La popularité du Bitcoin (BTC) et des altcoins a fait découvrir la blockchain au monde entier en 2017, mais l’engouement pour cette nouvelle technologie a perdu de l’ampleur lors de l’année dernière.

Après avoir frôlé la barre des 20 000 $ en décembre 2017, le prix du BTC a ensuite dégringolé pour atteindre 3 208 $ le 15 décembre 2018, son point le plus bas depuis le début du dernier bear market.

Malgré la tendance baissière qui affecte le marché, la blockchain est utilisée pour répondre à de nombreux besoins. Nous en avons recensé trois.

Trading de cryptomonnaies

Source de l’image : Pixabay.

La blockchain permet l’échange de tokens digitaux sur des plateformes de trade de crypto monnaie comme Binance, Bitfinex et eToro. Sur ces interfaces, de nombreux utilisateurs suivent de très près l’évolution du marché pour effectuer des opérations rapides ou encore des investissements sur le long terme. Ainsi, ils tentent d’anticiper la hausse ou la baisse du cours de devises digitales telles que le Bitcoin, l’Ethereum (ETH) ou encore le Ripple (XRP) dans l’espoir de réaliser un gain. Cela dit, avant de se lancer tête baissée dans le trading de coins virtuels, il est préférable de consulter des sites spécialisés qui enseignent les techniques de base à maîtriser. De même, il est conseillé de se doter d’un portefeuille pour stocker les différentes monnaies virtuelles.

Traçabilité de la chaîne d’approvisionnement

International Business Machines (IBM), la société ayant conçu l’ordinateur qui a battu le champion d’échecs mondial, travaille avec des organisations comme Walmart et Carrefour pour améliorer la traçabilité des aliments dans la chaîne d’approvisionnement des marchandises. Pour ce faire, les entreprises misent sur le projet « IBM Food Trust », lequel s’appuie lui-même sur la blockchain. Comme l’information enregistrée sur la blockchain ne peut pas être altérée, cette technologie est utilisée par les organisations pour suivre le parcours des marchandises avant qu’elles n’atteignent leurs succursales. Le but ultime est d’éviter que des aliments impropres à la consommation ne soient achetés par des clients.

Optimisation des opérations bancaires

Les institutions financières cherchent toujours à innover dans le but de demeurer profitables. BNP Paribas, première banque sur le continent européen, a utilisé la blockchain pour réaliser une transaction impliquant une souscription au sein d’un fonds de placement. Cette initiative avait comme objectif d’éviter de devoir faire appel à de nombreux intermédiaires pour assurer la gestion du processus. Plutôt que de prendre une demi-journée, l’opération a pu être effectuée de manière instantanée. De son côté, HSBC a également utilisé cette technologie révolutionnaire pour échanger l’équivalent de 250 milliards de dollars en devises étrangères. Selon Richard Bibbey, responsable monde par intérim des activités de change et matières premières chez HSBC, la blockchain a permis à l’organisation d’améliorer ses capacités de traçabilité et de documentation des transactions réalisées dans une dizaine de pays.

Bien que la blockchain n’en soit qu’à ses balbutiements, certaines industries prouvent que cette technologie peut avoir des utilités concrètes. D’ailleurs, la NASA a récemment annoncé qu’elle étudiait la possibilité de se servir de la blockchain pour se défendre contre des cyberattaques.

Crédit photo de couverture : Blockchain technology.  De phive/Shutterstock