Innovation

Ces masques à base d’anticorps d’Autruche deviennent fluorescents en présence du coronavirus.

Un nouveau moyen de déceler la contamination du coronavirus vient de voir le jour au Japon. Des scientifiques ont mis au point des masques capables de prévenir le porteur de la contamination du virus grâce à des anticorps d'autruche. Et les tests se sont révélés très concluants !

Nous ne sommes pas sans savoir que chaque pays se retrouve touché par une pandémie mondiale qui ne cesse d’évoluer. Malgré les nombreux dispositifs mis en place par le gouvernement, le virus de la Covid-19 continue de se propager dans le monde entier. Depuis le début de cette pandémie, notre mode de vie a totalement changé. A la suite des nombreux confinements auxquels nous avons fait face, nos habitudes et nos centres d’intérêts sont devenus différents. Aujourd’hui, il est devenu impossible de se promener dans un lieu public fermé sans porter un masque chirurgical. Fait pour nous protéger face à la propagation du virus, celui-ci pourrait prochainement permettre de savoir quelles sont les personnes contaminées par le virus.

Une crise sanitaire à jamais dans l’histoire

Depuis maintenant près de deux ans, le monde entier fait face à une véritable guerre épidémiologique. Tout a commencé lorsqu’un virus encore inconnu a fait son apparition en Chine. Dès lors, des milliers de personnes ont été contaminées par ce virus portant le nom de Covid-19. Voyant le nombre de personnes victimes de ce virus, les différents gouvernements ont chacun pris des dispositions. Parmi elles, nous retrouvons les différents confinements ainsi que la création des gestes barrières et le port du masque obligatoire dans les espaces clos. Conçu pour nous protéger du virus qui a déjà fait des millions de victimes, une autre utilisation de ce masque pourrait bien voir le jour. Des Japonais auraient trouvé le moyen de les rendre fluorescents pour prévenir de la contamination du virus.

Des masques qui préviennent de la contamination du virus

Lorsque nous sommes contaminés par la Covid-19, il se peut que nous ne le sachions pas. Bien que certains symptômes ne laissent aucun doute, certaines personnes peuvent se révéler être asymptomatiques. Eh bien afin d’éviter cela, des chercheurs japonais viennent de mettre au point des masques assez particuliers, qui deviendraient fluorescents au contact du virus de la Covid-19. Et ceux-ci ont été créés à l’aide d’un élément plutôt improbable : des œufs d’autruches. Lors de précédentes recherches, les chercheurs Japonais ont découvert que les autruches possédaient de nombreux anticorps leur permettant de lutter plus facilement contre le virus en question. C’est alors que ces scientifiques ont eu l’idée d’extraire ces anticorps directement des œufs d’autruches. Ensuite, Yasuhiro Tsukamoto et son équipe ont incorporé ces anticorps dans un colorant fluorescent. Une fois appliqué sur un filtre textile, ce mélange se colore lorsqu’il est en contact du virus. Cependant, ces traces fluorescentes ne deviennent visibles que lorsqu’elles sont exposées à une lumière ultraviolette.

À LIRE AUSSI :
Un "phénomène" a tué trois fois plus de personnes que la Covid-19 en 2020, mais nous en parlons beaucoup moins…

Une première série de test prouve l’efficacité de ces masques

A la suite de leur découverte, les scientifiques ont procédé à une première série de tests. Pour ce faire, ils ont demandés à 32 personnes contaminées par le coronavirus de porter ces masques sur une durée de 10 jours. Et les résultats de ces premiers tests se révèlent concluants. En effet, les masques des 32 participants ont présenté des traces fluorescentes. Ces traces prouvent donc que le mélange réagit en présence du virus. D’autres tests devraient être effectué incessamment sous peu sur un échantillon de 150 personnes. Yasuhiro Tsukamoto espère voir son invention validée afin de pouvoir créer des kits de tests faciles destinés à plus large public. Un nouveau moyen de savoir si nous sommes contaminés par le virus de la Covid-19 !

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, j'aime parler d'actualités, d'environnement et de ce qui se rapporte aux sciences et à la psychologie. Je suis passionnée par les animaux en général et par tout ce qui touche à leur bien-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page