Articlesimprimante 3D

Coronavirus en Italie : sauver des vies grâce à l’impression 3D

La crise du coronavirus fait de plus en plus de victimes au fil des jours. De nombreuses mesures sont depuis lors mises en place pour essayer de ralentir la propagation du covid19.

Si le port du masque, la distanciation sociale et le confinement semblent être la solution, l’Italie n’est pas encore tirée d’affaire. En effet, le matériel commence à manquer dans les différents hôpitaux. L’afflux important de malade favorise cette pénurie.

Heureusement, de nombreuses sociétés ont mis en place des solutions simples pour aider les services hospitaliers dans leurs combats contre ce virus. La solution ? L’impression 3D. Comment l’impression 3D peut-elle aider les hôpitaux ? Quelles sont les entreprises bienfaitrices ? Focus sur une entraide citoyenne qui fera la différence dans cette crise planétaire.

Comment l’impression 3D peut aider ?

Aujourd’hui, les imprimantes 3D sont capables de réaliser de nombreuses pièces. Que ce soit pour réparer un outil ou encore créer un système complet, ces imprimantes fabriquent tout en quelques heures. C’est grâce à ces merveilleuses machines que la société Isinnova a pu commencer à aider les hôpitaux. En effet, ces derniers commençaient à manquer de valve Venturi.

Cette valve s’adapte sur les masques à oxygène et permet de connecter le tuyau au masque. Cette valve est munie d’un clapet qui permet à un certain débit d’air de pénétrer dans le masque. Bien sûr, comme beaucoup d’accessoires médicaux, les valves sont à usage unique et doivent être changées régulièrement.

Mais la société Isinnova ne s’est pas contentée de fournir des valves. En effet, ses usines s’occupent également d’améliorer des masques de plongée pour les adapter à l’utilisation médicale. Un sérieux coup de pouce pour les services hospitaliers italiens qui voient de jour en jour leurs stocks de consommable s’épuiser.

Coronavirus en Italie : sauver des vies grâce à l’impression 3D

Un mouvement participatif

Cette société a ouvert la voie vers une nouvelle forme de partage. Les plans disponibles en Open source ont permis à d’autres entreprises de se lancer dans ce mouvement d’aide communautaire. Ainsi, la société Calzedonia, fabricante de collants pour femme a aussi pu se lancer dans l’adaptation des masques de plongée.

D’autres initiatives ont également vu le jour comme la création d’un système de masque simple par impression 3D. Le support est créé grâce à l’imprimante et il suffit ensuite de placer une feuille de plastique transparent dessus pour permettre au professionnel de se protéger le visage complet.

Le montage des masques commence ! Et c'est d'une simplicité enfantine ! Vous avez une imprimante 3D ? Rejoignez la #Reserve3D pour aider le personnel médical : nzn.li/reserve3d #Covid_19

Publiée par Bonazzi Alexandre sur Dimanche 29 mars 2020

 

Le coût de fabrication de ces valves et masque sont de loin bien inférieurs aux modèles officiels. On peut compter entre 1 et 2 euros par valve et masque.

Vers une fin de la pandémie ?

Pour le moment, difficile d’annoncer la fin de la pandémie en Italie. Les confinements stricts ont totalement changé le paysage du pays. À Rome, les rues autrefois bondées sont aujourd’hui désertes et les monuments comme le Colisée sont fermés. À Venise, le canal s’éclaircit et la faune reprend ses droits. L’économie du pays est déjà sérieusement touchée. Les magasins sont quant à eux tous fermés. Grâce à ces imprimantes 3D, les entreprises offrent un peu d’espoir aux médecins qui voient chaque jour leurs stocks s’amoindrir.

Si l’initiative prise par ces entreprises est une bonne chose pour le maintien des soins des patients, l’Italie continue d’espérer une guérison imminente du pays et un rétablissement de son économie.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer