Innovation

Cerveau : des scientifiques ont inventé un casque innovant et prometteur pour le traitement des tumeurs

Le glioblastome ne laisse pratiquement aucune chance de survie aux patients qui en sont atteints, mais le premier test d’un casque magnétique pour lutter contre ce type de tumeur a obtenu des résultats prometteurs.

Le diagnostic du glioblastome équivaut en quelque sorte à une sentence de mort pour les patients: cette tumeur primitive du cerveau est la plus agressive, mais aussi la plus fréquente. 75 % des malades décèdent dans l’année qui suit le diagnostic et seulement 5 % vivent plus de cinq ans.

Le traitement du glioblastome commence généralement par une opération chirurgicale: cette intervention risquée a pour but d’enlever la majeure partie de la tumeur cérébrale. Le patient subit ensuite une radiothérapie ou une chimiothérapie. Les traitements font gagner un peu de temps, mais ils nuisent considérablement à la qualité de vie du patient.

Des aimants rotatifs pour générer un champ magnétique suffisamment puissant

D’une certaine manière, la recherche sur le glioblastome stagne: le taux de survie des patients n’a pratiquement pas bougé au cours des dernières décennies. Néanmoins, les travaux d’un groupe de chercheurs de l’Institut neurologique méthodiste de Houston concernant les effets du champ magnétique sur les tumeurs cérébrales malignes offrent la promesse d’un futur traitement plus efficace.

Des tests en laboratoire ont permis de découvrir que des champs magnétiques oscillants pouvaient tuer les cellules tumorales responsables du glioblastome. À noter que ces champs magnétiques étaient obtenus avec des aimants rotatifs, qui perturbent le transport des électrons indispensables au processus cellulaire pour produire de l’énergie, notent les chercheurs. Les champs magnétiques ciblent les composés produits par les cellules tumorales pour déclencher la perturbation; la destruction de cellules saines est ainsi évitée en éliminant celles du glioblastome.

La tumeur au cerveau réduite d’un tiers

En 2019, l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (US-FDA) a autorisé l’expérimentation sur un sujet humain: ce dernier était un patient de 53 ans dont la tumeur ne répondait plus aux traitements “agressifs”. L’homme a utilisé un casque magnétique avec trois aimants rotatifs pendant 36 jours : d’abord deux heures par jour, puis jusqu’à six heures par jour. (À noter que le patient est ensuite décédé des suites d’une blessure à la tête sans lien avec le traitement expérimental)

À LIRE AUSSI :
Cerveau : un implant expérimental pour détecter et soulager la douleur instantanément
Cerveau : des scientifiques ont inventé un casque innovant et prometteur pour le traitement des tumeurs
Casque d’appareil avec 3 oncoscillateurs attachés. Ils sont reliés à un boîtier contrôleur alimenté par une batterie rechargeable. Crédit photo : Houston Methodist Neurological Institute

Grâce à l’autorisation de la famille, les chercheurs de l’institut texan ont pu autopsier son cerveau. Il a été constaté que sa tumeur avait diminué de 31 % depuis le début de l’expérimentation, mais le décès brutal du patient les empêche  de conclure formellement cette étude quant à une augmentation des chances de survie.

Se soigner à la maison avec un équipement non invasif

« Grâce au courage de ce patient et de sa famille, nous avons pu tester et vérifier l’efficacité potentielle de la première thérapie non invasive du glioblastome au monde », a affirmé David S. Baskin, co-auteur de la recherche, dans un communiqué de presse.

Le casque magnétique expérimental se pose comme une alternative plus intéressante à la chimiothérapie et à la radiothérapie pour soigner les tumeurs au cerveau; sa prise en main est facile et les potentiels utilisateurs peuvent l’utiliser à la maison sans l’assistance d’un professionnel de santé. La revue scientifique Frontiers in Oncology a publié le 22 juillet dernier un article qui détaille la nouvelle étude.

« Nos résultats en laboratoire et avec ce patient ouvrent un nouveau monde de thérapie non invasive et non toxique pour le cancer du cerveau, avec de nombreuses possibilités passionnantes pour le futur », a ajouté Baskin.

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page