C’est la Semaine Européenne des déchets (SERD 2017) et donc, nous allons faire un petit zoom sur un recyclage trop peu connue de la majorité d’entre nous, les meubles usagés.

On se retrouve tous confrontés (dans sa vie personnelle ou professionnelle) au dilemme : que vais-je pouvoir faire de mon vieux bureau et de son armoire, de mon matelas… ? C’est encombrant et cela ne s’évacue pas facilement (difficile de le cacher dans son containeur au bas de l’immeuble).

Sans équivalent en Europe, il existe en France deux filières spécifiques, Eco Mobilier pour le particulier et Valdelia pour les professionnels. Ces deux éco organismes ont été créés en 2011 suite au Grenelle II par les fabricants et distributeurs de meubles et sont agrées par le ministère de la Transition Développement Ecologique et Solidaire. Sont concernés, tous les biens meubles et leurs composants qui constituent un plan de pose, une assise, un rangement ou un couchage.

Le processus VALDALIA

Ces deux entités ont un but simple et très pratique : débarrasser gratuitement et simplement leurs meubles usagés avec pour objectif, favoriser le ré emploi, le recyclage des différents meubles afin de répondre aux objectifs de valorisation des déchets sur notre territoire. Pour être plus précis, ils assurent la collecte des biens et sous traitent la valorisation ou le ré emploi. Le taux de recyclage est imposé par le gouvernement (80% à fin 2017).

Cette filière rentre bien sûr dans l’économie circulaire, car une bonne partie des objets collectés est réutilisée. Dans ce cadre, une centaine de structure de l’Economie Sociale et Solidaire est partenaire de Valdelia par exemple.

Quelques données pour évaluer un peu l’ampleur de la tâche qui attend la filière. Une famille génère environ 80 kg par an de déchets mobilier dont 60% de bois. Avant la création d’Eco Mobilier, 55% était enfouie. Chez les professionnels,  500000 entreprises sont concernés pour un gisement est de 250000 T de déchets par an et seulement 15 % est recyclé.

Le cout de leurs prestations est couvert par l’éco participation (comme celle mise en place pour les appareils électroménagers). Selon le principe du « Pollueur – Payeur », en fonction du type de meuble acheté, une somme est destinée au recyclage des anciens meubles.

Dans les deux cas, les premiers pas s’effectuent en ligne.

Pour le particulier

Il faut se connecter  sur eco-mobilier.fr . Le site va vous orienter  selon les configurations de localisation soit vers la déchetterie, un centre de récupération les plus proches ou une structure qui va venir récupérer vos vieux meubles en cas de gros volume.

Pour les professionnels

Il suffit de renseigner sur le simulateur mis à disposition par Valdelia et renseigner le nombre, le type d’objets concernés pour obtenir une estimation du volume et le tonnage.

Cela va déterminer la filière d’évacuation. Deux  possibilités. : Si le volume et inférieur à 2,4 T et 20 M3, il faudra apporter son bien dans un centre d’apport volontaire. Pour des volumes et tonnages supérieurs, Valdelia prendra contact avec vous pour organiser l’évacuation de vos meubles. Votre demande sera traitée dans les 48H avec une évacuation possible dans les 72H jusque 120 m3. Une attestation sur la valorisation de ces biens vous sera fournir ad’ hoc.

C’était juste un petit zoom sur ces deux eco organismes trop peu connus, surtout dans le monde tertiaire. Cela permettrait d’éviter les décharges sauvages, de désencombrer les garages des particuliers et de libérer des places de parking chez les professionnels. Et le plus important cela contribue à une meilleure valorisation de nos vieux meubles, un ré emploi  et préserve les sources naturelles de la planète en limitant l’apport de nouveau produits manufacturés.

Le processus VALDALIA

Source : www.eco-mobilier.fr www.valdelia.org

52 Partages
Partagez35
Partagez16
Enregistrer1
Tweetez
+1