Comment les filtres d’embellissement des réseaux sociaux ont eu raison des followers d’une influençeuse chinoise, drôle mais inquiétant !

Les réseaux sociaux de type Instagram nous abreuvent de photos toutes plus parfaites les unes que les autres. Les salons des influenceuses sont toujours impeccablement rangés, parfaitement coordonnés et agréables à regarder. Les influenceuses elles-mêmes sont toujours apprêtées, parfaites.

On sait tous que la plupart des photos publiées sont retouchées ou que des filtres y sont apposés mais une influenceuse chinoise, Qiao Biluo s’est retrouvée au cœur d’une polémique dont elle se serait bien passée à cause d’une panne de filtre ! Ou quand la technologie dépasse l’entendement de ces femmes qui font tout et surtout n’importe quoi pour attirer les followers.


A lire également : Comment envoyer des photos ou des vidéos sur Instagram avec un ordinateur


Ainsi lors d’un chat en direct avec ses followers le 25 juillet dernier, l’influenceuse Qiao Biluo, la vingtaine clinquante et le visage parfait a été victime d’une panne sur le site DouYu, l’équivalent chinois du site de streaming Twitch.

Vidéo : 2019 – Chine – Cette “jolie et jeune vloggeuse” s’avère être une personne de 58 ans

Elle aurait ainsi pu reprendre l’adage Ô rage, ô désespoir, ô vieillesse ennemie de Corneille dans Le Cid, puisque les personnes connectées à ce moment précis ont finalement découvert une femme de 58 ans, sans retouche ni filtre

Une vraie femme au naturel en fait… Les internautes masculins ont déserté son compte et son direct en quelques minutes ! C’est assez drôle de voir leurs réactions, en revanche c’est beaucoup plus inquiétant de voir combien les femmes (en particulier) sont prêtes à ne plus être elles-mêmes juste pour un semblant de célébrité sur les réseaux sociaux !

D’après les informations du site BFM Tv, Qiao Biluo aurait affirmé avoir volontairement désactivé le filtre de beauté pour alerter les internautes sur les retouches à outrance de certaines influenceuses que ce soit en Chine ou ailleurs. On ne demande qu’à la croire même si nous restons légèrement sceptiques….