Solhyd invente le panneau solaire résidentiel qui extrait l’hydrogène de l’air

Ces panneaux révolutionnaires extraient la vapeur d’eau présente naturellement dans l’air, en vue de produire instantanément de l’hydrogène vert. Grâce à ce projet, l’entreprise Solhyd fait partie des nominés au concours Changemakers organisé par L’Echo et De Tijd.

L’utilisation massive de l’hydrogène vert pourrait réduire considérablement la part des énergies fossiles dans le mix énergétique mondial. En effet, ce carburant sans carbone peut être utilisé pour de nombreuses applications telles que la production d’ammoniac et d’engrais azotés, la sidérurgie, l’industrie chimique, les transports, etc. Jusqu’à présent, son coût demeure nettement plus élevé que celui des énergies fossiles. Cependant, les énergéticiens espèrent une baisse progressive des prix au fil des années grâce aux progrès technologiques dans la filière. Récemment, la start-up belge Solhyd, située près de Louvain, vient notamment de présenter ses panneaux à hydrogène alimentés par l’énergie solaire. Cette technologie innovante serait l’aboutissement de nombreuses années de recherche au sein de l’Université catholique de Louvain. Découverte.

Comment fonctionne ce panneau à hydrogène solaire ?

Cette nouvelle technologie représente une avancée notable dans la filière hydrogène. Contrairement à un panneau photovoltaïque classique qui produit de l’électricité, ce nouveau panneau génère directement de l’hydrogène propre à partir de l’humidité de l’atmosphère et de l’énergie solaire. Sur son site web, cette start-up louvaniste explique les étapes de production d’hydrogène à l’aide de ce système. Selon elle, le dispositif capte les molécules d’eau contenues dans le flux d’air qui y pénètre. Simultanément, il reçoit la lumière du soleil et la transforme en énergie, utilisée pour séparer l’eau en hydrogène et en oxygène.

Les panneaux à hydrogène sont des modules qui utilisent l'énergie solaire pour produire de l'hydrogène gazeux.
Les panneaux à hydrogène sont des modules qui utilisent l’énergie solaire pour produire de l’hydrogène gazeux.
Crédit photo : Solhyd (capture d’écran vidéo YouTube)

D’après ce fabricant belge, cette technologie peut fonctionner dans plusieurs endroits du monde. Chaque unité de panneau pourrait produire 6 à 12 kg d’hydrogène par an en fonction des conditions météorologiques dans sa région d’installation. Plus le système reçoit de la lumière et produit de l’énergie, plus la quantité d’hydrogène obtenue sera élevée. En outre, ce dispositif contient des matériaux peu coûteux et faciles à trouver. Il n’utilise aucun métal critique ou rare, ce qui assure un coût de fabrication moins élevé. Un autre avantage important, c’est que celui-ci ne comporte pas des câbles encombrants. On y trouve seulement une prise servant à collecter l’hydrogène gazeux généré.

Où en est-il actuellement ce projet ?

Avec sa nouvelle technologie, cette entreprise vise à rendre moins cher et accessible au plus grand nombre ce carburant propre. Il est toutefois à noter que, pour le moment, Solhyd n’est pas encore prêt pour une production de masse de son innovation. Son équipe est composée de sept professionnels, qui produisent les panneaux de manière artisanale dans une ferme d’essai située à Louvain, en Belgique. Bien que cette entreprise soit encore jeune, elle a une vision très ambitieuse.

Ils ressemblent aux systèmes solaires photovoltaïques classiques, mais au lieu d'un câble électrique, ils sont connectés via des conduites de gaz.
Ils ressemblent aux systèmes solaires photovoltaïques classiques, mais au lieu d’un câble électrique, ils sont connectés via des conduites de gaz. Crédit photo : Solhyd

Selon le CEO et cofondateur de l’entreprise Jean Rongé à L’Echo, ce fabricant projette de réaliser des panneaux capables de produire jusqu’à 50 000 tonnes d’hydrogène par an d’ici à 2030 et jusqu’à 150 millions de tonnes d’ici à 2050. Son offre vise à concurrencer le gaz et le pétrole, mais non l’industrie solaire. Elle pourrait contribuer à répondre à la hausse de la demande d’énergie renouvelable dans le monde. Grâce aux financements des investisseurs, la start-up peut augmenter sa production et réaliser des projets pilotes pour démontrer les performances de son produit à plus grande échelle. Elle prévoit d’inaugurer une première usine de production automatisée d’ici à 2026.

