Le violentomètre vous connaissez ? C’est cette jauge de violences au sein d’un couple qui peut libérer la parole de ceux qui sont victimes…

Tout le monde sait qu’une relation amoureuse n’est pas forcément une chose simple. Il n’est pas toujours évident de savoir si la relation est plutôt saine ou si l’on est sous l’emprise d’un homme (ou d’une femme) qui s’apparenterait plus au pervers narcissique qu’au gros ours gentil…

La violence morale est encore plus difficile à déterminer au sein d’un couple surtout quand la relation est naissante. De plus, les violences morales ou physiques dans un couple sont encore un sujet tabou en France. Pourtant des initiatives de sensibilisation ou d’alerte existent. Que ce soit le point noir dans la main ou le violentomètre il faut les connaître et les faire connaître.


A lire également : Il existe une maladie rare qui empêche les femmes d’entendre la voix des hommes


Le violentomètre :

Conçu à la fin de l’année 2018 à l’initiative de la Mairie de Paris, de l’Observatoire des violences faites aux femmes de Seine Saint Denis et de l’association En Avant Toute(s), le violentomètre se présente comme une jauge qui pose différentes questions aux femmes (mais elles peuvent également s’adresser aux hommes) sur leur vie de couple…

Les questions posées correspondent à une couleur : vert si les réponses à ces questions indiquent un comportement normal, orange qui s’avère être supportable mais à la limite du rouge, qui lui est complètement rédhibitoire par rapport à la sérénité du couple formé.

L’échelle est graduée sur 24 questions et indique le niveau de violence dans lequel s’inscrit une relation. Elle permet donc de voir si la relation est basée sur le consentement ou si l’un des deux partenaires est soumis et violenté par l’autre.

Il offre également aux professionnels qui l’utilise une indication sur le fondement de la relation d’un patient venu consulter pour un état dépressif ou un mal être latent. Le violentomètre leur permet de savoir sans juger !

Le point noir dans la main :

Ce point noir a été instauré par une anglaise, qui, victime de violences conjugales, a eu l’idée de cette marque discrète qui permet d’alerter sans parler… Parler de violences conjugales semble si difficile aujourd’hui que cette petite marque distinctive peut sauver des vies… Pensez-y si vous voyez ce point noir dans la main d’une femme !