Innovation

L’arsenal nucléaire des Etats-Unis est toujours géré avec des disquettes

Un rapport officiel du Government Accountability Office a fait une révélation assez étonnante. Les Etats-Unis utiliseraient toujours d’anciennes technologies comme la disquette pour coordonner tout son arsenal nucléaire.

Le rapport officiel du GAO américain (l’équivalent de la Cour des Comptes) a analysé les dépenses en informatique de ses différents ministères. Leurs conclusions sont étonnantes si ce n’est effrayantes.  La plupart des systèmes informatiques sont complètement obsolètes et coûtent une fortune à l’administration américaine. C’est le cas par exemple du système qui gère à coordonner les missiles balistiques et les bombardiers nucléaires positionnés un peu partout dans le monde.

blank

Les opérateurs et le Pentagone utilisent encore et toujours des ordinateurs IBM Série 1 qui datent des années 1970. Ordinateurs fonctionnant avec un des premiers support de sauvegarde informatique, la disquette 8″.

blank

Ces « legacy systems » ou systèmes hérités n’ont jamais été remplacés et concernent un certains nombre de services comme le ministère des Anciens Combattants ou encore celui de l’Administration de la sécurité sociale. Ils tourneraient encore sous le langage de programmation informatique COBOL créé en 1959.

Tant que ça fonctionne…

Le Pentagone a fait la déclaration suivante pour expliquer ce décalage technologique.

« “This system remains in use because, in short, it still works,” Ce système reste en usage car, en somme, il fonctionne toujours, ».

blank

Une raison de sécurité

Le hacker Cris Thomas, Aka Space Rogue, et employé de Tenable Network Security donne une raison un peu différente . Selon lui il est impossible de contrôler ces vielles machines sans être physiquement devant.

À LIRE AUSSI :
Royaume-Uni : un homme découvre la pointe d’une lance vieille de 3000 ans sur la plage

Il précise également au site businessinsider qu’il n’y a aucune raison pour ces machines ne restent pas en service 40 ans de plus…

Source : presse-citron.netlemonde.frlatribune.frtelegraph.co.uk

Alexandre Bonazzi

Je travaille dans une société d'études et de conseil depuis 25 ans. Passionné par les nouvelles technologies, le High-tech et la pop culture en général j'ai fondé Neozone en 1999 où je partage depuis des articles et mes humeurs. Vous pouvez m'écrire directement par mail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page