Est-ce que les poêles à granulés polluent ?

Découvrez la réalité sur la pollution des poêles à granulés et apprenez comment faire des choix éclairés pour un chauffage plus respectueux de l'environnement.

Nous sommes près de 7 millions de Français à avoir choisi le bois comme combustibles pour nous chauffer. Ce bois est une énergie renouvelable (EnR) qui est la plus consommée en France, avec 35 % de la production des EnR, selon l’ADEME. Cependant, le bois a beau être une énergie renouvelable, il émet des fumées, qui peuvent être polluantes pour l’environnement. Que vous choisissiez le pellet de bois, ou la buche de bois, les deux émettent des fumées lors de leur combustion ! L’ADEME ajoute que « le chauffage domestique au bois reste le premier émetteur de particules fines (PM2,5) en France, avec 41 % des émissions en 2020 ». Mais, dans quelles mesures votre poêle à pellets pollue-t-il ? Et, peut-on limiter cette pollution aux particules fines ? On fait le tour de la question.

Comment se déroule la combustion dans un poêle à pellets ?

Avant de parler de pollution, il faut comprendre comment fonctionne un poêle à granulés et savoir que le pellet est fabriqué à partir de sciures du bois. Les pellets de bois sont, la plupart du temps, fabriqués sans additif, ce qui est un facteur important pour limiter la pollution. Concrètement, les granulés sont acheminés vers la chambre de combustion via une vis sans fin, qui approvisionne le poêle. Puis le feu est allumé via une résistance électrique et un ventilateur qui permet au feu de recevoir de l’air pour démarrer. Les granulés, comme le bois de chauffage, produisent alors de la chaleur, et des fumées évacuées par votre conduit, à l’extérieur.

La combustion de pellets dans un poêle pour chauffer son logement.
La combustion de pellets dans un poêle pour chauffer son logement. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Comment les fumées sont-elles évacuées ?

L’évacuation des fumées se fait différemment en fonction du type de poêle à granulés. Pour les modèles classiques, un système de ventilation pousse les fumées vers le conduit. Pour les modèles dits à ventouse, l’extraction se fait de manière horizontale, au travers du mur le plus proche du poêle. Ces fumées peuvent être réduites, ou moins polluantes en choisissant toujours des pellets de qualité et en respectant les normes suivantes :

  • Norme internationale : iSO 17225-2
  • Diamètre : 6 mm
  • Longueur : de 3,15 à 40 mm
  • Taux d’humidité inférieur à 10 %
  • Taux de cendre à 550 °C inférieur à 0,7 %
  • Pouvoir calorifique (PCI) de 4.58 et 2,28 Wh/kg.
  • Certifications recommandées : Din+ (allemande), En+ (européenne) et NF Biocombustible haute qualité (française)

Est-ce que le poêle à granulés pollue ?

Quel que soit le pellet de bois utilisé, il y aura inévitablement une pollution due à la combustion, et donc une production de gaz ou de fuel. Mais, il existe aussi une différence entre les fumées produites par des énergies fossiles comme le gaz ou l’électricité puisque les fumées issues du bois sont captées par les arbres en croissance, durant la photosynthèse. Par conséquent, et comme ces fumées sont réutilisées par d’autres êtres vivants, le poêle à granulés pollue beaucoup moins qu’une énergie fossile. De plus, les gaz à effets de serre sont quasiment inexistants dans les fumées issues de la combustion du bois ou des pellets de bois. Pour comprendre, voici un comparatif granulés électricité pour la même chaleur utile produite :

