Cet article s’inscrit dans notre section A vous la parole, catégorie dans laquelle VOUS êtes le rédacteur. >> En savoir plus

Bouteille en plastique ou bouteille en verre, eau minérale ou eau du robinet ? Comment trouver le bon compromis pour notre consommation d’eau quand il faut choisir entre “naturalité”, santé, et impacte sur l’environnement.

Certains font le choix de ne boire que l’eau du robinet, d’autres ne jurent que par l’eau minérale en bouteille, malgré un accès, en France, à une eau potable de très bonne qualité. L’hexagone se positionne d’ailleurs parmi les 5 pays qui consomment le plus de bouteilles d’eau dans le monde. Un constat un peu paradoxale…

Pourtant, l’eau minérale fait énormément d’émules car elle serait excellente pour la santé, mais est-ce vraiment sain de consommer de l’eau minérale dans une bouteille en plastique et quel est son impact écologique sur l’environnement?

Vous êtes plutôt eau en bouteille ou eau du robinet ?

Comme je vous le disais, l’eau du robinet en France est de bonne qualité car c’est une ressource extrêmement contrôlée. Elle provient de sources, de forages et des rivières. La qualité de l’eau du robinet ne dépend pas uniquement de la qualité de l’eau en soi, mais également du système d’acheminement comme la plomberie, qui peut être ancienne et oxydée dans certains cas, et je ne parle pas des très vielles installations en plomb encore en service dans de nombreuses villes de France. De plus, l’eau du robinet contient du chlore, qui n’est pas toujours agréable au goût.

La question de l’eau se pose donc naturellement pour certains foyers, n’est-il pas plus sain d’acheter de l’eau minérale en bouteille ?

L’eau minérale provient essentiellement de sources naturelles, une eau relativement propre et globalement sans contaminants comme les pesticides. Mais attention, elle n’est pas aussi pure qu’on pourrait le penser, en effet, certaines proviennent de sources d’eau souterraines qui peuvent renfermer de l’arsenic.

Bien sûr, elle sera traitée et transportée depuis sa source vers des machines d’embouteillage et de traitement, puis dans des camions, ce qui fait que l’eau en bouteille plastique est extrêmement polluante.

Il faut savoir également qu’une bouteille en plastique est fabriquée à partir de 2L d’eau et de 100 ml de pétrole entre autres. Une production à perte alors que l’eau est une ressource précieuse qui commence à faire défaut dans certaines régions du globe. 2L d’eau pour fabriquer un contenant d’1L d’eau, cela semble absurde…    

Bouteille PET ou bouteille en verre?

Alors qu’en France, on parle encore des dommages environnementaux causés par la production et l’utilisation de bouteilles en plastique, la consigne a déjà été introduite en Allemagne pour éviter d’avoir trop de déchets inexploités. Une consigne consiste à ramener ses bouteilles en magasin payées à l’achat entre 10 et 25 centimes qui seront remboursés une fois les bouteilles rendues. Ces bouteilles seront réutilisées pour vendre de l’eau.

Le recyclage est pour l’instant l’argument principal des fabricants de bouteilles PET. Ce recyclage inspire d’ailleurs beaucoup de monde. D’un côté de nombreux DIY proposent de réutiliser les bouteilles en plastique de façon créative (pot à fleurs, lampe, balais, vase, mangeoire à oiseau et même bateau). De l’autre côté, des entrepreneurs souhaitent utiliser le plastique polluant les océans pour la construction de routes sous le nom de Plasticroad.

Plastic Road

San Francisco a interdit la bouteille en plastique et Hambourg veut réduire drastiquement la vente de bouteille PET.

Est-il donc préférable de consommer de l’eau minérale dans des bouteilles en verre ?

