Seabound dévoile un container qui transforme 78 % des émissions maritimes en galet de calcaire

Cette start-up britannique a conçu des conteneurs de décarbonation qui seraient capable de convertir les émissions marines en galets de calcaire. Selon elle, cette nouvelle technologie de capture de carbone a déjà été testée sur l’un des porte-conteneurs les plus anciens de Lomar.

Selon un rapport d’étude de la CNUCED en 2023, le transport maritime représente au moins 80 % du volume des échanges commerciaux mondiaux. Cependant, secteur est aussi responsable de 3 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, avec une hausse de 20 % en seulement une décennie. Pour atténuer l’impact environnemental de ce secteur, des chercheurs et des entreprises se consacrent aujourd’hui à développer des carburants alternatifs plus propres et des systèmes de propulsion à rendement énergétique élevé.

Mais le problème est qu’il n’existe pas encore de solutions viables jusqu’à ce jour alors que les nouvelles réglementations mondiales en matière d’émissions de carbone se resserrent davantage. C’est pour cette raison que l’entreprise britannique Seabound a eu l’idée de construire ce nouveau système de capture de carbone embarqué pour les bateaux de transport de marchandises. Cette solution permettrait aux armateurs de contribuer concrètement à la décarbonation du transport maritime.

Le système de récupération de carbone de Seabound tient dans quelques containers maritimes.
Le système de récupération de carbone de Seabound tient dans quelques containers maritimes. Crédit photo : Seabound capture d’écran vidéo

Comment fonctionne cette solution de décarbonation ?

Cette start-up londonienne a mis au point un petit système prototype de capture de carbone qui occupe quelques conteneurs d’expédition à bord d’un navire. Elle est conçue pour être montée en rattrapage en se fixant sur le pot d’échappement d’un bateau. Elle sert à capter les gaz produits par le diesel marin lors de sa combustion. Ensuite, les gaz d’échappement sont redirigés vers une pile de cailloux d’oxyde de calcium (chaux vive), un matériau peu coûteux et abondant. Dans la pile, le dioxyde de carbone réagit avec l’oxyde de calcium à température ambiante pour générer du carbonate de calcium. Ces galets de calcaire ont la capacité de lier et de séquestrer efficacement le carbone.

Le projet pilote à bord d’un cargo de taille moyenne

Seabound a obtenu une subvention de 1,5 million de dollars (1,39 million d’euros) du gouvernement britannique pour développer ce système de capture de carbone en mer. Dans le cadre de son projet pilote, elle a collaboré avec la compagnie maritime mondiale Lomar. Le système prototype de décarbonation a été testé à bord de l’un des bateaux les plus anciens et les plus polluants de cette compagnie. Ce porte-conteneurs de 240 mètres possède une capacité de plus de 3 200 conteneurs d’expédition. Cette phase d’essais aurait démontré que cette technologie est en mesure de capter plus de 78 % des émissions des cheminées des cargos et de les transformer en galets de calcaire.

Détail du système de capture du carbone provenant des gaz d'échappement du bateau.
Détail du système de capture du carbone provenant des gaz d’échappement du bateau. Crédit photo : Seabound capture d’écran vidéo

La transformation du CO2 en produit utile

En capturant les gaz d’échappement des navires, les armateurs transforment un produit à faible coût (chaux vive) en un produit plus précieux (CaCO₃), explique la start-up Seabound. En effet, les galets de calcaire pourraient être déchargés et vendus dans les ports. Ce qui permet aux armateurs de profiter des revenus qui contribueraient à compenser les coûts d’investissement et d’exploitation du système de capture de carbone à bord. Il est à noter que le prix de la chaux vive s’élevait à environ 185 € la tonne en 2023, tandis que le carbonate de calcium de qualité alimentaire se vendait à approximativement 674 € la tonne. Mais il n’est pas sûr que ces galets de calcaire issus des gaz d’échappement puissent être utilisés à des fins de consommation. Néanmoins, ce produit pourrait être utilisé dans diverses autres applications, notamment dans la construction.

Les gaz d'échapement du cargo sont transformés en galets de calcaire.
Les gaz d’échapement du cargo sont transformés en galets de calcaire. Crédit photo : Seabound capture d’écran vidéo

Les défis à relever

L’équipe de Seabound devrait encore pendre en compte un certain nombre de contraintes pour rendre viable et opérationnel sa technologie de capture de carbone. Elle vise notamment à améliorer le taux de capture des émissions marines jusqu’à 95 % pour le dioxyde de carbone. Il est à préciser que la start-up aurait déjà atteint plus de 90 % pour le soufre. Outre cela, cette entreprise devrait penser à l’encombrement et au poids de la future version de ce système à grande échelle. Plus d’informations : Seabound.co. Que pensez-vous de ce projet ? Nous vous invitons à nous donner votre avis, vos remarques ou nous remonter une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
seabound.co

Tsiory Laurence

Titulaire de licence en communication et en langue française, je travaille comme rédactrice web depuis déjà plus de dix ans. J'ai collaboré avec quelques agences de communication locales avant de rejoindre l'équipe de Neozone. Ce qui m'a permis de consolider mon expérience en matière de création de contenus web au fil du temps. J’accorde une grande attention à chaque article que j’écris. Mon objectif, c'est de vous fournir des informations, des solutions et éventuellement des conseils. Je peux traiter divers thèmes, mais mes sujets préférés sont l’innovation, la technologie, le voyage, l’immobilier et les actualités. J’espère que mes articles vous permettront de connaître des inventeurs et des entreprises novatrices en France, en Europe et dans le monde entier. « La vie est une grande école où à chaque instant l’homme s’enrichit et tire une leçon de ses propres expériences ». Cette citation de Maude Anssens m’inspire dans tout ce que j’entreprends au quotidien. J’aime aussi suivre les actualités politiques et économiques internationales. Je pense que donner le meilleur de soi et s’adapter aux évolutions du monde autant que possible sont des valeurs importantes qui peuvent nous aider à progresser et à rester toujours efficaces. Je suis sur Linkedin si vous voulez me faire passer un message.

2 commentaires

  1. Et comment on produit la chaux vive? Par decabonation du calcaire? Donc en promoduisant de Co2 et avec bcp d energie? Si oui, je vois pas en quoi il y a un gain environnemental.

  2. Comment obtient on la chaux ? En chauffant dans un four à chaux, du calcaire et libérant du CO2
    Cette affaire me paraît être juste un recyclage…de. CO2 : on récupère sur le bateau le CO2 émis par le four ; et comme les rendements ne sont jamais de 100% …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page