  • 1 kWh de chaleur produite avec des granulés émet 33 g de CO2
  • 1 kWh de chaleur produite avec de l’électricité émet 222 g de CO2
Le poêle à pellets est-il polluant ?
Le poêle à pellets est-il polluant ? Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Le poêle à pellet pollue donc, et c’est inévitable, mais comparé aux énergies fossiles, la pollution est bien moins importante. Si vous souhaitez réduire cette pollution, veillez toujours à choisir des pellets de bois estampillés NF granulés biocombustible. Que pensez-vous de cette analyse de la pollution d’un poêle à granulés ? Donnez-nous votre avis, ou partagez avec nous, votre expérience. Merci de nous signaler toute erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 23 ans, j'écris depuis trois ans, avec une préférence pour les domaines liés à l'actualité, à la psychologie, aux études scientifiques, ou à la protection et l'environnement dans son ensemble. Mon petit parcours de rédactrice junior s'inspire de différentes études scientifiques, ou de sujets d'actualité abordés dans différents médias que je suis avec intérêt. Particulièrement touchée par la protection des animaux, j'aime vous transmettre les avancées et les lois relatives au bien-être animal. Personnellement engagée comme présidente d'une association, je mets un point d'honneur à protéger les animaux de toute nature (hérisson, abeilles, insectes, chiens ou chats)... Je n'ai probablement pas l'expérience professionnelle de certains rédacteurs en matière de politique, de principes scientifiques. Mais, je tente d'apporter ma petite pierre à l'édifice en vous racontant mes expériences et mes réflexions dans des domaines qui me touchent. Et, puisque la vie est une surprise chaque jour, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. C'est la raison pour laquelle, à 23 ans, j'ai encore besoin d'apprendre des milliers de choses, et de me cultiver pour vous conter encore plus d'histoires passionnantes. Rejoignez-moi dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens... Ma passion pour les animaux en général a toujours été au cœur de mes préoccupations. Soucieuse de leur bien-être et de leur place dans notre monde, je m'efforce de sensibiliser mon audience à leur protection, à travers des articles informatifs et engagés. Qu'il s'agisse de sujets comme la conservation des espèces, les droits des animaux ou simplement des anecdotes touchantes, je trouve une grande satisfaction à partager mes connaissances et mes réflexions pour encourager une prise de conscience collective. En tant que jeune professionnelle, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. Je m'efforce de rester à l'affût des dernières découvertes scientifiques, des débats sociétaux émergents et des avancées technologiques, afin d'enrichir mon travail et d'offrir à mes lecteurs un contenu pertinent et stimulant. N'hésitez pas à me rejoindre dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens..

8 commentaires

  1. Bonjour,
    Les deux photos où l’on voit de la fumée sortir de la cheminée ne sont sûrement pas d’un poêle à pellets.
    Un poêle à pellets ne fume pas, juste un peu à l’allumage, mais la fumée est à peine perceptible et en fonctionnement il n’y a aucune fumée, du moins chez moi.
    Cdlt jjcc83

  2. Confusion entre émissions de CO2 (gaz à effet de serre, mais non toxique aux concentrations atmosphériques) et polluants (toxiques, mais ne participant pas forcément significativement à l’effet de serre).
    La combustion de pellets (biomasse) émet directement au moins autant de gaz à effet de serre (CO2) et plutôt plus de polluants que la combustion de gaz ou de fioul. Mais on considère (c’est théorique), que, dans le cas d’une forêt bien gérée, le CO2 ainsi émis sera en partie réabsorbé par les plantes (photosynthèse).
    Les autres polluants, eux, nous font subir rigoureusement le même effet que s’ils avaient été émis par des sources fossiles.

  3. Sujet manifestement pas maîtrisé par l’auteur de l’article.
    CO2 = Gaz à effet de serre. Impacte le climat. Sans impact sur la santé humaine aux concentrations atmosphériques. Chaque combustion d’hydrocarbure & de charbon (fossiles) ou de biomasse (ex bois, pellets, etc) en émet directement une quantité importante. Par convention, on établi que, la plupart des forêts françaises étant gérées durablement, la biomasse consommée sera régénérée au bout de quelques dizaines d’années. D’où la prise en compte d’un facteur d’émission de CO2 (indirect) moindre que pour la combustion du charbon.
    Par ailleurs, toute combustion d’hydrocarbures, de pellets, de bûches, de charbon génère des émissions de polluants atmosphériques (toxiques). Ceux émis par la combustion de la biomasse auront une durée de vie dans l’atmosphère similaire à ceux émis par la combustion de ressources fossiles. Et, sur ce point précis, le pellet est bien plus émissif que le gaz (en pm2,5), mais l »est moins que le foyer ouvert.

  4. Il manque un élément essentiel selon moi, que l’on oublie fréquemment sur les voitures également: la production de particules fines. Qu’en est-il sur un poêle à bois ou granulé ? Comparé à une chaudière gaz notamment.

  5. Il y a une différence notable entre un chauffage bois bûche et chauffage granulés
    L’air apporté ne sert pas seulement à évacuer les fumées mais il sert à apporter l’oxygène nécessaire à la combustion du granulés . Cet apport est ajusté à la quantité de granulés délivrés par la vis sans fin et c’est ce rapport quantité de granulé et débit d’air qui fixe la puissance de chauffe . Sur des poêles a granulés performants avec thermostat , le delta entre la température de consigne et celle mesurée fixe la puissance nécessaire et donc ajuste l’apport de granulés et l’air nécessaire à une combustion parfaite . Ce qui n’est pas le cas d’un poêle à bois où généralement pour prolonger la combustion des bûches on réduit l’apport d’air provoquant ainsi une combustion incomplète et l’encrassement du conduit par des suies et fumées noires avec les risques d’incendies si le ramonage n’est pas fait correctement ( légalement 2 fois par an)

  6. je me chauffe avec un poêle à pellets depuis 2008 et je constate énormément de différence de qualités et de pouvoirs calorifique suivant les marques de pellets et une production de cendres différentes. j ai trouvé votre article intéressant. Alain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page