Il a été constaté que les animaux préfèrent boire de l’eau venant de bouteille en verre quand ils ont le choix entre deux gamelles d’eau, l’une en plastique, l’autre en verre. Et ça ne s’arrête pas là. Les Dr Martin Wagner et Jörg Oehlman, toxicologues à l’Université Goethe de Francfort, étudient les résidus chimiques dans l’eau. Ils ont découvert après une étude que certaines substances contenues dans la bouteille PET ont un effet similaire sur le corps à celui des hormones. Le PET est donc un perturbateur endocrinien qui nuit à la reproduction de l’homme dû à une hausse “significativement plus élevée” du taux d’œstrogènes, l’hormone sexuelle féminine. En savoir plus ici.

Par conséquent, vous devez faire attention à :

  • Ne pas mettre la bouteille en plastique au soleil,
  • Ne pas boire l’eau des bouteilles non étiquetées,
  • Jeter la bouteille lorsque l’eau a le goût du plastique,
  • Ne pas réutiliser la bouteille PET une seconde fois.

Une eau plus chère n’est pas nécessairement meilleure. Le prix de l’eau peut toujours dépendre du marketing, du transport et de la demande du fournisseur.

Cependant, il est utile de noter que la bouteille en verre n’est pas sans défaut car elle aussi est très polluante (345g de CO² soit trois fois plus que pour le PET).

Quelle alternative pour l’eau en bouteille ?

Certains préfèrent l’eau en bouteille, une eau qui provient de certaines sources, une eau qu’on choisit pour ses minéraux ou sa neutralité. Mais que ce soit le verre ou le plastique, leur production est polluante et leur recyclage très peu assuré. Et leur incinération n’est pas sans conséquences sur la planète puisqu’en brûlant, les bouteilles PET dégagent des fumées toxiques. A ce rythme-là, en 2050 les océans contiendront plus de plastique que de poissons. Des projets pour nettoyer les océans sont proposés comme the Seabin project, la poubelle qui nettoie les océans.

Seabin Project

Pourtant des alternatives existent, allant des bouteilles recyclables en algues (qui se décomposent quand on ne les utilise pas) jusqu’à la veganbottle (bouteille 100 % végétale).

Mais la solution qui se trouve sous le feu des projecteurs et qui gagne en popularité est cette fameuse goutte d’eau biodégradable. De l’eau qui se boit, se mange et tient dans la main, voilà une expérience ahurissante. Ooho est de l’eau contenue dans une bulle d’algues et d’herbes marines. Et bien qu’elle ne soit pas encore commercialisée, une start-up voudrait la lancer bientôt sur le marché.

Ooho goutte d'eau

Suite à la publication de cet article, la Chambre Syndicale des Eaux Minérales a exigé un droit de réponse. 

“Nous vous contactons suite à l’article « Faut-il en finir définitivement avec les bouteilles en plastique ? » publié le 9/11/2017 sur le site de Neo Zone par Laura Zehnacker :
neozone.org/ecologie-planete/faut-il-en-finir-avec-les-bouteilles-en-plastique
Cet article contient de nombreuses données erronées et porte préjudice au secteur des eaux minérales. La Chambre Syndicale des Eaux Minérales demande un droit de réponse à paraître dans les plus brefs délais (courrier joint).”

A l’attention du rédacteur en chef de Néo Zone.org

Madame, Monsieur,

Nous vous contactons suite à l’article « Faut-il en finir définitivement avec les bouteilles en plastique ? » publié le 9/11/2017 sur le site de Neo Zone par Laura Zehnacker :

http://www.neozone.org/ecologie-planete/faut-il-en-finir-avec-les-bouteilles-en-plastique/

Cet article contient de nombreuses données erronées et porte préjudice au secteur des eaux minérales. La Chambre Syndicale des Eaux Minérales demande un droit de réponse à paraître dans les plus brefs délais.

