Parcourir des photos ou des cartes postales anciennes à quelque chose de magique et de mystérieux en même temps. Nous déambulons dans des quartiers témoins d’une autre époque et d’événements historiques qui ont marqué l’histoire.

Le contraste entre ces temps passés et notre monde contemporain est flagrant, pourtant, certains monuments n’ont pas changé, tels des gardiens d’une autre époque et de temps révolus.

L’espace d’une journée, nous avons endossé notre panoplie de voyageur temporel en intégrant des scènes de la vie de tous les jours ou de grands événements de l’histoire dans nos paysages modernes. Le résultat est surprenant !

Les Lyonnais (pardon, les Gones) reconnaîtront ces lieux cultes, pour les autres, je vous invite à découvrir notre ville comme vous ne la verrez sans doute jamais !

Fenetre -temporelle-Lyon-Primatiale-Saint-Jean

Cathédrale Saint-Jean – Carte postale oblitérée en 1916

La primatiale Saint-Jean-Baptiste-et-Saint-Étienne (appelé plus couramment, cathédrale Saint-Jean) est le siège épiscopal de l’archidiocèse de Lyon. Sa construction s’étale sur plus de trois siècles, de 1175 à 1480. Elle a rang de cathédrale et de primatiale : l’archevêque de Lyon a le titre de Primat des Gaules. Elle est située dans le cinquième arrondissement de Lyon, au cœur du quartier médiéval et Renaissance du Vieux Lyon, dont elle est un des éléments marquants.

 

Fenetre -temporelle-Lyon-Gare-Des-Broteaux

La Gare des Brotteaux, au début du xxe siècle

La gare de Lyon-Brotteaux est une ancienne gare française à voyageurs du quartier des Brotteaux, aujourd’hui désaffectée. Elle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques

 

Fenetre -temporelle-Lyon-Eglise-Saint-Bonaventure

Église Saint-Bonaventure – 1870-1918

L’église Saint-Bonaventure est l’une des églises lyonnaises de la presqu’île, située sur la place des Cordeliers. C’est le seul édifice médiéval qui reste en place après les travaux de percée de la rue Impériale (aujourd’hui rue de la République), sous le second Empire par le préfet Vaïsse.

 

Fenetre -temporelle-Lyon-Palais-de-la-Bourse

Le palais de la Bourse vers 1890–1905

Le palais de la Bourse ou palais du Commerce est un édifice situé dans le 2e arrondissement de Lyon. Il abrite actuellement le siège de la Chambre de commerce et d’industrie de Lyon. Il est bordé par la place des Cordeliers au sud en face de l’église Saint-Bonaventure (photo ci-dessus)

 

Fenetre -temporelle-Lyon-Place-des-Terreaux-Hotel-de-ville-1918

La place des Terreaux 1918

La place des Terreaux tire son nom du fait qu’elle fut implantée sur un ancien lit du Rhône, qui fût comblé de terre. Le terrain devint une place publique pavée à partir du XVIIe siècle. A la fin du XIXe siècle, la municipalité fait appel à Bartholdi, sculpteur de la Statue de la Liberté, pour doter la place d’une fontaine. Cette fontaine (déplacée depuis quelques années), originellement réalisée pour la ville de Bordeaux, représente une femme menant un char tiré par quatre chevaux symbolisant la Garonne et ses 4 affluents se jetant dans l’océan. Elle fut classée monument historique en 1995.

 

Fenetre -temporelle-Lyon-defile-allemand-republique

Rue de la république / Place le Viste : 11 novembre 1942

Place le Viste – 11 novembre 1942, les Allemands envahissent la zone libre, occupant Lyon pour la deuxième fois.

 

Fenetre -temporelle-Lyon-Pont-Wilson-1940

Pont Wilson le 7 septembre 1944

Pont Wilson le 7 septembre 1944. Des soldats américains et des civils se protègent de snipers allemands au niveau du pont Wilson. Cliché tiré des archives américaines.

 

Fenetre -temporelle-Lyon-Pont-Tilslitt

Pont Tilsitt – 1944

Pont Tilsitt – La fuite des Allemands. Sur 28 ponts que compte Lyon, 26 sont détruits par l’armée Allemande en retraite. (Crédit photo Emile Rougé – Coll. Simone Ordan)

 

Fenetre -temporelle-Lyon-Republique-1945

Immeuble le Progrès (Fnac) Les Lyonnais fêtent la libération : 3 septembre 1944

La rue de la République : La libération de Lyon. Les Lyonnais fêtent leur libérateurs, le 3 septembre 1944 pour assister au défilé des alliés. La foule a symboliquement investi le siège du journal “Le Progrès” qui s’était saboté en 1942 et dont les locaux étaient devenus la vitrine de la Milice Lyonnaise. Sur le bâtiment flotte désormais le drapeau tricolore. (Crédit photo Emile Rougé – Coll. Simone Ordan)

 

Fenetre -temporelle-Lyon-DeGaulle-Republique

De Gaulle remonte la rue de la République après la libération de Lyon en septembre 1944

Rendons à César ce qui appartient à César- Quand nous avons vu la superbe série Paris. Fenêtres sur l’Histoire de Julien Knez (aka Golem13) nous avons été complètement subjugués par ses photographies historiques se fusionnant à la perfection avec les décors contemporains. Il a d’ailleurs publié un très beau recueil avec plus de 80 photographies de Paris. (Disponible : Fnac ou Amazon)

J’espère qu’il ne nous en tiendra pas rigueur, car nous avons décidé de nous inspirer de son superbe travail pour photographier notre chère capitale des gaules.

4 Réponses

1,61K Partages
Partagez1,60K
Enregistrer11
Tweetez3
Partagez2
+11