Science

Titanosaures : découverte d’une nouvelle espèce de dinosaure en Australie

Une nouvelle espèce de dinosaure, l'Australotitan cooperensis, a été découverte sur le continent Australien. Il fait partie des cinq plus grands titanosaures découverts à ce jour.

Tout commence en 2006 dans le nord-est de l’Australie. Robyn et Stuart Mackenzie élèvent leurs troupeaux de moutons et de bœufs dans leur ferme familiale de l’État du Queensland. Un jour, alors qu’ils parcourent à moto leurs immenses terres de l’outback, ils tombent sur un tas de grosses pierres noires. Sans le savoir, ils viennent de faire une découverte historique pour leur pays et la paléontologie. En effet, une étude préliminaire confirme qu’il s’agit de fossiles de dinosaures.

Ce n’est qu’en 2021, après des recherches longues et minutieuses, que ces ossements ont pu être formellement identifiés. La découverte de cette nouvelle espèce de dinosaure en Australie a été publiée dans la revue PeerJ. Les paléontologues du Queensland Museum et de l’Eromanga Natural History Museum y présentent les caractéristiques de ce spécimen, expliquent le procédé d’identification et affirment que les sols australiens pourraient bien ne pas encore avoir livré tous leurs secrets.

Le plus grand dinosaure jamais découvert en Australie

Les premiers fragments de ce squelette ont été découverts en 2006. Il a été baptisé Cooper par les chercheurs, en référence à Cooper Creek, la crique près de laquelle ses ossements avaient été retrouvés. La publication scientifique vient de présenter les résultats d’une recherche minutieuse : Cooper est le premier spécimen découvert d’une nouvelle espèce de dinosaure, l’Australotitan cooperensis.

Selon les données présentées par les paléontologues, il vivait dans le bassin d’Eromanga pendant la période du Crétacé, il y a environ 100 millions d’années. À l’époque, l’Australie était encore rattachée à l’Antarctique et faisait partie du supercontinent Gondwana. Il mesurait entre 5 et 6,5 mètres de hauteur, et 25 à 30 mètres de longueur selon les estimations. Son poids est estimé entre 23 et 75 tonnes. À titre d’exemple, ce sauropode était long comme un terrain de basket et plus haut qu’une girafe.

Les recherches menées par l’équipe montrent que ce dinosaure est étroitement lié à 3 autres sauropodes australiens. Ces derniers – Diamantinasaurus matildae, Wintonotitan wattsi et Savannasaurus elliottorum – vivaient au Crétacé comme Cooper et ont été découverts durant les 30 dernières années. En revanche, cet Australotitan les surpasse tous par ses dimensions. Il est bien le plus grand animal à avoir foulé le sol australien.

15 ans de travail minutieux pour identifier cette nouvelle espèce de dinosaure en Australie

Dans un communiqué de presse, le musée du Queensland a attiré l’attention sur le fait que cette identification est le résultat d’efforts conjoints entre paléontologues, géologues, préparateurs de fossiles et bénévoles. En effet, les premiers ossements du squelette de Cooper ont été trouvés en 2006. Cette découverte a d’abord été tenue secrète, le temps que les chercheurs réalisent méticuleusement le chantier de fouilles. Les fossiles n’ont été montrés au public qu’un an plus tard, en 2007. Il aura fallu une quinzaine d’années de recherches pour reconstituer le squelette du dinosaure et en savoir plus sur Cooper. C’est en le comparant avec d’autres sauropodes, qu’il a été possible d’affirmer avec certitude que ce dinosaure appartient à une nouvelle espèce.

Scott Hocknull, paléontologue du Queensland Museum, a confirmé que son équipe a réalisé un travail très long et fastidieux pour en arriver à cette conclusion. Pour identifier formellement Cooper comme premier spécimen d’une nouvelle espèce, les chercheurs ont comparé les os fossilisés de Cooper, le « titan du Sud », avec ceux déjà connus et découverts dans d’autres parties de l’Australie et du monde entier. Or, les os de ces sauropodes sont énormes, lourds et surtout très fragiles. Ils sont aussi conservés dans des musées disséminés aux 4 coins du globe. Il est techniquement impossible de les déplacer pour les mettre côte à côte et en observer les différences et les similitudes. Cela risquerait également de détruire les échantillons les plus fragiles.

L’équipe de scientifiques a alors cherché une solution alternative et s’est tourné vers la technologie numérique. Ils ont utilisé pour la première fois un équipement capable de scanner et de modéliser, un à un, tous les fragments d’os retrouvés à Eromanga. Il a été ensuite plus facile de les comparer à ceux provenant d’autres musées. Cette numérisation en trois dimensions a permis à Scott Hocknull de réaliser l’exploit de transporter plus d’une tonne d’os de dinosaure dans un ordinateur portable de moins de 10 kilos. La capture numérique des fragments osseux a apporté des informations précieuses, comme le fait que les os de Cooper avaient été piétinés par d’autres sauropodes.

