« Une découverte majeure », l’invention d’une cellule solaire transparente au spectre lumineux nécessaire aux plantes

Ne plus condamner les terres agricoles pour installer des panneaux solaires. Voici tout l'enjeu de ces nouvelles cellules solaires innovantes à base de pérovskite !

Lorsque des panneaux solaires sont installés à grande échelle, la surface qu’ils prennent aux sols est un véritable problème et un frein au développement de cette production verte d’électricité. Concrètement, les panneaux photovoltaïques sont, la plupart du temps, installés sur des terrains constructibles ou sur des terrains agricoles. Aussi, les propriétaires de ces terrains rechignent parfois à les voir disparaître au profit de la production d’électricité. En Israël, des chercheurs ont développé des cellules d’énergie solaire qui permettent de continuer à cultiver les terres qui se trouvent en dessous. Une découverte majeure qui pourrait permettre un meilleur développement des panneaux photovoltaïques. Découverte.

Quelle est cette invention ?

Mises au point par des chercheurs de l’Université hébraïque de Jérusalem, les cellules solaires sont dites sélectives, car elles assurent de produire de l’électricité, mais également de conserver la possibilité de cultiver sous les cellules. Matériellement, la cellule solaire est recouverte d’un petit carré rouge transparent qui laisse la lumière passer pour les plantations et qui, simultanément, stocke l’excès d’énergie pour l’utiliser comme électricité. Ce carré rouge est la véritable innovation de cette cellule solaire, car elle ne fait plus rempart à ce qui se trouve sous le panneau. Cette nouvelle cellule est issue de la collaboration entre Haim Rabinowitch professeur à la faculté Smith et Lioz Etgar, professeur de l’institut de chimie de l’université hébraïque de Jérusalem.

Le carré rouge transparent est une cellule solaire qui permet à la lumière d'accéder aux plantes.
Le carré rouge transparent est une cellule solaire qui permet à la lumière d’accéder aux plantes.
Crédit photo : Pr Lioz Etgar)

Des premiers tests encourageants

Les chercheurs ont déjà pu tester les performances de leur nouvelle cellule solaire et ils sont confiants pour l’avenir ! Cette cellule solaire vient répondre à la problématique de condamner des terres agricoles, donc nourricières, pour y installer des champs de panneaux solaires. Elles pourraient également recouvrir des cultures de grandes hauteurs comme les serres, vergers ou rizières. Selon les premiers tests, cette nouvelle production d’énergie verte réduirait le coût de l’énergie en Israël d’au moins 75 %. Les chercheurs aspirent à recouvrir la moitié des serres d’Israël pour dépasser l’objectif national de production d’électricité verte prévu pour 2050.

Comment fonctionnent ces nouvelles cellules solaires ?

Les nouvelles cellules solaires israéliennes se fondent sur des cristaux de pérovskite, un minéral fait de titane et d’oxyde de calcium découvert en 1839, mais encore peu utilisé dans ce domaine. La pérovskite étant un matériau disponible et relativement bon marché, elle pourrait être une solution d’avenir pour développer le photovoltaïque. Grâce à une substitution chimique, les cellules solaires deviennent transparentes à la partie du spectre lumineux la plus efficace pour les plantes via la photosynthèse. Le reste de l’énergie lumineuse engrangée est transformée en électricité. Le professeur Lioz Etgar explique : « Depuis des années, il est évident que la majeure partie de l’énergie lumineuse dans les serres agricoles est gaspillée, car les plantes n’utilisent qu’une fraction de l’énergie solaire, tandis que le reste est renvoyé dans l’atmosphère par rayonnement. Dans les serres, elle devient de l’énergie thermique, dont les cultivateurs doivent se débarrasser pendant la plupart des mois de l’année ». Selon lui, cette solution par l’intermédiaire de nouvelles cellules solaires maximiserait la production d’électricité solaire de 300 % sur les terres agricoles. Ce qui réduira le coût de l’électricité tout en conservant ou en augmentant les revenus de l’agriculteur. En effet, ce dernier pourra continuer à cultiver, produire de l’électricité et la revendre le cas échéant.

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Jpost.com

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 23 ans, j'écris depuis trois ans, avec une préférence pour les domaines liés à l'actualité, à la psychologie, aux études scientifiques, ou à la protection et l'environnement dans son ensemble. Mon petit parcours de rédactrice junior s'inspire de différentes études scientifiques, ou de sujets d'actualité abordés dans différents médias que je suis avec intérêt. Particulièrement touchée par la protection des animaux, j'aime vous transmettre les avancées et les lois relatives au bien-être animal. Personnellement engagée comme présidente d'une association, je mets un point d'honneur à protéger les animaux de toute nature (hérisson, abeilles, insectes, chiens ou chats)... Je n'ai probablement pas l'expérience professionnelle de certains rédacteurs en matière de politique, de principes scientifiques. Mais, je tente d'apporter ma petite pierre à l'édifice en vous racontant mes expériences et mes réflexions dans des domaines qui me touchent. Et, puisque la vie est une surprise chaque jour, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. C'est la raison pour laquelle, à 23 ans, j'ai encore besoin d'apprendre des milliers de choses, et de me cultiver pour vous conter encore plus d'histoires passionnantes. Rejoignez-moi dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens... Ma passion pour les animaux en général a toujours été au cœur de mes préoccupations. Soucieuse de leur bien-être et de leur place dans notre monde, je m'efforce de sensibiliser mon audience à leur protection, à travers des articles informatifs et engagés. Qu'il s'agisse de sujets comme la conservation des espèces, les droits des animaux ou simplement des anecdotes touchantes, je trouve une grande satisfaction à partager mes connaissances et mes réflexions pour encourager une prise de conscience collective. En tant que jeune professionnelle, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. Je m'efforce de rester à l'affût des dernières découvertes scientifiques, des débats sociétaux émergents et des avancées technologiques, afin d'enrichir mon travail et d'offrir à mes lecteurs un contenu pertinent et stimulant. N'hésitez pas à me rejoindre dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens..

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page