La boxe a maintes fois été le sujet de films à succès dont le plus grand reste pour nous Million Dollar Baby avec l’inoubliable Clint Eastwood coach magnifique et attendrissant dans ce monde de brut.

Avec Sparring nous avons retrouvé cette ambiance émouvante dans un monde qui se veut violent et sans détour. Samuel Jouy qui passe pour la première fois derrière la caméra d’un long métrage et nous livre un film touchant servi par un trio d’acteurs époustouflants : Mathieu Kassovitz dans le rôle du boxeur raté qui donnerait tout pour le bonheur de sa famille, Olivia Merilhati, chanteuse du groupe The Dø (et compositrice de la musique du film) qui apporte beaucoup de spontanéité et Souleymane M’Baye, véritable boxeur dans la vie et donc on ne peut plus authentique.

Bande Annonce : Sparring

Synopsis :

Steve Landry est un boxeur qui perd plus de combats qu’il n’en gagne.  Mais les fins de mois difficiles, les rêves de sa fille et sa volonté de s’en sortir font qu’il accepte un boulot bien ingrat : Sparring Partner, celui qui prend les coups des boxeurs encore sur le ring pour les entraîner au plus haut niveau. Peu de boxeurs accepte ce statut difficile, Landry choisit de mettre son ego de côté pour le bonheur des siens…

Secrets de Tournage :

  • Le sparring partner est un partenaire d’entraînement pour les boxeurs ou autres sports de combat.  Le sparring partner se met souvent plus en danger que le boxeur lui-même car il s’expose aux coups du boxeur qu’il entraîne mais son exposition aux coups est beaucoup plus longue dans le temps que lors d’un combat où l’arbitre stoppe l’échange de coups si cela devient trop dangereux pour l’un ou l’autre des protagonistes. Peu d’hommes acceptent ce statut car non seulement il est peu gratifiant mais en plus, il rappelle sans cesse que si l’on en est là c’est parce qu’une carrière sur le haut de l’affiche n’a pas été possible.
  • Le petite Aurore, fille de Steeve dans le film et joué Billie Blain est une toute jeune actrice recrutée in extremis par la directrice de casting qui l’a rencontrée par hasard. Elle n’a même pas passé le casting qui a vu passer plus de 200 enfants. C’était comme une évidence et nous avons compris pourquoi en voyant le film.

Notre avis :

Chronique Ciné : Sparring de Samuel Jouy
Nous allons essayer d'être objectifs mais cela nous est un peu difficile car il faut bien l'avouer, nous sommes fans de Mathieu Kassovitz, cette gueule cassée, qui dégage un tel charisme voire un tel charme dans ses rôles ou même dans les films qu'il réalise nous transporte. Sparring n'est en fait pas un film de boxe mais un film sur les dessous de la boxe, sur l'envers du décor. On découvre surtout un amour filiale sans aucune mesure, où un père est prêt à tout pour que sa fille (et sa femme) ne manque de rien. Même à faire un métier dangereux qui, en plus lui rappelle chaque jour combien il a raté sa carrière de boxeur. Le duo d'acteur (Kassovitz-Merilhati) est magnifique, spontané, avec deux rôles sur mesure. Quelle bonne idée que cette chanteuse de rock franco islandaise qui joue là son premier grand rôle au cinéma. Un film marquant par sa justesse, et par le message qu'il essaie de transmettre. Sparring est loin d'être un film noir, c'est un film qui donne le sourire et qui émeut aussi mais dont on ressort chamboulé quoiqu'il arrive !
4.0Viril mais émouvant !
Note des lecteurs: (1 Vote)

1 Partages
Enregistrer1
Partagez
Tweetez
+1
Partagez