« Une forêt marine pour la planète », Med Sea va planter des millions de boutures pour revitaliser des fonds marins

La fondation Med Sea va planter des herbiers marins dans la mer Méditerranée, au large de l’île italienne de Sardaigne. Une initiative qui vise à revitaliser les fonds marins de la région tout en augmentant la capacité d’absorption du CO₂ par le milieu aquatique.

La Posidonie de Méditerranée, dont le nom scientifique est Posidonia oceanica, est une espèce de plante aquatique qui existe uniquement à l’état naturel dans la mer Méditerranée. Elle joue un rôle important dans le maintien de la biodiversité et la protection du littoral. Cette « herbe marine » est également connue pour sa grande capacité d’absorption du CO₂. En effet, à volume égal, elle est en mesure de capter 35 fois plus de carbone qu’un arbre tropical. Alors que le réchauffement climatique est une réalité qui devient de plus en plus préoccupante, la réintroduction à grande échelle de cette espèce dans son milieu naturel pourrait aider à atténuer ce phénomène.

Un million de boutures de posidonie d’ici à 2050

Med Sea, basée à Cagliari, est l’une de ces organisations qui misent sur la réimplantation des posidonies pour revitaliser les fonds marins. La fondation prévoit ainsi d’introduire un million de boutures de posidonie au large de la Sardaigne. Le site s’étend sur près de 50 km² au fond de la mer et se trouve près de la péninsule du Sinis, sur la côte centre-ouest de l’île. Med Sea vise notamment à couvrir cette superficie d’ici à 2050. Tout comme les autres espèces d’herbiers marins qui existent dans le monde, la posidonie de Méditerranée est connue pour sa fragilité. Elle est donc très vulnérable aux activités humaines.

La technique de plantation des boutures consiste à utiliser des plantes de Posidonia oceanica ancrées au fond naturel (matte morte) à l'aide de petits piquets qui sont retirés après la formation de nouvelles racines.
La technique de plantation des boutures consiste à utiliser des plantes de Posidonia oceanica ancrées au fond naturel (matte morte) à l’aide de petits piquets retirés après la formation de nouvelles racines. Crédit infographie : Fondation MEDSEA

Des barrières anti-chalutiers

En plus de son ambition de planter une telle quantité de plants d’herbiers marins, la fondation italienne à l’origine de ce projet de grande envergure a ainsi annoncé avoir l’intention d’installer des dizaines de barrières anti-chalutiers dans la région pour protéger la zone cultivée. Il s’agit de blocs de béton qui empêcheront les bateaux de pêche illégaux d’opérer à l’intérieur et autour du site. Une mesure qui contribuera également à la lutte contre le braconnage des poissons ! En effet, les herbiers marins constituent d’abris et de sources de nourriture pour un grand nombre de vertébrés et d’invertébrés aquatiques.

Des partenaires de renom

Par ailleurs, ces prairies sous-marines contribuent à la protection des zones côtières en atténuant la force des vagues et en stabilisant le sédiment. Pour mener ce projet ambitieux, Med Sea a conclu un partenariat avec l’université d’Exter au Royaume-Uni ainsi qu’avec la célèbre maison de vente aux enchères Sotheby’s. L’initiative a aussi reçu le soutien des organisateurs du championnat de course automobile Extreme E. Plus d’infos : medseafoundation.org.

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
goodnewsnetwork.org

Marc Odilon

J'ai rejoint Neozone en 2020. Avant de me lancer dans la rédaction web en 2014, j'ai suivi des études universitaires en gestion d'entreprise et en commerce international. Mon baccalauréat technique en mécanique industrielle m'a permis de me familiariser avec l'univers de la tech. Installateur de panneaux solaires et électronicien autodidacte, je vous fais découvrir tous les jours les principales actualités des nouvelles technologies. Curieux de nature et grand amoureux du web, je suis un rédacteur polyvalent et ma plume n'a pas de limites. Quand je ne travaille pas, je fais du jogging !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page