D’ici quelques années le chauffage des habitations viendra peut-être des kilomètres de bitume encore inexploités… Les techniques n’en sont qu’à leurs balbutiements mais devraient évoluer rapidement.

Les infrastructures routières pourraient devenir le moyen de chauffage mais également de rechargement des voitures électriques. Eurovia mène actuellement des travaux à Feurs (Loire) pour que la chaussée voisine de la piscine permette de chauffer les bassins. Quant à Colas, filiale de Bouygues, ils planchent sur une route solaire capable de fournir de l’électricité.

Le bitume exposé au plein soleil peut atteindre des températures de 60° en surface et 40° à 10 cm de profondeur, c’est donc cette énergie inutilisée qu’Eurovia a décidé d’exploiter. La route solaire quant à elle permettra d’alimenter du mobilier urbain (lampadaires, abribus) et des bornes de recharge pour vélo électrique.


A lire également : PlasticRoad, le plastique qui pollue les océans bientôt recyclé en routes


  • Power Road, la route à énergie positive

Afin de produire une source de chauffage, un échangeur thermique est placé dans la couche supérieure de la route. Cet échangeur est lui-même composé de tubes où un fluide caloporteur circule. Ce fluide permet de transporter la chaleur d’un point à un autre. La chaleur est ensuite stockée dans des sondes géothermiques puis redistribuée par les alimentations des bâtiments. A terme, ces routes chauffantes devraient pouvoir chauffer une habitation de 70 m² pour 25 m² d’installation.

A LIRE AUSSI SUR NEOZONE :
Des chercheurs travaillent sur une pile qui fonctionne avec la sueur humaine

75 projets de Power Road sont actuellement en cours de réalisation en Europe, 5 sont déjà livrés ou en cours de livraison. A Feurs, les bassins de la piscine municipale devraient être bientôt préchauffés grâce à ce système.

  • Wattway, la route solaire

La route solaire est recouverte d’un revêtement photovoltaïque directement fixé sur la route qui va produire de l’électricité. Les éléments photovoltaïques ainsi installés pourraient permettre d’améliorer la sécurité urbaine en éclairant écologiquement des bornes de lumière. En terme de sécurité, à Montpellier, ce seront les caméras de supervision de la circulation routière qui seront alimentées par ce système.

Nous n’en sommes pas encore au stade de l’Allemagne qui recharge déjà les camions roulants sur l’autoroute avec l’E-Highway dont nous vous parlions il y a quelques jours mais les expérimentations des constructeurs comme Renault vont bon train et il sera sans doute possible dans quelques années de recharger n’importe quelle voiture en roulant, la technologie viendra donc de ces millions de kilomètres de routes jusque là inexploités… Reste à connaître les éventuelles conséquences sur l’environnement en dépit des méthodes solaires ou photovoltaïques utilisées. Est-ce une vraie bonne idée ? On attend de voir !

Selon les information du site leparisien.fr
Photos de couverture De Sonpichit Salangsing / Shutterstock