Auto / Moto

Un étudiant originaire du Lot a inventé une solution innovante contre le vol de pots catalytiques

Le fléau des vols de pots catalytiques a inspiré Joshua Sacchet, étudiant à l'École nationale supérieure d'ingénieurs de Limoges (ENSIL), à concevoir une invention révolutionnaire.

Vous avez peut-être été victime d’un vol qui a touché près de 50 000 personnes en 2022 : celui de votre pot d’échappement catalytique ! En 2022, la police comme la gendarmerie ont constaté une hausse de près de 50 % des faits. Le phénomène fait aussi des ravages aux États-Unis, où 153 000 catalyseurs auraient été dérobés en 2022, selon le journal L’Argus. Un étrange trafic s’est installé en Europe avec ces pots catalytiques qui, pour les trafiquants, sont de véritables « mines d’or ». Pour tenter de lutter contre ces vols qui nous laissent pantois, un jeune étudiant de l’École nationale supérieure d’ingénieurs de Limoges (ENSIL), Joshua Sacchet, invente un dispositif ingénieux. Découverte.

Pourquoi les pots catalytiques sont-ils prisés des trafiquants ?

Avant de découvrir l’invention de Joshua Sacchet, il faut comprendre pourquoi le pot catalytique est l’objet d’une voiture le plus volé ces dernières années. Et ce n’est pas le pot en lui-même qui intéresse les voleurs, mais les composants qui se trouvent à l’intérieur. Ce qui suscite leur intérêt, ce sont en réalité de minuscules quantités de métaux rares contenus à l’intérieur du catalyseur. C’est le cas notamment du palladium, du platine et surtout du rhodium, dont la valeur est six fois supérieure à celle de l’or. C’est pourquoi les pots catalytiques peuvent atteindre un prix de vente de 500 €, voire plus, sur le marché clandestin. Pour information, le prix d’un gramme de platine est à 28 €, celui du palladium à 22 €. Quant au rhodium, il se vend sur les marchés, à environ 170 € le gramme au cours actuel. Un pot catalytique revendu au marché noir, c’est approximativement 500 € dans la poche du trafiquant !

Le pot catalytique est une véritable mine d'or pour les voleurs.
Le pot catalytique est une véritable mine d’or pour les voleurs. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

D’où lui est venue l’idée de cette invention ?

Malheureusement, l’inventeur a vécu l’expérience du vol de son pot catalytique. « J’ai été obligé de changer ma voiture, car elle ne passait pas en zone à faibles émissions mobilité (ZFE) et au même moment, mon oncle et un de mes professeurs se sont fait voler leurs catalyseurs », explique-t-il au journal Le Populaire. Alors que les candidatures pour la 10ᵉ édition régionale des Prix Pépite pour les étudiants-entrepreneurs s’ouvrait, il décide de se lancer dans la lutte contre ces vols très handicapants pour les voitures vandalisées.

Quelle est l’invention de Joshua Sacchet ?

Joshua a pris l’initiative de concevoir un système antivol qu’il jugeait manquant sur le marché. Après avoir examiné les offres existantes, il a constaté l’absence d’une solution satisfaisante pour protéger les véhicules. Sa proposition ? Un dispositif qui envoie un SMS d’alerte au propriétaire, lui permettant ainsi de photographier la plaque d’immatriculation des voleurs ou de les dissuader. Ce système de protection peut être activé ou désactivé lorsque le véhicule est à l’arrêt ou en mouvement. Il est proposé en deux versions : une option économique avec une sirène et une option haut de gamme incluant un appel au propriétaire.

Cette innovation ingénieuse devrait susciter l’intérêt des professionnels de l’entretien et de la réparation automobile, mais également des compagnies d’assurance. Joshua Sacchet vise à intégrer un incubateur et à convaincre les fournisseurs de la fiabilité de son produit. En attendant, il a déjà remporté le prix régional Pépite, qui lui a valu une subvention de 2 000 € pour soutenir le développement de son invention. Que pensez-vous de cette invention ? Nous vous invitons à nous donner votre avis, vos remarques ou nous remonter une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Lepopulaire.fr

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 23 ans, j'écris depuis trois ans, avec une préférence pour les domaines liés à l'actualité, à la psychologie, aux études scientifiques, ou à la protection et l'environnement dans son ensemble. Mon petit parcours de rédactrice junior s'inspire de différentes études scientifiques, ou de sujets d'actualité abordés dans différents médias que je suis avec intérêt. Particulièrement touchée par la protection des animaux, j'aime vous transmettre les avancées et les lois relatives au bien-être animal. Personnellement engagée comme présidente d'une association, je mets un point d'honneur à protéger les animaux de toute nature (hérisson, abeilles, insectes, chiens ou chats)... Je n'ai probablement pas l'expérience professionnelle de certains rédacteurs en matière de politique, de principes scientifiques. Mais, je tente d'apporter ma petite pierre à l'édifice en vous racontant mes expériences et mes réflexions dans des domaines qui me touchent. Et, puisque la vie est une surprise chaque jour, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. C'est la raison pour laquelle, à 23 ans, j'ai encore besoin d'apprendre des milliers de choses, et de me cultiver pour vous conter encore plus d'histoires passionnantes. Rejoignez-moi dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens... Ma passion pour les animaux en général a toujours été au cœur de mes préoccupations. Soucieuse de leur bien-être et de leur place dans notre monde, je m'efforce de sensibiliser mon audience à leur protection, à travers des articles informatifs et engagés. Qu'il s'agisse de sujets comme la conservation des espèces, les droits des animaux ou simplement des anecdotes touchantes, je trouve une grande satisfaction à partager mes connaissances et mes réflexions pour encourager une prise de conscience collective. En tant que jeune professionnelle, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. Je m'efforce de rester à l'affût des dernières découvertes scientifiques, des débats sociétaux émergents et des avancées technologiques, afin d'enrichir mon travail et d'offrir à mes lecteurs un contenu pertinent et stimulant. N'hésitez pas à me rejoindre dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens..

11 commentaires

  1. Bonjour, félicitations pour votre invitation, mais sa ne fonctionne que une fois l’objet couper et retirer du véhicule, le désagrément de la victime de rester en panne et de ne pouvoir ce servir du véhicule reste le même.
    De plus, le voleur pourra s’en doute ouvrir le pot pour retirer le système de l’inventeur…
    Cordialement.

  2. Pourquoi une version light avec simple sirène, et une version haut de gamme avec transmission de sms? Pourquoi ne pas faire de la transmission de sms un standard? Imaginez ceux qui ne peuvent garer leur voiture devant chez-eux.

  3. C’est bien de tenter de trouver des solutions. Mais le vol se fait tellement rapidement (environ 2 mn) qu’une alarme ne laisse pas le temps de réagir. Ce sont les constructeurs qui doivent rendre l’accès au pot catalytique quasiment impossible.

  4. Son invention c’est du réchauffé
    Tu va sur Amazon tu prend une alarmes de moto ou vélo qui sonne au moindre petit choque même infime et on le télécommande sans file donc y la rien inventé qui existe déjà enfaite

  5. Bonjour, prendre le problème à la base : on trouve sur le web une multitude de sites de rachat de ces pots catalytique qui ne sont que des receleurs.

  6. C’est naze! Comme si une sirène dissuadait un voleur! Comme si le voleur avait sa voiture, bien orientée à proximité ! Comme si les flics allaient poursuivre un rom en train de faucher un pot! L’ingénieur vit sur une autre planète, pas la nôtre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page