Les améliorations possibles

Ce système produit de l’hydrogène gazeux à basse pression, qui peut être utilisé directement ou stocké à des pressions élevées ou encore transporté à l’aide des pipelines. Il libère seulement de l’oxygène dans l’atmosphère. Dans ses prochains travaux, la start-up souhaite explorer les possibilités de collecter et de stocker ce gaz résiduel O2. D’ailleurs, elle travaille à adapter cette technologie au réseau électrique et à d’autres sources d’énergie renouvelable afin d’améliorer la production d’hydrogène. Il est bon de préciser que cette entreprise développe déjà les prochaines générations de cette innovation (Solhyd 2.0). Plus d’informations : Solhyd.eu. Que pensez-vous de cette invention ? N’hésitez pas à partager votre avis, vos remarques ou nous signaler une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
lecho.be

Tsiory Laurence

Titulaire de licence en communication et en langue française, je travaille comme rédactrice web depuis déjà plus de dix ans. J'ai collaboré avec quelques agences de communication locales avant de rejoindre l'équipe de Neozone. Ce qui m'a permis de consolider mon expérience en matière de création de contenus web au fil du temps. J’accorde une grande attention à chaque article que j’écris. Mon objectif, c'est de vous fournir des informations, des solutions et éventuellement des conseils. Je peux traiter divers thèmes, mais mes sujets préférés sont l’innovation, la technologie, le voyage, l’immobilier et les actualités. J’espère que mes articles vous permettront de connaître des inventeurs et des entreprises novatrices en France, en Europe et dans le monde entier. « La vie est une grande école où à chaque instant l’homme s’enrichit et tire une leçon de ses propres expériences ». Cette citation de Maude Anssens m’inspire dans tout ce que j’entreprends au quotidien. J’aime aussi suivre les actualités politiques et économiques internationales. Je pense que donner le meilleur de soi et s’adapter aux évolutions du monde autant que possible sont des valeurs importantes qui peuvent nous aider à progresser et à rester toujours efficaces. Je suis sur Linkedin si vous voulez me faire passer un message.

13 commentaires

  1. Si l’hydrogène, est soustrait de l’oxygène, que devient il, après usage ? Car, si, il laisse 2 oxygène, dans l’atmosphère, il ne va plus, recréer de l’eau. Donc, un usage fréquent, de se genre de procédé, pourrait nuire, à la qu’entité d’eau, dans la nature.

    1. À Angefeux,
      C’est faux. Ça ne pose pas de problème d’eau. Vous avez besoin d’énergie pour transformer l’eau 2xH2O en 2xH2 +O2. Quand vous l’utilisez (par combustion notamment), il produit de l’énergie et de l’eau. Donc c’est une boucle fermée en ce qui concerne l’eau. On perd juste de l’énergie avec les transformations.

  2. Ça a l’air d’être une très bonne idée mais je me pose la questions a grande échelle en période de sécheresse n’y a t’il pas un risque d’assèchement de l’air et donc d’augmenter l’assèchement des milieux ? Ou le prélèvement d’humidité est dérisoire ?

    1. Réponse à Toto :
      si l’on compte 1 Kg d’hydrogène pour 100 km., pour 15000 km./an il faudrait 150 kg. d’hydrogène.
      Sachant qu’un panneau peut produire 10 kg. par an, il faudrait 15 panneaux

  3. Invention miraculeuse pour l’environnement, espérons que ces brevets ne seront pas acheté par les compagnies pétrolières et mis sous clefs pour nous obliger a consumer de l’énergie fossile.
    Qui vivra verra !!!!

  4. La producion d’hydogène par de grandes unités conduit à la mise en place de réseaux de distribution, ce qui semble improbable tout au moins à court terme. Ne serait-il pas plus logique de prévoir des petites unités de production, sous forme de stations service qui pourraient produire avec des panneaux solaires et distribuer localement ?

    1. C’est exactement ce à quoi je pensais ! Pour moi l’avenir c’est l’hydrogène et j’ai un panneau Synology et pourquoi pas un autre Solhyd 🙂 j’espère en être d’ici quelques années !

  5. Formulons l’espoir que tout les empêcheurs de tourner en rond ,allergique à toutes les nouvelle technologie ne face pas retarder infiniment cette Extra ordinaire invention

  6. intéressant, maintenant ce n’est qu’une piste de réflexion car les quantité d’hydrogène nécessaire pour faire décoller un avion s’exprime en dizaine de tonne pour 10 minutes…je vous laisse calculer le nombre de panneaux nécessaires…

  7. En t’en que particulier et propriétaire de panneaux photovoltaïque hybrid (eau et électricité) pourquoi pas les trois sur le m’aime panneaux et qu’elle coup a l’installation pour 15a16 panneaux

  8. Bravo pour cette innovation.
    Je suis convaincu que l hydrogène sera le carburant du futur et non les batteries électriques pour les voitures.
    Bravo aussi pour cette innovation Européenne.
    Claude

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page