Ce train « hors du commun » a parcouru 2 803 km avec un seul plein d’hydrogène, un exploit inégalé !

Stadler est parvenu à faire rouler le FLIRT H2 sur près de 3000 km avec un seul plein. Un nouveau record mondial pour un train alimenté à l’hydrogène !

Le constructeur suisse de matériel roulant ferroviaire, Stadler, a annoncé que son train FLIRT H2 avait établi le record du monde de la plus longue distance parcourue par un train à hydrogène. L’exploit a été inscrit dans le Livre Guinness des records. L’engin a roulé pendant 46 heures sur une voie se trouvant au centre d’essais ENSCO de Pueblo, dans Colorado, aux États-Unis. Au total, il a parcouru 2803 km. Le record précédent, établi en 2022 par le Coradia iLint, était de 1175 km. Autant dire que la différence est énorme, témoignant de la volonté de l’entreprise de soutenir le transport durable.

Un seul plein

Effectivement, le train est considéré comme le moyen de transport motorisé le moins polluant compte tenu de sa faible consommation d’énergie par passager-kilomètre. Lors de l’essai réussi, le FLIRT H2 a fait un seul plein d’hydrogène. Les conducteurs de Stadler et d’Ensco se sont relayés pour le conduire pendant les 46 h qu’a duré l’essai. L’engin a été présenté pour la première fois au public lors de la dernière édition du salon Innotrans de Berlin, en 2022. Dans sa version classique, il propose une autonomie de 460 km. Pour atteindre la distance de plusieurs milliers de kilomètres établie lors de la tentative de record réussie, le constructeur helvétique a dû procéder à quelques modifications, sans toutefois en préciser la nature.

Le train à hydrogène FLIRT H2.
Le train à hydrogène FLIRT H2. Crédit photo : Stadler Rail (capture d’écran vidéo YouTube)

Des piles à combustible à hydrogène

Pour convertir l’hydrogène en énergie exploitable, plus précisément en électricité, le FLIRT H2 utilise des piles à combustible. D’ailleurs, le modèle que Stadler a fourni plus tôt cette année à la San Bernadino County Transportation Authority (SBCTA) en Californie est doté de 12 piles à combustible à H2 de 100 kW chacune, soit au total de 1,2 MW. Il devrait d’ailleurs s’agir du premier train à hydrogène à opérer aux États-Unis. Il est censé desservir environ 14 km de voies urbaines. En plus de cette première livraison, les autorités californiennes prévoient de multiplier les commandes lors des prochains mois.

Une alternative durable aux trains conventionnels

Le train à hydrogène de Stadler se compose de deux voitures d’extrémité intégrant un bloc d’alimentation au milieu. L’électricité générée par les piles à combustible alimente non seulement le moteur, mais également le système de climatisation à bord. Elle sert aussi à recharger une batterie qui a pour rôle de stocker l’excédent d’énergie produite. Par ailleurs, il existe un système de récupération de l’énergie au freinage (freinage régénératif). En combinant ces mécanismes, le FLIRT H2 peut parcourir plusieurs centaines de kilomètres avant de devoir remplir de nouveau son réservoir d’hydrogène.

Le train à hydrogène de Stadler baptisé FLIRT H2 vient de réaliser le record de distance parcouru avec un seul plein.
Le train à hydrogène de Stadler baptisé FLIRT H2 vient de réaliser le record de distance parcouru avec un seul plein. Crédit photo : Capture d’écran vidéo Stadler Rail

Le temps de ravitaillement est d’environ 30 minutes. D’après Stadler, son train à hydrogène constitue une alternative durable aux trains diesel qui représentent la majorité des véhicules de transport ferroviaire en service actuellement dans le monde. Plus d’infos : stadlerrail.com. Que pensez-vous de cette innovation dans le transport ferroviaire ? Je vous invite à nous donner votre avis, vos remarques ou nous remonter une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Via
hydrogeninsight.com
Source
stadlerrail.com

Marc Odilon

J'ai rejoint Neozone en 2020. Avant de me lancer dans la rédaction web en 2014, j'ai suivi des études universitaires en gestion d'entreprise et en commerce international. Mon baccalauréat technique en mécanique industrielle m'a permis de me familiariser avec l'univers de la tech. Installateur de panneaux solaires et électronicien autodidacte, je vous fais découvrir tous les jours les principales actualités des nouvelles technologies. Curieux de nature et grand amoureux du web, je suis un rédacteur polyvalent et ma plume n'a pas de limites. Quand je ne travaille pas, je fais du jogging !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page