Innovation

Une entreprise Turque fabrique des “tuiles-nids” pour étudier et protéger les oiseaux des villes

En Turquie, les autorités remplacent des tuiles classiques par de petits nids avec perchoir... De cette manière, ils espèrent créer un environnement pour les oiseaux et les concentrer sur un seul et même endroit plutôt que de les laisser proliférer en ville.

Les pigeons sont un fléau dans certaines villes du monde ! A Rome comme à Paris, on ne doit pas les nourrir sous peine d’amende… Leur prolifération cause des dégâts, notamment à cause de leurs fientes. En Turquie les autorités ont décidé de les encourager à rester sur place.

Et au lieu de dresser des pics anti-oiseaux, à Çorum, ils préfèrent leur installer des nids sur les toits ! La 5e Direction régionale de la protection de la nature et des parcs nationaux a installé des tuiles-nids. Et ce, dans le cadre d’un événement organisé par la municipalité. Et ceci, afin de sensibiliser le public à la protection des oiseaux !

Le procédé des tuiles oiseaux ne nécessite pas de travaux pharaoniques… Il suffit de remplacer la tuile existante par la tuile-nid. Chaque tuile coûte 18 livres turcs (soit 2.33€ environ), elles ont été posées sur le toit du Victory Museum, musée affilié à la Direction des Parcs Nationaux. Dans le futur, d’autres tuiles orneront bientôt les toits des maisons de culture ottomane et seldjoukide.

Ces tuiles se présente comme un petit nid doté d’un perchoir en bois qui remplace la tuile. Les autorités turques précisent que ces tuiles sont posées à des fins d’études, et qu’ils observeront désormais le comportement des oiseaux avec ces nids artificiels.

À LIRE AUSSI :
Un bec imprimé en 3D pour sauver un Calao bicorne atteint d'un cancer

https://www.facebook.com/105598322813365/photos/pcb.3079592495413918/3079591582080676/

Finalement en proposant à ces oiseaux des endroits pour nicher, dans des espaces verts ou sur les toits de grands bâtiments, cela permettrait peut-être de les éloigner des centres-villes. Ils viendront toujours y quémander quelques denrées mais ils ne chercheront plus à y nicher ? Et au lieu d’envahir le parvis de Notre-Dame-de-Paris, peut-être que les pigeons pourraient migrer un peu plus loin, là où ils pourraient nicher en toute tranquillité ?

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page