De Kubrick à nos jours : Dans l’imaginaire collectif, un des premiers exemples d’intelligence artificielle qui ait marqué les esprits des fans de science-fiction a été l’ordinateur HAL 9000 (Carl 500 en VF) du film mythique de Stanley Kubrick « 2001 : L’Odyssée de l’espace », sorti en 1968.

Dans la vraie vie, personne ne peut oublier ce moment au cours duquel l’ordinateur IBM Deep Blue a battu le russe champion mondial d’échecs Garry Kasparov.

L’intelligence artificielle est, par définition, une intelligence simulée par une machine. Des machines programmées pour « penser » comme un être humain, et imiter la manière d’agir de vraie personnes. Leurs objectifs et leurs développements suscitent depuis de nombreuses années différentes interprétations, fantasmes et inquiétudes, à tort ou quelques fois à raison…

Un futur prometteur

Aujourd’hui, l’intelligence artificielle promet de révolutionner des secteurs clés pour la société et l’économie mondiale comme la santé, le transport et l’agriculture. Pour cela, la Commission Européenne a annoncé en avril dernier son intention d’augmenter de 70% ses investissements d’ici 2020 dans le secteur de l’intelligence artificielle. En 2016, les investissements européens en intelligence artificielle atteignaient un total de 3,2 milliards d’euros environ, bien au deçà de ce qui a été investi en Asie (environ 10 milliards d’euros), ou aux États-Unis (18 milliards d’euros). Mieux : « Comme les engins à vapeur ou électriques l’ont fait dans le passé, l’intelligence artificielle est en train de transformer notre monde » a déclaré le Vice-président de la Commission Européenne, Andrus Ansip, à la presse.

Photo par Maurizio Pesce, CC 2.0

Sundar Pichai, PDG de Google.

L’intelligence artificielle dans nos vies

Mais l’impact de l’intelligence artificielle dans nos vies est déjà bien réel. Lors de la Google Conference 2018 qui a eu lieu début mai, le géant technologique américain a bluffé la planète avec son assistante virtuelle. Lors de sa présentation, le PDG de Google Sundar Pichai, a fait une démonstration impressionnante. Une assistante virtuelle capable de passer un appel en imitant parfaitement la voix et les expressions humaines pour interagir avec un vrai être humain pour prendre un rendez-vous chez le coiffeur. Cette démonstration à démontré au public que l’intelligence artificielle avance à grands pas pour occuper un espace de plus en plus significatif dans les interactions entre humains et machines.

Sans aller aussi loin que l’assistante virtuelle de Google, l’intelligence artificielle est déjà bien présente dans notre quotidien. Lors d’un voyage en avion, par exemple, c’est le pilote automatique qui est aux commandes la plus grosse partie du temps. Selon un rapport du journal américain The New York Times, un vol commercial de Boeing n’implique que sept minutes de vol dirigé par un pilote humain, généralement pendant le décollage et l’atterrissage. Lorsque des courriels arrivent directement dans votre dossier « spam », ou quand ils sont catégorisés automatiquement dans  différents dossiers, il faut également remercier l’intelligence artificielle. Ceci est aussi valable lorsque votre site préféré de vidéos à la demande vous suggère un nouveau film par rapport à ce que vous avez regardé auparavant, ou quand vous formulez une question ou demandez une information à assistant vocal de votre smartphone.

Les machines affrontent les êtres humains

L’intelligence artificielle a également débarqué dans le monde du poker, connu pour être un jeu d’adresse dans laquelle les caractéristiques psychologiques sont extrêmement importantes. Les premières expériences qui ont vu s’affronter intelligence artificielle à de vrais joueurs de poker ont eu lieu en 2015, lorsqu’une machine nommée « Claudico » a perdu face à une équipe de quatre joueurs professionnels de poker, même si elle a réussi à remporter quelques mains…

Cependant, et comme preuve de cette rapide évolution technologique, un nouveau test a été réalisé en janvier 2017 avec un ordinateur beaucoup plus sophistiqué. Cette fois-ci, « Libratus » a affronté quatre des meilleurs joueurs de poker du monde pendant un tournoi de vingt jours qui a eu lieu au River Casino de Pittsburgh, aux États-Unis. Les joueurs ont joué au Texas Hold’em pendant plus de onze heures chaque jour face à une machine. Le résultat, une victoire écrasante de « Libratus », qui a gagné un total de 1,7 millions de dollars (argent symbolique).

En avril 2017, un nouvel essai a encore vu triompher la machine face à l’humain, mais cette fois-ci en Chine, et pour de l’argent réel. En effet, le système d’intelligence artificielle « Lengpudashi » a battu un groupe de joueurs de poker et a gagné plus de 290 000 dollars dans une compétition qui a duré près de cinq jours.

Les limites de la technologie

Il est certain que cette victoire de la machine face à l’être humain a étonné non seulement le monde du poker, mais également tous les autres secteurs. Car, si les machines sont assez intelligentes pour battre des humains dans un jeu qui requiert de l’habilité, de l’intuition et du bluff, jusqu’où peuvent-elles aller ?

En effet, l’utilisation de l’intelligence artificielle soulève de nombreuses questions en matière de sécurité et d’éthique. La peur d’un “soulèvement des machines” comme dans  « 2001 L’Odyssée de l’Espace » ou encore “Terminator” est belle et bien présente dans les esprits. Mais au delà de ce regard apocalyptique, l’usage de ce type de technologie et la sécurité que les machines peuvent offrir montre d’ors et déjà des limites. En mars 2018, un accident impliquant une voiture autonome, qui a renversé et tué une piétonne dans l’état américain de l’Arizona, ont obligé Uber à arrêter leurs essais avec des voitures sans conducteurs, bien que la société pense aujourd’hui utiliser des drones pour assurer des services de livraison.

Sans aucun doute, l’intelligence artificielle réserve un grand potentiel pour améliorer et faciliter la vie des êtres humains. Mais, comme toute technologie, il faudra trouver le bon équilibre pour mieux en tirer profit tout en évitant au maximum les dérapages.

0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez
+1