Cryptomonnaie

La plateforme de cryptomonnaie Binance serait dans la tourmente !?

Une des plus grandes plateformes de cryptomonnaie (90 millions d'utilisateurs) fait face à deux enquêtes externes

Si vous vous intéressez un peu à la cryptomonnaie, voire que vous avez investi dans ces monnaies virtuelles, vous n’êtes pas sans savoir que le secteur de la cryptomonnaie connaît quelques turpitudes en ce moment… Le BitCoin, cryptomonnaie star du système atteignait son plus haut historique de 68.513 dollars le 9 novembre 2021… Au cours du 29 juin 2022, il n’est plus qu’à 20.084 dollars… Une chute vertigineuse qui donne des sueurs froides aux investisseurs mais aussi aux plateformes qui gèrent les portefeuilles de ses clients… C’est le cas de la plateforme Binance qui compte 90 millions d’utilisateurs dans le monde et qui se trouve au cœur de deux enquêtes : l’une lancée par la Securities and Exchange Commission (SEC), gendarme boursier américain, l’autre établie par l’agence de presse Reuters. Explications.

La plateforme de cryptomonnaie dans la tourmente !

Binance est un portefeuille de devises numériques et une plateforme d’échange de cryptomonnaies mondiale qui permet d’acheter, vendre et stocker plus de 300 cryptomonnaies, fondée en 2017. Les cadres législatifs et réglementaires sont encore peu nombreux dans ce secteur monétaire très récent… Et pour le moment, seule la jurisprudence fait office de cadre législatif. Binance fait donc l’objet d’une enquête plutôt négative de l’agence Reuters, mais également d’une procédure officielle de la SEC. Le récent crypto-krach mondial amène les différents acteurs de contrôle à durcir les lois et les vérifications autour des grandes plateformes d’échanges.

Quelle est l’enquête diligentée par la SEC ?

La SEC enquête sur le binancecoin (BNB), une cryptomonnaie que la plateforme a créée et lancée via une ICO, autrement dit, une introduction en bourse spécifique aux cryptomonnaies qui prend la forme de vente de tokens. Lancé en 2017 le BNB est aujourd’hui la troisième cryptomonnaie mondiale pour la capitalisation avec 46 milliards de dollars affichés. La SEC cherche à savoir si ce jeton était totalement légal lors de son entrée en bourse et s’il respectait bien toutes les qualités requises en matière d’investissement et de transparence pour l’investisseur… Et l’enquête journalistique de Reuters ne devrait pas aider Binance !

Que dit l’enquête de Reuters ?

Reuters annonce d’emblée la somme de 2,3 milliards de dollars de montants frauduleux… Une fraude massive qui aurait été réalisée par du blanchiment via des transactions de cryptomonnaies… Ces transactions seraient pour la plupart et selon Reuters, issues de piratage à très grande échelle, de ventes illégales de médicaments et de fraudes à l’investissement ! Reuters ajoute que Chainalysis, une société engagée par les agences gouvernementales américaines pour suivre les flux illégaux de cryptomonnaie, aurait conclu dans un rapport de 2020, que Binace aurait reçu pour 770 millions de dollars de fonds criminels rien qu’en 2019… “Séparément, la société spécialisée Chainalysis, engagée par les agences gouvernementales américaines pour suivre les flux illégaux, a conclu dans un rapport de 2020 que Binance a reçu des fonds criminels totalisant 770 millions de dollars rien qu’en 2019, soit plus que toute autre plateforme d’échange de cryptomonnaies”, ajoute Reuters. En 2021, Binance a bien renforcé ses règles de transparence, mais les faits qui lui sont reprochés datent d’avant 2021, et l’enquête révèle que l’application de trading crypto n’avait alors aucune idée de qui étaient les investisseurs qui se présentaient sur le réseau d’échange… L’étau se resserre sur le secteur de la cryptomonnaie notamment sur les autorités de marché qui scrutent les « nœuds de transmission » ou le passage de la cryptomonnaie au système monétaire traditionnel. Aucune action en justice n’est pour le moment envisagée pour ces soupçons de transactions frauduleuses, mais si les faits étaient avérés, cela pourrait changer…

Alexandre Bonazzi

Je travaille dans une société d'études et de conseil depuis 25 ans. Passionné par les nouvelles technologies, le High-tech et la pop culture en général j'ai fondé Neozone en 1999 où je partage depuis des articles et mes humeurs. Vous pouvez m'écrire directement par mail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page