Un nouvel implant cérébral permet à une aveugle de voir

Des chercheurs espagnols semblent avoir mis au point un nouvel implant cérébral qui permettrait aux non-voyants de percevoir des formes et des silhouettes.

Les traitements et recherches pour aider les personnes atteintes de cécité partielle ou totale avancent à grands pas, mais tout reste à faire, et il n’existe actuellement aucune technique qui leur permet de recouvrer la vue. Une équipe de chercheurs espagnols semble toutefois avoir permis une avancée exceptionnelle dans le domaine.

Ils viennent d’implanter une « rétine artificielle » à une patiente aveugle; cette technique est possible par stimulation du cortex visuel du cerveau du patient. Cet implant visuel est un véritable espoir pour redonner de l’autonomie aux déficients visuels. A ce jour, seul un chien guide d’aveugles ou une canne blanche peut les aider à se déplacer en sécurité. Explications.

L’étude scientifique

Parue dans la revue médicale The Journal of Clinical Investigation, cette étude s’intitule : “Un implant cérébral contourne les yeux pour aider les utilisateurs aveugles à « voir » les images”. Le système espagnol utilise en fait une rétine artificielle qui se rattache à une paire de lunettes qui détecte la lumière à la place du non voyant. La lumière est ensuite transformée en signaux électriques, puis envoyée à des micro-électrodes implantées dans le cerveau de l’utilisateur. Cela lui permet donc de voir la lumière que capte les lunettes.

Des premiers tests très encourageants

L’équipe de chercheur a installé les électrodes et les lunettes sur une femme de 57 ans, aveugle depuis 16 ans. Avec le dispositif, elle n’a pas pu voir comme un voyant, mais a pu détecter des formes et des silhouettes, ce qu’elle ne parvenait pas à capter sans le dispositif.

Le réseau de microélectrodes intracorticales permet de percevoir des lettres et des silhouettes de formes.
Le réseau de microélectrodes intracorticales permet de percevoir des lettres et des silhouettes de formes. Crédit photo : Association RUVID / Capture d’écran vidéo YouTube

Les scientifiques expliquent qu’ils ont chaque fois obtenus des enregistrements de qualité à partir de neurones de déficients visuels. Toujours d’après les chercheurs, certains patients ont même pu identifier certains détails plus petits, comme des lettres par exemple.

Le cortex visuel, c’est quoi ?

Le cortex visuel se trouve dans le lobe occipital du cerveau; il se charge de traiter les informations visuelles comme les formes, les couleurs ou le mouvement des personnes ou des objets. Si certains peuvent avoir des craintes à implanter quelque chose dans le cerveau, les chercheurs se veulent rassurants et affirment que le système n’affecte en rien la zone qui se situe autour du cortex visuel.

Les électrodes ne stimulent pas non plus les zones inutilisées par le cortex visuel: c’est en fait un implant cérébral comme ceux que l’on utilise déjà, à la différence que celui-ci se positionne dans une zone différente du cerveau.

Après 6 mois, l’implant a été retiré chez la patiente, car des recherches doivent encore être entreprises pour perfectionner ce dispositif nouveau; il faudra que l’implant soit posé sur plusieurs patients pour s’assurer de son efficacité. Pour les chercheurs, c’est très prometteur, et cela pourrait permettre de peut-être faire disparaitre certaines formes de cécité. 

Une ancienne étude similaire

En 2019, une autre étude du Baylor College Medicine avait déjà mis en lumière un implant oculaire. Même si les résultats étaient prometteurs, le système avait été testé sur cinq personnes pendant 6 mois, ce qui avait permis à certains de voir leurs proches pour la première fois. Mais ce système ne fonctionnait pas pour les aveugles de naissance, ce qui semblerait être le cas pour le nouvel implant. Affaire à suivre.

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Via
futurism.comnewatlas.com
Source
ruvid.org

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page