Innovation

L’armée américaine s’apprête à tester une arme hypersonique

L’US Air Force prévoit de tester ce mois-ci une arme hypersonique capable de se lancer dans le vide à plus de 20 000 km/h. Certes, cette vitesse est impressionnante, mais pour certains experts, elle ne servira à rien.

L’armée des États-Unis est sans aucun doute la mieux équipée et la plus avancée technologiquement au monde. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle n’est pas près de perdre son statut de leader. Preuve en est, si tout se passe comme prévu, l’US Air Force testera dans les prochaines semaines une arme hypersonique.

Il s’agit d’un missile capable de voler à Mach 20, c’est-à-dire à 20 fois la vitesse du son, soit à peu près 24 000 km/h. Selon notre source, à un moment donné au cours de ce mois de mars, l’arme sera lancée depuis les airs à partir d’un bombardier B-52H.

Un test reporté

Le missile, nommé AGM-183A, est censé être la première arme hypersonique — ou arme à réaction rapide lancée par air (ARRW) — de l’armée américaine. Mais comme le souligne Space.com, ce test a déjà été reporté. Le missile a débarqué à la base aérienne Edwards en Californie le 1er mars dernier pour un lancement prévu pour le 6 mars. Cependant, le 5 mars, des responsables ont annoncé un report de l’essai dans les 30 prochains jours, sans pour autant évoquer les raisons de cette décision.

Un vol à basse altitude

Les missiles hypersoniques tels que l’AGM-183A, se déploient généralement en deux étapes. Tout d’abord, une fusée accélère l’arme à plusieurs fois la vitesse du son à une altitude beaucoup plus faible que celle à laquelle volent les missiles balistiques intercontinentaux (ICBM). Cela évite d’être repéré par les radars. Ensuite, un planeur se déploie pour transporter la charge explosive vers la cible. Cette manière de voler à basse altitude présente néanmoins des contraintes majeures.

À LIRE AUSSI :
Un enfant prend le contrôle du compte Twitter du centre de commandement des armes nucléaires américaines...

https://twitter.com/spaceanswers/status/1371839057358172166

En effet, plus on s’approche du sol, plus la vitesse air diminue, sans parler des obstacles physiques à éviter. À vitesse égale, par rapport aux ICBM, les ARRW sont donc censés mettre plus de temps à atteindre une cible qui se trouve à une même distance.

Un concept qui ne fait pas l’unanimité

Interrogé par nos confrères de Live Science, l’analyste militaire Pavel Podvig a déclaré que de telles armes ne serviraient à rien. « Je pense que vous n’avez pas vraiment besoin de ce type de capacité », a-t-il déclaré, suggérant que le fait d’utiliser des armes hypersoniques « ne change pas grand-chose en termes de capacité à atteindre des cibles ».

De son côté, l’armée estime qu’une ARRW pourrait être utile pour frapper des cibles « sensibles au temps ». À noter que les États-Unis n’est pas le seul pays à s’intéresser aux armes hypersoniques. Vladimir Poutine a annoncé pour la première fois un programme similaire en 2018.

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

2 commentaires

  1. Il y a quelques approximations dans cet article. À vitesse air égal, c’est la vitesse sol qui augmente avec l’altitude, et non l’inverse, car le facteur limitant d’un aéronef est sa vitesse air.
    Deuxième chose la Russie dispose de ce type d’armes depuis au moins deux ans

  2. je crois que Paul se trompe quand il dit :
    “21 mars 2021 à 12 h 38 min
    Il y a quelques approximations dans cet article. À vitesse air égal, c’est la vitesse sol qui augmente avec l’altitude, et non l’inverse, car le facteur limitant d’un aéronef est sa vitesse air.”

    A vitesse air égale, la vitesse sol diminue avec l’altitude…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page