D’après cette étude, l’agrivoltaïsme pourrait accélérer la transition énergétique

Selon un nouveau rapport, l’agrivoltaïsme permet d’amortir plus rapidement le coût des panneaux solaires. Le concept pourrait ainsi favoriser l’utilisation des énergies renouvelables.

La croissance de la population mondiale nécessite la mise en œuvre de solutions innovantes pour la production alimentaire et la production d’énergie. Des chercheurs de l’Université de Lisbonne et de l’Académie militaire du Portugal ont alors étudié un nouveau concept qui pourrait contribuer à relever en même temps ces deux défis. Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Energy for Sustainable Development, le groupe de recherche affirme avoir trouvé un moyen idéal de concilier l’agriculture et l’énergie solaire. Connue sous le nom d’agrivoltaïsme, cette approche innovante consiste à utiliser les terres pour l’agriculture et la production d’énergie solaire photovoltaïque. Elle ouvre ainsi la voie à une transition durable vers une source d’énergie renouvelable.

Un retour sur investissement rapide

Selon les auteurs de l’étude, en plus de créer une relation symbiotique entre l’agriculture et la production d’énergie, l’agrivoltaïsme permet un retour sur investissement plus rapide grâce à l’optimisation de l’utilisation des terres agricoles. En effet, comparée aux fermes solaires traditionnelles et aux pratiques agricoles seules, cette technique procure plus de valeur aux patrimoines fonciers. Par conséquent, en investissant dans un parc agrivoltaïque, on pourrait amortir les matériels solaires en moins de cinq ans. Ce qui est également intéressant, c’est le fait que le système peut convenir à différents types d’agricultures. « Le concept Agri-PV peut être appliqué à de multiples types d’agricultures tels que l’apiculture, les serres, l’élevage et l’horticulture », note l’article.

Des serres de culture de légumes avec des panneaux solaires, où comment produire des légumes et de l'énergie en même temps.
Des serres de culture de légumes avec des panneaux solaires, produire des légumes et de l’énergie en même temps. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Adapter pour avoir un meilleur rendement

Toutefois, afin d’obtenir des résultats optimaux, les chercheurs recommandent d’adapter l’approche mise en œuvre à la nature de l’activité agricole. « Pour chaque type d’agriculture, la mise en œuvre de la technologie Agri-PV sera différente afin d’avoir la solution la plus performante possible, tant sur le plan énergétique que sur le plan alimentaire », ajoute l’étude. Selon l’équipe, les systèmes agrivoltaïques peuvent tirer parti de la baisse du coût des panneaux solaires et de la demande croissante en matière de denrées alimentaires pour assurer une production alimentaire et une production d’énergie efficaces et durables.

Une approche qui intéresse de plus en plus de pays

Plusieurs pays explorent déjà ce concept qui consiste à associer l’agriculture et la production d’énergie. Parmi eux figurent la Chine, les États-Unis, le Japon et l’Allemagne. En France, rappelons que Feedgy, une entreprise française ayant été fondée en 2014, a récemment dévoilé ce qu’elle prétend être « le premier panneau solaire agrivoltaïque au monde ». Le module HS-B96 AgriPV a été développé en collaboration avec Huasun. Il convient aux serres et aux installations agrivoltaïques. Adoptant des cellules à hétérojonction, ce panneau solaire conçu pour produire de l’électricité tout en contribuant à l’amélioration des rendements agricoles se décline en cinq puissances, allant de 300 watts-crête à 320 watts-crêtes. Plus d’infos : sciencedirect.com. Que pensez-vous de cette étude ? Nous vous invitons à nous donner votre avis, vos remarques ou nous remonter une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
independent.co.uk

Marc Odilon

J'ai rejoint Neozone en 2020. Avant de me lancer dans la rédaction web en 2014, j'ai suivi des études universitaires en gestion d'entreprise et en commerce international. Mon baccalauréat technique en mécanique industrielle m'a permis de me familiariser avec l'univers de la tech. Installateur de panneaux solaires et électronicien autodidacte, je vous fais découvrir tous les jours les principales actualités des nouvelles technologies. Curieux de nature et grand amoureux du web, je suis un rédacteur polyvalent et ma plume n'a pas de limites. Quand je ne travaille pas, je fais du jogging !

2 commentaires

  1. Merci pour ce sujet très interessant
    Comment aller plus loin ?
    Auriez vous des lectures complémentaires à nous recommander ?
    Merci
    Hervé

  2. Il faut faire attention de croire que nous devons faire de l’énergie propre. Nous n’avons pas le temps ni les moyens (stock de minerais et d’eau). Ne pas oublier la photosynthèse des plantes avec la perte de rendement à l’hectare, il faudra combler par une activité parallèle pour nourrir le bétail si utilisation (bon souvent) du bétail sous les panneaux. Il faut changer notre mode de consommation, notre paradigme. Nous ne pouvons plus consommer autant, faire de l’énergie propre pour continuer à consommer comme des cochons, est insoutenable. Y a pas de solutions sans changement de comportement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page