Le réchauffement climatique ne va pas toucher que la hausse des températures, il va s’ajouter au dérèglement du climat et dans certains pays, une importante pénurie d’eau. Et sans eau, pas de vie, ni humaine, animale et végétale.

Ce manque d’eau va être une des causes principales de l’exode des populations touchées vers des continents moins impactés. Il faut savoir que 2,1 milliards d’être humain n’ont pas accès à l’eau potable et près de 60% ne bénéficient pas de réseau d’assainissement conforme.

Nous avons la chance de vivre dans un pays,  un continent où l’eau tombe du ciel. Vous allez me dire qu’il ne suffit pas de se baisser pour la ramasser (bien que cela soit possible), mais dans cet article, nous allons plutôt aborder des moyens simples pour l’économiser.

En France, une famille moyenne consomme 150 litres d’eau par jour (600 aux USA), soit environ 200 m3 par an, sachant qu’un adulte consomme plus qu’un enfant. Le climat a aussi un rôle car la consommation est plus élevée au sud qu’au nord. A 3€ le cout moyen du m3, cela fait un poste de dépense non négligeable pour un ménage. A ce poste budgétaire, il faut rajouter pour l’eau chaude, l’énergie nécessaire pour chauffer cette eau (entre 80 et 125 kWh / m3)

Source : bizpropulsion.com

Cependant la tendance est baissière depuis quelques temps avec un électroménager de moins en moins consommateur, la chasse au gaspi (un robinet qui goutte, c’est 4l/h, un filet d’eau permanent 16 l/h), le changement des habitudes des ménages (un lave-vaisselle consomme moins que de laver sa vaisselle à la main) et le comportemental (la douche à la place du bain).

Statiquement, l’hygiène représente près de 90 % de la consommation de l’eau, avec une part presque majoritaire pour le bain ou la douche.

Source : centre information sur l’eau

Cela tombe bien, car il existe pour l’usager de réduire ce poste de consommation,  des solutions efficaces, peu onéreuse, facile de mise en œuvre et d’utilisation. Surtout, elles ne sont pas contraignantes. Mais avant tout, il est nécessaire de savoir combien de litres s’échappent dans votre robinet. Il faut commencer par récupérer sa plus grosse casserole (ou faitout), y verser à l’aide d’une bouteille 3 litres d’eau et de marquer le niveau (avec un scotch de couleur par exemple).

Un robinet classique laisse couler 12 litre d’eau à la minute et 15 litres pour la douche. On va alors ouvrir en grand son robinet, mettre son récipient dessous et chronométrer le temps nécessaire pour atteindre la marque. Si le débit est de 12 litres/minutes, cela devrait durer 15 secondes et 12  pour la douche avec un débit de 15 l/m. Si ces temps sont retrouvés ou plus faible, il est grand temps de faire quelques investissement.

Il existe donc des produits qui réduisent fortement ces débits (plus de  60%). Pour les robinets, il possible de faire descendre son débit à 4 ou 5 litres/minutes pour les salles d’eau. Pour la cuisine, il est préférable d’utiliser un double débit (système DUO) pour varier entre 5 et 10 l/m selon l’usage. Le principe est tout simple. Le nouveau mousseur utilise l’effet venturi et va mélanger l’eau à l’air ambiant. Le confort pour l’usager n’est pas modifié. Mais attention, tous les réducteurs ne se valent pas. Ce qui fait la différence, c’est le joint venturi qui vous garantit un débit constant et limité selon la pression du réseau d’eau potable.

images : bizpropulsion.com

Autre élément important, il primordial avant l’achat vérifier la conformité de ces produits. Les mousseurs seront certifiés à minima ACS, respecter la norme NF EN 246 et être de classe Z. Ces précisions sont importantes, car ceux qui sont proposées dans les enseignes de bricolage ne sont pas tous fiables, surtout sur le long terme. Après, il ne restera plus qu’à intervertir les deux mousseurs. Il convient aussi pour un fonctionnement pérenne et optimal, de nettoyer plusieurs fois l’an votre réducteur de débit pour éliminer le calcaire.

Pour les douchettes, le principe reste identique, de l’air est mélangé à l’eau. Pour ce produit, une norme supplémentaire est nécessaire, la NF EN 1112.

Selon votre nombre de robinet équipés, de votre comportement, l’économie peut atteindre 40% de votre consommation annuel ; Dans tous les cas, votre retour sur investissement est inférieur à l’année.

L’eau est aussi un bien précieux. Cette année, notre pays est aussi touché par une sécheresse et le niveau des nappes est bas dans beaucoup de régions. Dernier argument, il faut de l’énergie pour retraiter les eaux usées (environ 100 gr.CO2/m3). Toutes les économies comptent, il n’y a pas de petits gestes (comme la fable du Colibri).

9 Partages
Partagez7
Enregistrer1
Partagez1
Tweetez
+1