Innovation

Un appareil innovant capable de surveiller l’activité cérébrale… en Bluetooth !

Des scientifiques ont mis au point un système expérimental de stimulation cérébrale profonde (DBS) destiné aux personnes souffrant de la maladie de Parkinson. Une invention qui pourrait améliorer radicalement le quotidien des patients.

Force est de constater qu’il n’y a pas eu d’avancées marquantes en matière de traitement de la maladie de Parkinson ces dernières années. Cela ne signifie pas pour autant que la recherche est au point mort. Bien au contraire, des pistes encourageantes se dressent et les scientifiques travaillent sur une grande variété d’approches thérapeutiques qui pourraient un jour permettre aux patients de vivre plus confortablement en dépit des troubles affectant leur système nerveux.

À ce propos, un groupe de recherche dirigée par le Dr Philip Starr a développé en 2018, en collaboration avec l’université de Californie à San Francisco, un nouveau dispositif de stimulation cérébrale profonde ou DBS (Deep brain stimulation).

Des signaux générés par un neurostimulateur

Le DBS est un traitement chirurgical de la maladie de Parkinson. Il consiste à implanter de minces fils dans des régions spécifiques du cerveau pour fournir des signaux électriques continus. Ces derniers sont produits par un dispositif électronique appelé neurostimulateur. Le but du traitement est de contrôler l’activité cérébrale anormale associée à la maladie, ce qui a pour effet d’atténuer les symptômes.

Mais jusqu’ici, pour ajuster l’intensité du signal, les patients ont besoin de l’assistance d’un médecin. Celle-ci a besoin d’être calibrée manuellement — le plus souvent à l’hôpital — en fonction d’évolution des symptômes, lesquels se manifestent généralement par des troubles du comportement, notamment des tremblements.

Notre cerveau ne possèderait pas une, mais cinq mémoires différentes !

Un enregistrement sans fil continu du signal cérébral

Avec le nouveau dispositif, cela n’est plus nécessaire dans la mesure où les ajustements se déroulent de façon entièrement automatique, sur la base de l’activité cérébrale enregistrée. La stimulation n’est alors délivrée que lorsque le patient en a besoin. Pour que cela soit possible, les chercheurs ont mis au point un système permettant d’envoyer les signaux cérébraux collectés à un programme informatique intégré dans l’appareil.

Un appareil innovant capable de surveiller l’activité cérébrale au quotidien... en Bluetooth !
Des électrodes implantées et connectées à un appareil portable. Crédit photo : Starr lab, UCSF

L’algorithme détermine ensuite quand stimuler le cerveau au lieu de fournir une stimulation continue. Pour couronner le tout, l’équipe a ajouté plusieurs fonctionnalités qui permettent « un enregistrement sans fil continu et direct de l’ensemble du signal cérébral pendant de nombreuses heures ». Les données peuvent en outre être consultées à distance par un médecin, au travers d’un serveur sécurisé, au cas où un suivi spécifique serait nécessaire.

Un concept révolutionnaire

« Cela signifie que nous sommes en mesure d’effectuer des enregistrements cérébraux entiers sur une longue période pendant que les gens mènent leur vie quotidienne », a expliqué Starr. À noter que les résultats de l’étude ont été publiés dans la revue scientifique Nature Biotechnology. D’après Ro’ee Gilron, auteur principal de l’article, l’invention a le potentiel de permettre un niveau de traitement DBS personnalisé qui était auparavant impossible.

Le jeûne intermittent permettrait d'améliorer la mémoire et l'espérance de vie

Ce potentiel, l’équipe l’a testé pendant 15 mois chez cinq patients atteints de la maladie de Parkinson. Plus de 2600 heures de données sur l’activité cérébrale ont ainsi été récoltées, ce qui a permis d’établir des modèles pour une stimulation cérébrale profonde adaptative. A“vec ce type de technologie, il est possible de surveiller à distance des patients qui ne peuvent pas se déplacer ou encore qui ne vivent pas à proximité d’un hôpital” explique le site futura-sciences.

« C’est vraiment le premier exemple d’enregistrement sans fil de l’activité cérébrale humaine profonde et superficielle pendant une période prolongée », a déclaré dans un communiqué Kari Ashmont, chef de projet chez les National Institutes of Health’s Brain Research Through Advancing Innovative Neurotechnologies. « Il s’agit également de la première démonstration de stimulation cérébrale profonde adaptative à domicile », a-t-il ajouté, rapportent nos confrères de Technologynetworks.com.

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Articles similaires

Un commentaire

  1. Un concept monstrueux si utilisé sur des militaires humains pour les manipuler comme des marionnettes ❗

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page