Bonne nouvelle pour les petits poussins mâles des fermes de production d’œufs en France. Dans deux ans, l’industrie n’aura plus le droit de tuer les poussins par broyage car le gouvernement y veillera personnellement.

L’élevage d’animaux pour la consommation est une industrie parfois très cruelle. Beaucoup l’ignorent mais dans la production industrialisée d’œufs, les petits poussins mâles, qui ne présentent aucun intérêt pour l’industrie, sont éliminés de manière vraiment horrible.

Alors qu’ils viennent à peine d’éclore, les poussins sont immédiatement tués par broyage ! Et le pire c’est qu’il s’agit d’une pratique parfaitement légale et qui perdure depuis déjà plusieurs années. Heureusement pour les petites boules de plumes, cette pratique va être abolie.

A LIRE AUSSI SUR NEOZONE :
Appli : SOS PETS en cas d'urgence pour vos animaux de compagnie

De nombreuses associations militant pour le bien-être des animaux se sont dressées contre cette pratique vraiment barbare. Elles ont finalement obtenu gain de cause. Le mercredi 30 octobre 2019, Didier Guillaume, le ministre de l’Agriculture, a annoncé que les élevages industriels n’auront plus le droit de tuer et broyer les petits poussins mâles d’ici deux ans.

Invité à l’antenne de France Inter, Didier Guillaume a déclaré que la pratique était tout simplement inadmissible et que de concert avec la ministre de l’Agriculture allemande, la France est fermement décidée à faire interdire le broyage des poussins mâles.

Si la nouvelle est excellente, certains se demandent pourquoi attendre fin 2021 pour appliquer l’interdiction. Les autorités ont décidé d’attendre pour laisser le temps à l’industrie de trouver une solution et s’adapter en conséquence. Une mise en application immédiate risquerait de nuire aux entreprises et mettre la filière en péril.

En attendant, le ministre annonce que d’autres mesures relatives au bien-être animal allaient être mises en place d’ici la fin de l’année. D’ailleurs, les autorités seraient actuellement en cours de négociation avec les éleveurs à ce sujet. C’est donc de pied ferme que les organismes de protection des animaux attendent de voir si Didier Guillaume & Co vont vraiment tenir leurs promesses.