Innovation

Strasbourg : avec ses 400 m² de panneaux et stores solaires, les locataires de la Tour Elithis ne paient pas d’électricité !

Ne plus payer d'électricité ! C'est un rêve pour chacun d'entre nous ! Et c'est ce rêve que vivent des habitants de Strasbourg grâce à un ingénieux système qui permet à la tour d'être totalement autonome en électricité.

Si, comme nous vous étiez devant TF1 le 4 mai dernier, vous avez peut-être été subjugué par ce que vous avez découvert… Le reportage se déroulait dans la ville de Strasbourg et présentait un immeuble tout de verre, avec une particularité qui fait des envieux !

En effet, les différents habitants de l’immeuble ne paient pas d’électricité, ou très peu… Certains d’entre eux, reçoivent même des factures négatives ! Impressionnant ! Avouons que lorsque nous regardons nos propres factures d’électricité, nous aimerions pouvoir dépenser cet argent autrement… Mais comment est-ce possible aujourd’hui de ne pas payer d’électricité ? Explications.

Quelques chiffres

Dans un rapport publié en 2019, le Ministère de la Transition Écologique estime la facture moyenne d’électricité comme telle : “En 2017, les ménages ont dépensé en moyenne 1 519€ en énergie pour leur logement, dont 895€ en électricité, 337€ en gaz naturel, 187€ en produits pétroliers, 57€ en chaleur distribuée par réseau et 43€ en bois”.

La part de l’électricité reste donc très importante dans le budget d’un foyer… Dans cet immeuble de Strasbourg, tout a été pensé à la construction pour que cette part du budget soit réduite au maximum. La Tour Elithis Danube est composée de 700 m2 en façade, et de 400m2 de panneaux solaires en toiture.

À LIRE AUSSI :  Solar Container : un conteneur mobile pour déployer une ferme solaire n'importe où !   
Strasbourg : avec ses 400 m² de panneaux et stores solaires, les locataires de la Tour Elithis ne paient pas d'électricité !
Des stores solaires. Crédit : Mariusz Marcin

Comment fonctionne l’immeuble de Strasbourg ?

La Tour Elithis Danube est la première tour de logements à énergie positive. Elle se situe dans l’écoquartier Danube à Strasbourg. Ce projet soutenu par la Ville de Strasbourg, la communauté urbaine de Strasbourg, la SERS (société d’aménagement et d’équipement de la région de Strasbourg) et le pôle de compétitivité Alsace Energivie voit le jour en 2013. La conception est l’œuvre du cabinet parisien : X-TU.

Des stores solaires

Sur le toit de cet immeuble aux allures futuristes, se trouve 400 m² de panneaux photovoltaïques. Mais l’innovation réside surtout dans les stores qui sont, aussi photovoltaïques. Couplés à une application très performante, les résidents peuvent à distance savoir quand il faut les fermer pour engranger un maximum d’énergie.

Strasbourg : autonomes en énergie, les locataires de la Tour Elithis ne paient pas d'électricité !
Certains habitants reçoivent des factures d’électricité négatives. Crédit photo : Capture vidéo TF1 / Facebook

Une production couvrant les besoins des habitants à 104%

Et, bien sûr, quand il faut les ouvrir ! Grâce à ce système la tour produit 104% de ses besoins en électricité… D’où les factures négatives des habitants ! Une révolution dans le monde du logement ! Il existe déjà une tour Elithis à Dijon, et une seconde d’une soixantaine de logements est prévue, toujours à Dijon, en 2022… Nous aimerions bien y habiter pas vous ?

À LIRE AUSSI :  Quels sont les effets des plantes et jardins d'intérieur pour votre santé mentale et l'air de votre maison ?

Via
positivr.fr

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page