuses. Elles sont responsables de plus de 6 000 pathologies.

Une méthode d’utilisation des CRISPR pour traiter les maladies consiste à retirer les cellules affectées d’un patient. La mutation est corrigée en laboratoire et la modification génomique est introduite dans le corps pour se répliquer. La méthode a montré son efficacité pour soigner des personnes atteintes de drépanocytose avec de nouvelles cellules de moelle osseuse.

Un défi de taille

L’injection intraveineuse a toujours posé un problème. Néanmoins, des chercheurs des laboratoires américains Intellia Therapeutics et Regeneron Pharmaceuticals semblent avoir trouvé la solution. Le développement de traitements CRISPR par injection intraveineuse se heurte à une difficulté majeure. Les ciseaux moléculaires doivent en effet trouver les bonnes cellules à modifier au risque de propulser la mutation héréditaire dans l’ADN de chaque cellule de notre corps. S’il ne vise qu’un trouble au niveau du foie, le traitement ne doit pas agir sur d’autres organes comme les reins ou le pancréas.

Un test ADN pour détecter certaines maladies et prolonger la vie de nos chiens

Des résultats prometteurs contre l’amylose à transthyrétine

Lors d’un essai clinique de phase 1, les chercheurs d’Intellia Therapeutics ont procédé à une injection intraveineuse d’une solution CRISPR baptisée NTLA-2001 sur six patients. Ces derniers sont atteints d’une maladie du foie héréditaire rare et potentiellement mortelle qui est l’amylose à transthyrétine. À noter que ce trouble pousse le foie à produire une protéine destructrice. Le traitement CRISPR a été conçu pour cibler le gène responsable de ce phénomène. Après une seule injection de NTLA-2001, les trois patients ayant reçu une dose plus élevée ont vu leur taux de protéine chuter de 80 à 96 %.

Premier succès d'un traitement CRISPR intraveineux sur une maladie génétique
Crédit photo : Shutterstock / vchal

En outre, la thérapie n’a produit que des effets indésirables légers. Il est pour l’heure impossible de savoir si la baisse de la quantité de protéines est permanente. Il faudra attendre plusieurs semaines voire des mois pour le découvrir. Jennifer Doudna est en tout cas satisfaite de ces résultats préliminaires. À noter que la biologiste moléculaire de l’université de Californie à Berkeley a développé la technique d’édition génomique CRISPR utilisée pour le NTLA-2001. Elle n’a cependant pas pris part à l’expérimentation.

L'homme serait génétiquement équipé pour transformer sa salive en venin

L’édition génomique intraveineuse pour soigner d’autres maladies

Les résultats très prometteurs du NTLA-2001 ne concernent pas que l’amylose à transthyrétine. Ils laissent entrevoir la possibilité de recourir à la modification génomique par voie intraveineuse pour soigner d’autres troubles génétiques difficiles à cibler, notamment les maladies cérébrales et cardiaques. « C’est un jour merveilleux pour l’avenir de l’édition des gènes en tant que médicament », a exprimé Fyodor Urnov, un autre professeur de génétique à l’université de Californie à Berkeley.

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page