Innovation

Canopée, le premier bateau cargo à voiles qui consomme « jusqu’à 40 % de carburant » en moins

Le premier cargo à voiles au monde, le « Canopée », a été baptisé au Port de la Lune. Il a fait escale quelques jours à Bordeaux avant de rejoindre la Guyane.

« Canopée », c’est le nom de l’impressionnant cargo à voiles qui s’est amarré il y a quelques jours à Bordeaux. Les Bordelais ont pu admirer les fameuses ailes verticales automatisées de cette merveille qui, notons-le, est le premier cargo à voiles rétractables au monde. La principale fonction de ce navire, mesurant 121 m de long sur 22 m de large et équipé de quatre mâts de 37 m de hauteur, consiste à effectuer le transport des composants du lanceur Ariane 6. Le bateau naviguera depuis les ports européens jusqu’à celui de Pariacabo à Kourou, en Guyane. Une prouesse technologique qui a ébahi plus d’un !

Escale de 4 jours et inauguration à Bordeaux

Après avoir quitté Brême, le fameux cargo à voiles, transportant les composants de la fusée Ariane 6, s’est amarré au Port de La Lune. Ce navire commercial, qui est notamment le premier cargo industriel hybride propulsé par le vent, n’a pas manqué de susciter la curiosité des Bordelais avec ses quatre ailes verticales immenses, innovantes et résolument modernes. Le « Canopée » est resté quatre jours sur les quais de Bordeaux, où il a été inauguré, avant de lever l’ancre et se diriger vers la Guyane. On ne risque pas d’oublier de sitôt son passage dans la ville française !

Le roulier Canopée, en escale à Bordeaux le 3 octobre 2023.
Le 3 octobre 2023, le roulier Canopée, en escale à Bordeaux. Crédit photo : Wikimedia /  Jefunky — Travail personnel, CC BY-SA 4.0

Un cargo à voiles conçu sur-mesure pour ArianeGroup

Conçu sur-mesure pour ArianeGroup, le « Canopée » a pour mission de transporter les pièces de la fusée Ariane 6 jusqu’à Kourou, en Guyane, et cela durant les 15 prochaines années. C’est la co-entreprise Alizés, créée par l’armateur Jifmar et l’architecte naval Zéphyr et Borée, qui a réalisé sa conception. La construction de ce cargo a débuté en 2021, au chantier maritime Neptune Shipyard et s’est achevée cette année, au mois d’août, par la mise en place de ses voiles.

Le « Canopée » a été livré en décembre 2022 et a déjà effectué des allers-retours entre l’Europe et la Guyane. Avec ce navire hybride, ArianeGroup entend réduire son empreinte carbone en misant sur une propulsion mixte, éolienne et mécanique. Un pari plutôt réussi quand on sait que ce cargo nouvelle génération peut « économiser jusqu’à 40 % de carburant lors de ses neuf rotations annuelles », selon le groupe aérospatial franco-allemand.

Canopée, le cargo à voile, dans le port de commerce de Brest.
Canopée, le cargo à voiles, dans le port de commerce de Brest. Crédit photo : Wikimedia / Madamedekeravel — Travail personnel, CC BY-SA 4.0

Le « Canopée », un navire pas comme les autres

Le « Canopée » est tout simplement impressionnant avec ses gigantesques ailes verticales et rotatives de 37 m de haut. Développées par la start-up française Ayro, ces quatre Oceanwings de 363 m² sont entièrement automatisées. Elles sont composées de deux volets, dont l’orientation est définie par un algorithme, en fonction de la météo et des vents. Comme l’a indiqué le directeur de la chaîne d’approvisionnement d’ArianeGroup, Christophe Caralp, ce cargo de 121 m de long et de 22 m de large est un concentré d’innovations et d’audace. Il va apporter un grand changement dans le secteur du fret maritime dans les années à venir. Que pensez-vous de cette innovation ? N’hésitez pas à partager votre avis, vos remarques ou nous signaler une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
lefigaro.frgeo.fr

Un commentaire

  1. Passionnante innovation dont on parle déjà depuis quelques décennies sous diverses déclinaisons et qui malheureusement ne s’est pas encore imposée. Peut-être faudrait-il en favoriser le développement grâce à une fiscalité positive / fuels surtout les plus lourds qui sont extrêmement problématiques ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page