Animaux

Un « super sens électrique », une nouvelle étude révèle que les dauphins seraient dotés de « super-pouvoirs »

Les apparences sont parfois trompeuses, surtout dans le monde marin. Découvrez la fascinante histoire du dauphin à gros nez et de ses mystérieuses fossettes qui abritent un super-pouvoir électrique révélé par des chercheurs de l'Université de Rostock.

Aussi étrange que cela puisse paraître, le dauphin se classe à la 4ᵉ place des animaux préférés des Français, derrière le chien, le chat et le cheval, selon le site Echosciences. Et pourtant, nous n’avons pas l’occasion de caresser un dauphin au quotidien ! Cet animal marin fascine par son intelligence, sa gentillesse et sa jovialité, largement popularisée par la série télévisée Flipper le dauphin et d’autres œuvres cinématographiques. Quant au grand dauphin (dauphin à gros nez), il fascine les chercheurs de l’Université de Rostock (UR) en Allemagne. En effet, ils auraient découvert un nouveau super-pouvoir de cette espèce. Ce pouvoir proviendrait de leur museau et de ce que l’on pensait être une simple empreinte physique et les aiderait à se diriger de manière précise à travers les océans du monde. Décryptage.

D’où proviendrait ce super-pouvoir ?

Lorsqu’ils naissent, les bébés dauphins à gros nez sortent la queue en premier et sur le nez, ils présentent deux fines rangées de moustaches. Ces moustaches ressemblent à celles d’un autre animal marin : le phoque. Quelques jours après leur naissance, ces moustaches tombent et laissent place à de petites fossettes, appelées « fosses vibrissales ». Alors que l’on pensait que ces fossettes étaient une simple caractéristique du dauphin à gros nez. En réalité, elles pourraient être des récepteurs électriques utilisés dans l’orientation de l’animal ou sa recherche précise de nourriture, apprend-on sur le descriptif fait par le site phys.org.

Autrefois considérés comme des vestiges, les minuscules fosses situées sur le museau des dauphins se sont révélées être un élément important de leur perception du monde.
Autrefois considérés comme des vestiges, les minuscules fosses situées sur le museau des dauphins se sont révélées être un élément important de leur perception du monde. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Quelles sont les observations effectuées par les scientifiques ?

Deux chercheurs de l’UR, Tim Hüttner et Guido Dehnhardt, se sont penchés sur les petites fosses laissées après la perte de leurs fines moustaches. Ils ont ainsi observé une similitude frappante avec les structures permettant aux requins de détecter les champs électriques. Intrigués par cette ressemblance, ils ont lancé une étude visant à déterminer si ces fosses fonctionnaient de manière similaire chez les dauphins. Après avoir examiné attentivement ces fossettes, ils ont constaté que les fosses résiduelles partageaient des caractéristiques avec les structures électro-sensorielles des requins.

Comment ont-ils testé leur découverte sur les dauphins ?

Pour découvrir à quel point les grands dauphins sont sensibles aux champs électriques produits par les formes de vie dans l’eau, les chercheurs se sont associés à Lorenzo von Fersen du zoo de Nuremberg et à Lars Miersch de l’université de Rostock. Pour ce test grandeur nature, deux dauphines, Donna et Dolly, ont été choisies. L’exercice consistait à détecter un poisson enfoui dans un fond sablonneux. Les chercheurs ont d’abord habitué l’animal à poser la mâchoire sur une barre métallique immergée, puis à nager dans les cinq secondes suivant le champ électrique ressenti produit par des électrodes situées au-dessus du museau. Le champ électrique de départ était de 500 µV/cm, puis a progressivement baissé jusqu’à 2 µV/cm. Donna et Dolly ont évidemment montré une sensibilité aux champs les plus forts, mais également aux champs les plus faibles : 2,4 µV/cm pour Donna et 5,5 µV/cm pour Dolly.

Le super sens électrique des grands dauphins pourrait les aider à parcourir le monde
Le super sens électrique des grands dauphins pourrait les aider à parcourir le monde. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Les chercheurs ont ensuite pulsé des champs électriques, 1, 5 et 25 fois par seconde, tout en réduisant l’intensité du champ. Et bien entendu, les deux dauphines ont trouvé le poisson enfoui avec succès. « La sensibilité aux champs électriques faibles aide les dauphins à rechercher les poissons cachés dans les sédiments au cours des derniers centimètres avant de les attraper », a déclaré Guido Dehnhardt. Et, pour lui, il est certain que ces fossettes sont un nouveau super-pouvoir des dauphins, qui n’avait pas encore été identifié. Vous pouvez retrouver l’intégralité de l’étude sur la revue journals.biologists.com. Que pensez-vous de cette découverte scientifique ? Donnez-nous votre avis, ou partagez avec nous, votre expérience. Merci de nous signaler toute erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Phys.orgJournals.biologists.com

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page