InnovationInsolite

Russie : Une centrale nucléaire flottante est en route pour la Tchoukotka

Une centrale nucléaire russe s’apprête à entamer un voyage de 5000 kilomètres à travers l’Océan Arctique… On espère vraiment qu’elle arrivera à bon port !

26 Avril 1986 – Tchernobyl – Ukraine ! Il suffit de ces quelques mots pour que nous revienne le souvenir de la plus grande catastrophe nucléaire de tous les temps. Tchernobyl est aujourd’hui une ville fantôme, laissée à l’abandon et à jamais rayée de la carte face aux taux de radioactivité qui irradient encore les sols, 33 ans après l’explosion du réacteur…

On le sait aujourd’hui, ce réacteur fût poussé à l’extrême de ses performances et on a vu le résultat. Aujourd’hui la Russie s’apprête à faire voyager sur 5000 kilomètres une centrale nucléaire flottante… On a de quoi être inquiets, peut-être…


A lire également : La chine dévoile un soleil artificiel 6 fois plus chaud que notre étoile


Pour le moment ancrée sur le port de Mourmansk à l’extrême nord-ouest de la Russie, il est prévu qu’elle soit acheminée à Pevek une bourgade de 5000 habitants tout à l’est de la Sibérie, au bord de l’arctique. Selon FranceTV Info, le choix du lieu ne serait pas anodin.

À LIRE AUSSI :  Comment Pepsi est devenu la 6ème puissance militaire mondiale en 1989

Vidéo : Une première centrale nucléaire flottante en Russie (AFP)

Le sous-sol de l’arctique regorge de réserves minières telles que l’or ou le cuivre, qui à cause du réchauffement climatique avéré deviennent largement exploitable au fil du temps. La centrale nucléaire flottante baptisée Akademik Lomonosov est capable d’alimenter 150 000 personnes en électricité.

L’essor de Pevek est donc en route tout comme cet inquiétant bâtiment de 144 m de long sur 30 m de large qui sera acheminé par des remorqueurs. Les associations de défense de l’environnement s’inquiète quand on connaît la maîtrise du nucléaire en Eurasie !  Nous n’avons aucune garantie quant à la parfaite étanchéité des cuves, ni quant à la résistance aux forts courants marins de celles-ci. Et si les cuves venaient à disséminer les éléments radioactifs dans les océans ? La mise en service de cette centrale flottante est prévue pour décembre 2019, il n’y a plus qu’à espérer que tout a été fait pour éviter qu’un nouveau Tchernobyl ne vienne cette fois-ci anéantir les eaux de la planète !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Linda (@gonzoanhizreluctantmom) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Inside Globe (@insideglobe) le

blank

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page