Le handicap d’un enfant pourrait ne plus être un obstacle dans les aires de jeux… Si seulement les municipalités suivaient l’exemple de la ville de Neuchâtel en Suisse !

On sait que le handicap est un frein à l’insertion sociale et notamment quand il s’agit des enfants obligés de se déplacer en fauteuil roulant. Le mobilier urbain est souvent inadapté (trottoir, tables de pique-nique) et il y a encore tant d’effort à faire pour que les endroits de divertissement des enfants et des adultes soient accessibles à tous.

Nous avons trouvé deux exemples d’aires de jeux accessibles aux enfants en fauteuils roulants, l’une à Neuchâtel en Suisse et l’autre à Uckange en Moselle. On espère qu’il y a d’autres exemples dans notre pays ou du moins que cela donnera des idées à d’autres villes en France ou ailleurs !


A lire également : Ce papa imprime des jeux de société sur des draps pour occuper les enfants dans les hôpitaux


A Neuchâtel, c’est une nacelle-balançoire qui a été installée dans une aire de jeux existante (Jardin Anglais). Ce nouveau matériel a été lancé par l’association Cerebral Neuchâtel et financé par le Rotary Club du canton. La nacelle-balançoire est désormais accessible à tous, ou plutôt seulement aux enfants en fauteuil roulant. Ils peuvent enfin jouer dans un espace réservé aux enfants, qu’ils soient valides ou en situation de handicap.

A LIRE AUSSI SUR NEOZONE :
Gecko Traxx : un pneu "seconde peau" tout-terrain pour les fauteuils roulants

Vidéo : Aire de jeux universelle, manège et balançoire

En Moselle, c’est à l’intérieur de l’Institut d’éducation motrice que cinq installations ont été réalisées en 2015. Un manège et une double-balançoire sont accessibles aux enfants en fauteuils roulants dans cet espace partagé avec une école maternelle et une école primaire. Le site d’Uckange sert d’ailleurs de support d’expérimentation pour que des espaces publics soient aménagés de la sorte !

Déjà 4 ans donc que ce parc a été installé dans la ville d’Uckange, pourtant cela ne semble pas rencontré de succès auprès des municipalités… Une situation, qui, on l’espère changera bientôt afin que les enfants restent des enfants et puissent s’amuser autant qu’ils le souhaitent même avec un handicap… Il y a encore du boulot on dirait !