Le nickel est communément utilisé pour produire de l’acier inoxydable et des pièces de monnaie, mais il rentre aussi dans la fabrication de batteries rechargeables. Bien que le métal gris tende sur une interdiction en 2022, il avait atteint le 16 août un pic de production très notable.

Pourquoi l’acier inoxydable ?

L’acier inoxydable, couramment appelé acier inox ou inox, est un acier avec 10,5 % de chrome, dont la propriété principale est d’être peu sensible à la corrosion et de ne pas se dégrader en rouille. Il est devenu indispensable dans de nombreux domaines : les ustensiles de cuisine, les objets usuels, la médecine ou encore dans le bâtiment. Il a la particularité d’être entièrement recyclable, ce qui touche et intéresse un grand public.


A lire également : Un nouveau métal super-hydrophobe qui fait rebondir les gouttes d’eau.


Dans l’industrie, il est plus facile de trouver de l’inox. Ce matériel supporte tous les fluides, qu’ils soient volatils ou liquides. Un avantage qui n’est pas à négliger pour l’utilisation sur terrain pouvant être exposé à des risques.

Vidéo : Métaux rares : la prochaine guerre commerciale ?

L’inox présente également une durée de vie bien supérieure aux autres matériaux comme l’aluminium. De par sa composition, il n’est pas, ou peu, soumis à la corrosion et l’oxydation. Un avantage apprécié par le corps médical par exemple, lieu où prône la propreté et la politique du « zéro microbe », puisqu’il peut être stérilisé sans craindre de voir apparaître de la rouille ou tout corps non propre.

Le nickel : une ressource sans limite ?

En Indonésie, lieu principal de fabrication du nickel, la production ne cesse d’augmenter. D’un point de vue économique, cela représente un essor fulgurant pour la Nouvelle-Calédonie. Cependant, le discours est tout autre du côté écologique. Le nickel est un des éléments indispensables à la fabrication de nombreux outils comme les batteries rechargeables. A petite échelle, le public se tourne vers les téléphones, ou à une plus grande échelle, la discussion se dirige vers les voitures électriques, en plein boom.

Afin d’extraire ce matériau, la création de mines est une priorité. Les ressources naturelles sont effectivement sous terre et demandent de la main d’œuvre, de l’outillage de qualité et du temps. Le plus souvent, ces mines sont exposées au jour et peuvent donc être soumises aux intempéries, pouvant retarder la production. Même si le cours du nickel se voit embelli du côté Calédonien, une pénurie pourrait être envisagée dès 2020. Toutefois, il existe un stock en Chine qui pourrait atténuer le déficit, mais uniquement à court terme.

Photo de couverture de Putu Artana / Shutterstock