Captolab, l’invention d’un appareil compact pour quantifier les niveaux de microplastiques dans l’eau

Captoplastic a inventé un équipement autonome capable de se substituer à un laboratoire d’analyse conventionnel. En dépit de sa compacité, le Captolab est en mesure d’identifier et de quantifier les microplastiques dans un échantillon d’eau.

Les microplastiques constituent un danger non seulement pour la planète, mais aussi pour les êtres vivants. En effet, ces particules de très petite taille peuvent pénétrer dans l’organisme à travers les nourritures que nous ingérons et l’eau que nous buvons. Pour prévenir les contaminations, il est donc essentiel de surveiller régulièrement la qualité de l’eau destinée à la consommation. En général, pour ce faire, on prélève un échantillon avant de l’expédier dans un laboratoire pour qu’il puisse être analysé. Cette approche est cependant lente et coûteuse. Pour simplifier les choses, Captoplastic a développé un laboratoire portable pouvant effectuer ce genre de tâche de façon quasi autonome.

Pouvant être manipulé par une personne sans qualification

La jeune entreprise est née au sein de l’université de Madrid, en Espagne. Avec son Captolab, elle espère contribuer à la réduction des risques écologiques et sanitaires liés aux microplastiques. Il s’agit effectivement du premier appareil au monde à être capable d’identifier et de quantifier de tels éléments dans un échantillon d’eau. « L’utilisation de Captolab ne nécessite aucune connaissance préalable ni compétence technique particulière. De plus, en raison du peu d’interaction de l’utilisateur, les erreurs lors de l’analyse sont minimisées, réduisant ainsi le risque de contamination des échantillons. Il s’agit d’une méthode robuste, standardisable, de très haute précision pour tous types d’eau et microplastiques, testée et vérifiée avec différents types d’eau réelle », explique l’entreprise dans un communiqué.

90 % des échantillons d’eau des Grands Lacs présentent des niveaux de microplastiques dangereux.

90 % des échantillons d’eau des Grands Lacs présentent des niveaux de microplastiques dangereux. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Grâce à son fonctionnement autonome, cet équipement innovant peut être manipulé par une personne lambda. Autrement dit, pour l’utiliser, il n’est pas nécessaire d’avoir des compétences particulières, surtout en chimie. De plus, le risque que les rapports soient erronés est particulièrement faible, dans la mesure où l’utilisateur n’a pas à définir des paramètres spécifiques.

Une technologie brevetée

Le Captolab peut analyser n’importe quel type d’eau, même les matrices aqueuses complexes. Il repose sur un procédé d’analyse breveté qui promet une très grande précision. « Le développement de cet équipement autonome n’a pas été une tâche facile, mais nous sommes très fiers d’avoir réussi à le mettre sur le marché. Il s’agit d’un appareil innovant, le premier de son genre à pouvoir quantifier les microplastiques de manière autonome dans n’importe quel échantillon d’eau, ce qui, nous l’espérons, sera très utile pour tous les clients qui ont besoin d’évaluer la qualité de leur eau », a déclaré Raquel Parra, PDG de Captoplastic.

Une rivière polluée par le plastique en Indonésie (15 mars 2023).
Une rivière polluée par le plastique en Indonésie (15 mars 2023). Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Disponible sur commande

Comme vous l’aurez compris, Captoplastic a déjà accompli toutes les étapes nécessaires à la vente de son produit. Le Captolab vise désormais la commercialisation. Outre la technologie innovante mise en œuvre, sans oublier sa facilité d’utilisation, son design compact et son fonctionnement autonome, ce laboratoire innovant de la start-up espagnole promet un prix de vente compétitif. Dans un premier temps, l’entreprise fabriquera les unités sur commande avant d’envisager une production de masse. Plus d’infos : captoplastic.com.

Que pensez-vous de cette invention pour détecter les microplastiques ? N’hésitez pas à partager votre avis, vos remarques ou nous signaler une erreur dans le texte (cliquez ici pour publier un commentaire).

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
valenciaplaza.com

Marc Odilon

J'ai rejoint Neozone en 2020. Avant de me lancer dans la rédaction web en 2014, j'ai suivi des études universitaires en gestion d'entreprise et en commerce international. Mon baccalauréat technique en mécanique industrielle m'a permis de me familiariser avec l'univers de la tech. Installateur de panneaux solaires et électronicien autodidacte, je vous fais découvrir tous les jours les principales actualités des nouvelles technologies. Curieux de nature et grand amoureux du web, je suis un rédacteur polyvalent et ma plume n'a pas de limites. Quand je ne travaille pas, je fais du jogging !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page