Intermarché va modifier 900 recettes de ses produits pour qu’ils soient mieux notés par l’application Yuka ! Mais qui en paiera le prix à votre avis ?

Après la communication sur son futur robot de cuisine, Intermarché s’attaque désormais à 900 recettes à modifier dans ses rayons ! Et ce n’est pas une question de goût ou d’économie mais une question d’application ! L’application Yuka, qui détermine la qualité d’un produit en fonction de ses ingrédients est la cause de ces modifications de recette !

Pour ne plus être mal noté par l’application utilisée aujourd’hui par 3.5 millions de personnes chaque mois, Intermarché va donc s’aligner sur les desiderata de Yuka et faire en sorte que ses produits ne s’affichent plus en rouge sur les smartphones de ses clients ! Bien ou pas, on vous laisse juger !


A lire également : Ce supermarché a remplacé les emballages plastique par des feuilles de bananier


Intermarché va donc reformuler ses recettes (et les modifier normalement) en réduisant les taux de sels ou de sucres, en utilisant de nouvelles farines végétales et en supprimant quelques conservateurs qui semblaient indispensables il y a quelques mois encore.

A LIRE AUSSI SUR NEOZONE :
Flixup, une nouvelle application fun pour smartphone !

Vidéo : L’application Yuka fait bouger les recette (Télé Matin)

Les enseignes de la grande distribution française sont obligés de composer avec ces applications qu’ils jugent pourtant discutables et simplistes. Mais s’ils veulent continuer à vendre, ils sont bien obligés de se plier aux exigences et résultats de ces applications qui fleurissent de plus en plus.

Pour conclure et parce que nous avons testés Yuka, nous nous permettrons de dire que cette application est bien faite, que plus de 800 000 produits sont référencés, mais que, malheureusement les produits conseillés sont souvent les plus chers (et bios) et qu’ils ne sont actuellement pas à la portée de toutes les bourses. Que les supermarchés changent leurs recettes pour être mieux classés dans une application, c’est plutôt pas mal, à condition que les prix ne flambent pas et que le consommateur ne soit pas lésé.

Photo de couverture de Robert Kneschke/ Shutterstock