Une centrale nucléaire russe s’apprête à entamer un voyage de 5000 kilomètres à travers l’Océan Arctique… On espère vraiment qu’elle arrivera à bon port !

26 Avril 1986 – Tchernobyl – Ukraine ! Il suffit de ces quelques mots pour que nous revienne le souvenir de la plus grande catastrophe nucléaire de tous les temps. Tchernobyl est aujourd’hui une ville fantôme, laissée à l’abandon et à jamais rayée de la carte face aux taux de radioactivité qui irradient encore les sols, 33 ans après l’explosion du réacteur…

On le sait aujourd’hui, ce réacteur fût poussé à l’extrême de ses performances et on a vu le résultat. Aujourd’hui la Russie s’apprête à faire voyager sur 5000 kilomètres une centrale nucléaire flottante… On a de quoi être inquiets, peut-être…


A lire également : La chine dévoile un soleil artificiel 6 fois plus chaud que notre étoile


Pour le moment ancrée sur le port de Mourmansk à l’extrême nord-ouest de la Russie, il est prévu qu’elle soit acheminée à Pevek une bourgade de 5000 habitants tout à l’est de la Sibérie, au bord de l’arctique. Selon FranceTV Info, le choix du lieu ne serait pas anodin.

Vidéo : Une première centrale nucléaire flottante en Russie (AFP)

Le sous-sol de l’arctique regorge de réserves minières telles que l’or ou le cuivre, qui à cause du réchauffement climatique avéré deviennent largement exploitable au fil du temps. La centrale nucléaire flottante baptisée Akademik Lomonosov est capable d’alimenter 150 000 personnes en électricité.

A LIRE AUSSI SUR NEOZONE :
Ils inventent des maquillages qui trompent les logiciels de reconnaissance faciale

L’essor de Pevek est donc en route tout comme cet inquiétant bâtiment de 144 m de long sur 30 m de large qui sera acheminé par des remorqueurs. Les associations de défense de l’environnement s’inquiète quand on connaît la maîtrise du nucléaire en Eurasie !  Nous n’avons aucune garantie quant à la parfaite étanchéité des cuves, ni quant à la résistance aux forts courants marins de celles-ci. Et si les cuves venaient à disséminer les éléments radioactifs dans les océans ? La mise en service de cette centrale flottante est prévue pour décembre 2019, il n’y a plus qu’à espérer que tout a été fait pour éviter qu’un nouveau Tchernobyl ne vienne cette fois-ci anéantir les eaux de la planète !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Linda (@gonzoanhizreluctantmom) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Inside Globe (@insideglobe) le