Lorsqu’on parle investissement, peu de gens pensent aux matières premières et plus particulièrement aux métaux. Pourtant, au-delà de l’or et de l’argent, les métaux rares sont les rouages indispensables de nos évolutions technologiques.

Alors, quels sont les métaux qui seront indissociables de notre société dans le futur ? Dans quelle mesure les ressources sont-elles limitées ? Faut-il investir dans les métaux en espérant un rendement conséquent ? Voici quelques éléments de réponse.

L’or, la valeur refuge et les autres

Pour beaucoup, l’or reste le métal par excellence dans lequel investir. C’est LA valeur refuge qui sert de parapluie en temps de crise et l’année 2019 devrait être l’une des meilleures pour les investisseurs. La France est d’ailleurs l’un des plus gros importateurs mondiaux de ce métal précieux.

Photo de couverture De Trum Ronnarong / Shutterstock

Investir dans les métaux du futur, la bonne idée ?

Néanmoins, les investisseurs ont bien d’autres options. En temps d’instabilité économique et politique, les métaux précieux ont tendance à faire leurs preuves. Pour exemple, au troisième trimestre 2019, le cours de l’argent a grimpé de 11% tandis que le prix du platinum affichait une progression de 6%.

Ces dernières années, d’autres métaux moins connus du grand public ont également fait les beaux jours des traders. C’est le cas notamment du palladium qui a engrangé un gain à deux chiffres en 2017 et en 2018. Le cours du rhodium afficherait également de belles perspectives. La liste des métaux dont la demande pourrait exploser est d’ailleurs longue : gallium, indium ou encore cobalt et lithium. Leur usage est pour le moment indispensable.

Les métaux rares, une ressource limitée

L’avantage des métaux rares pour les investisseurs est que leur quantité est, par définition, limitée. Cette raréfaction et la dépendance qu’elle entraîne ont d’ailleurs fait l’objet d’un avis détaillé du Conseil économique social et environnemental début 2019. En toute logique, leur prix devrait donc augmenter pour autant qu’ils ne soient pas supplantés par d’autres.

Photo de couverture De Artem Pachkovskyi / Shutterstock

Investir dans les métaux du futur, la bonne idée ?

L’équation reste cependant compliquée. En effet, il est difficile d’évaluer les stocks disponibles et un nouvel eldorado s’ouvre aux industriels : l’extraction dans les océans. Ce mode d’extraction suscite d’ailleurs de nombreux débats et controverses écologiques qui ne manqueront pas de s’accroître dans les prochaines années.

Est-ce facile d’investir dans les métaux du futur ?

C’est bien beau de vouloir investir dans le métal mais en pratique, vous n’allez pas constituer des réserves de rhodium ou de cuivre chez vous. Le plus simple est dès lors de passer par les marchés financiers. Il est relativement facile d’acquérir des produits dérivés liés aux métaux les plus connus tels l’argent ou le cuivre. Néanmoins, si vous vous intéressez à des métaux moins classiques, il sera plus compliqué d’en acheter surtout en petite quantité. Une autre option est donc envisageable : l’acquisition d’actions dans des entreprises qui sont en lien direct avec ce métal ou son exploitation. Si le prix du métal augmente, ces entreprises devraient en bénéficier et donc leurs actionnaires également.

Une chose est sûre :  avec le développement incessant des technologies, les métaux précieux devraient confirmer leur rôle indispensable au quotidien que ce soit dans nos smartphones, nos véhicules ou encore nos modes d’alimentation en énergie.

Photo de couverture De Cinematic Boy / Shutterstock