Science

Un vieux grimoire du Moyen Age renfermerait la recette d’un puissant antibiotique !

Nos ancêtres se soignaient avec les plantes et ce que leur offrait la Nature. Une scientifique britannique reproduit certaines recettes et les appliquent sur des patients... consentants !

De tous temps, les Hommes ont cherché à se soigner ! Aujourd’hui, les médicaments chimiques s’achètent à tous les coins de rue et on ne se pose pas vraiment de questions. Dans le passé, les Hommes n’avaient à portée de main que ce que la Nature voulait bien leur offrir.

Un vieux grimoire datant du début du Moyen Âge renfermerait, selon des scientifiques britanniques, la recette d’un puissant antibiotique. Une recette à base d’oignon, d’ail et de vin qui se veut être un puissant antibactérien. Même s’il n’est évidemment plus d’actualité, il prouve que nos ancêtres essayaient de se soigner avec les moyens du bord… Inventeurs de la phytothérapie ?

Ce manuscrit s’appelle « Lechbook de Bald », il est conservé à la British Library de Londres. Le livre date de la fin du IXè siècle, il est l’une des plus anciennes bibles médicinales connue à ce jour. Les  scientifiques de la School of Life Sciences de l’université de Warwick ont découvert une recette qui se révélerait être un puissant antibiotique.

En mélangeant à quantité égale de l’ail et de l’oignon mixés, du vin blanc à 11° d’alcool… et de la bile de vache stérilisée, vous obtiendrez ce puissant antibiotique. Les apothicaires de l’époque laissaient la potion reposer pendant neuf jours dans l’obscurité avant de l’appliquer sur la peau. *

Des chercheurs ont testé

Freya Harrison, médecin à l’université de Warwick avait déjà concocté un collyre issu du livre en 2015. A base d’oignons, elle avait pu constater son efficacité sur le staphylocoque doré. Cette fois-ci, elle a recréé la recette à base de vin et de bile de vache. Pour se faire elle a utilisé des sels biliaires provenant d’estomacs bovins. La potion s’est montrée très efficace contre les biofilms : une colonisation bactérienne résistante aux antibiotiques conventionnels.

Les plantes ont toutes, des propriétés soignantes.

Dans ce cas précis, l’ail et l’oignon contiennent de l’allicine, un composé qui leur permet de se défendre des insectes ou prédateurs. La connaissance des composés d’une plante et la combinaison avec d’autres ingrédients permet de créer cette alchimie. Toutes les plantes ont des vertus, les huiles essentielles permettent de soulager certains maux. Nos ancêtres possédaient un savoir et une connaissance de la Nature qui leur permettait de se soigner. Ce qui ne semble pas être notre cas aujourd’hui !

Crédit photo : British Library
Un vieux grimoire du Moyen Age renfermerait la recette d'un puissant antibiotique !
Un vieux grimoire du Moyen Age renfermerait la recette d’un puissant antibiotique !

*Vous pouvez essayer cette recette si vous avez de la bile de vache à portée de main. Mais cela ne remplacera jamais une consultation médicale, ni la prescription que votre médecin pourrait juger nécessaire.

Cet article contient un ou plusieurs liens d'affiliation. Neozone.org touche une commission au pourcentage sur la vente des produits affiliés, sans augmentation de prix pour l'utilisateur. Pour plus d'informations consultez nos mentions légales.


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Via
futura-sciences

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page