Une eau relativement propre […] Mais attention, elle n’est pas aussi pure qu’on pourrait le penser, en effet, certaines proviennent de sources d’eau souterraines qui peuvent renfermer de l’arsenic.
Le Code de la Santé Publique définit les spécificités de l’eau minérale naturelle : elle ne peut être que d’origine souterraine et s’être constituée à l’abri de tout risque de pollution. Microbiologiquement saine dès l’origine, elle est protégée de toute pollution humaine et ne subit aucun traitement de désinfection. Elle se caractérise par sa pureté originelle et par la stabilité de sa composition en minéraux.
L’arsenic est un oligo élément naturel présent dans l’environnement. Dans les eaux d’origine profonde, l’arsenic provient de la dissolution des roches et des minerais. Les eaux minérales naturelles sont susceptibles d’en contenir en faibles quantités. La réglementation fixe une teneur maximale en arsenic pour les eaux minérales naturelles à 10 microgrammes/litre

Bien sûr, elle sera traitée et transportée depuis sa source vers des machines d’embouteillage et de traitement, puis dans des camions, ce qui fait que l’eau en bouteille plastique est extrêmement polluante.
L’eau minérale naturelle ne nécessite aucun traitement de désinfection, contrairement à l’eau du robinet. La première provient d’une région identifiée et d’une source unique, elle est embouteillée sur place. Comme pour tout produit du terroir (riz de Camargue, Sainte-Maure de Touraine, kiwi de l’Adour…), un transport est nécessaire. En moyenne, 55 % des volumes sont transportés par ferroutage.

Il faut savoir également qu’une bouteille en plastique est fabriquée à partir de 2L d’eau et de 100 ml de pétrole entre autres.
A titre indicatif : parmi l’ensemble des bouteilles disponibles sur le marché (lait, jus d’orange, bière…), la bouteille d’eau est celle qui nécessite le moins d’eau pour sa production.

Le recyclage est pour l’instant l’argument principal des fabricants de bouteilles PET.
Toutes les bouteilles plastiques sont en PET (Polyéthylène Téréphtalate), un matériau 100 % recyclable. Une fois recyclées, les bouteilles sont notamment réutilisées pour fabriquer de nouvelles bouteilles et objets du quotidien (textile, isolation…).
Par ailleurs, l’utilisation de ce matériau a permis l’allègement du poids des bouteilles (moins 26% en 15 ans) ainsi qu’un process de fabrication plus économe en énergie.

Le PET est donc un perturbateur endocrinien qui nuit à la reproduction de l’homme dû à une hausse “significativement plus élevée” du taux d’œstrogènes, l’hormone sexuelle féminine.
Les bouteilles d’eau en plastique sont composées de PET (polyéthylène téréphtalate), un matériau inerte qui ne migre pas dans l’eau et qui a été validé et approuvé par toutes les agences de sécurité sanitaire des aliments. Le PET n’est en aucun cas un perturbateur endocrinien.
Pour en savoir plus : https://eaumineralenaturelle.fr/qualite/absence-de-phtalates-et-bpa

Une eau plus chère n’est pas nécessairement meilleure.
L’eau minérale naturelle et l’eau du robinet sont des produits différents et ne peuvent donc avoir le même prix. C’est comme comparer un légume bio et un légume conventionnel.
L’eau minérale naturelle répond à une réglementation spécifique inscrite dans le Code de la Santé Publique
: pureté, naturalité, qualité et composition constante. Le respect de ces spécificités nécessite de protéger les sources pour prévenir tout risque de contamination, ce qui a un coût pour les minéraliers.

Mais que ce soit le verre ou le plastique, leur production est polluante et leur recyclage très peu assuré.
Toutes les bouteilles d’eau en plastique sont 100 % recyclables. 55% d’entre elles sont recyclées.Une fois recyclées, elles ne sont plus un déchet mais une matière première qui sert à fabriquer de nouvelles bouteilles ou d’autres objets du quotidien (textile, isolation…)
Les industriels souhaitent faire augmenter le taux de collecte et de recyclage et mènent des actions de sensibilisation et d’incitation au geste de tri.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter le site http://eaumineralenaturelle.fr/ et restons à votre disposition pour échanger sur le sujet.

La Chambre Syndicale des Eaux Minérales

Auteur(e) :
Laure Zehnacker
56 Partages
Partagez55
Partagez1
Tweetez
Enregistrer
+1