L’Australie, le nouveau terrain de jeu des paléontologues

Jusqu’à la fin des années 90, les plus grandes découvertes de dinosaures ont eu lieu en Amérique du Sud et principalement en Argentine. L’Australie n’était alors pas considérée comme un haut lieu de la paléontologie. Pourtant, depuis 20 ans, de nombreuses découvertes confirment que cette partie de la planète a elle aussi accueilli une grande variété de dinosaures à la fin de l’ère Mésozoïque. Scott Hocknull précise que le bassin d’Eromanga est un énorme bassin sédimentaire qui abritait, à l’époque du Crétacé, une grande mer intérieure. Ce point d’eau était essentiel pour les sauropodes et peut expliquer pourquoi les découvertes récentes ont eu lieu dans cette partie de l’Australie.

Titanosaures : découverte d'une nouvelle espèce de dinosaure en Australie
La recherche de fossiles en Australie, nouveau terrain de jeu des paléontologues. Crédit photo :S.A. Hocknull et al. 2021

On sait encore peu de choses sur la faune qui peuplait cette zone, à l’époque de la séparation du supercontinent Gondwana. Les scientifiques pensent que, si l’Australie n’a pas encore fourni autant de restes de dinosaures que d’autres pays, ce n’est pas parce que le sol n’en contient pas. C’est surtout parce qu’il y a eu moins de fouilles paléontologiques dans cette région du monde. Selon les spécialistes, tous les fossiles n’ont pas été exhumés et le Queensland pourrait bien devenir la « paléo-capitale » de l’Australie.

Les chercheurs pensent que des créatures aussi imposantes seront bientôt découvertes. Dans tous les endroits du monde où ces gigantesques dinosaures ont été trouvés, des fouilles ont aussi mis à jour des fossiles d’énormes théropodes qui étaient leurs prédateurs.

Les théropodes sont des bipèdes souvent carnivores – comme le plus célèbre d’entre eux le Tyrannosaurus rex. Quelques spécimens ont déjà été retrouvés dans la région de Winton mais ceux-ci étaient trop petits pour menacer le « titan du Sud ». Selon le Dr Hocknull, cela veut donc dire qu’il existe probablement un très grand prédateur qui n’a, pour le moment, pas encore été exhumé.

Cet Australotitan rejoint le groupe des titanosaures, les dinosaures géants

Avec ses mensurations exceptionnelles, ce dinosaure appartient au groupe des titanosaures. Selon l’équipe de chercheurs, leur titan australien se classe parmi les 5 plus lourds titanosaures au monde et parmi les 15 plus longs.

Les autres plus grands spécimens de ce groupe ont été découverts en Amérique du Sud, voilà leur classement :

  • Patagotitan majorum , autrement appelé le « titan de Patagonie » est considéré actuellement comme le plus gros dinosaure jamais découvert sur Terre. L’équipe de chercheurs qui l’a exhumé en 2017 estime qu’il devait mesurer aux alentours de 37 mètres et que son poids devait avoisiner les 70 tonnes, soit environ les dimensions d’un Boeing 737. Au garrot, sa hauteur était de 8 mètres.
  • Argentinosuarus huinculensis est un titanosaure dont la découverte date de 1989. Ce « lézard d’Argentine » est un sauropode géant qui mesurait environ 35 mètres et pesait environ 80 tonnes.
  • Futalognkosaurus – lézard chef géant – est un herbivore au long cou, dont les fossiles ont été retrouvés en 2000 dans la province de Neuquen. Il devait quant à lui mesurer au maximum 30 mètres pour un poids de 30 tonnes.
  • Dreadnoughtus, « celui qui ne craint rien » a été découvert en 2005. Sa longueur est d’environ 26 mètres pour un poids de presque 30 tonnes.
  • Notocolossus gonzalezparejasi décrit en 2016 a une taille de 26 mètres environ pour un poids compris entre 50 et 55 tonnes.

Régulièrement des fossiles sont mis à jour au cours de fouilles et nombreux sont ceux prétendent avoir trouvé le plus grand dinosaure. Ainsi, Patagotitan mayorum risque d’être prochainement détrôné : en ce début d’année 2021, des paléontologues argentins ont mis au jour 24 vertèbres et quelques os du bassin d’un nouveau spécimen qui pourrait bien être encore plus grand.

Même si Cooper n’est pas le plus grand des dinosaures ayant jamais vécu sur Terre, ses proportions en font un spécimen gigantesque. Ceux qui souhaiteraient se rendre compte par eux-mêmes des dimensions de ce titanosaure peuvent se rendre à l’Eromanga Natural History Museum. Une reconstruction en taille réelle de l’Australotitan ainsi que ses fossiles sont exposés dans une aile spécialement aménagée par une équipe du Queensland Museum et des paléontologues locaux.

Source : S.A. Hocknull et al. 2021. A new giant sauropod, Australotitan cooperensis gen. et sp. nov., from the mid-Cretaceous of Australia. PeerJ 9: e11317; doi: 10.7717/peerj.11317

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page