Innovation

Cette entreprise veut tirer un trait sur la crise du logement en imprimant des maisons en terre !

En 2050, nous approcherons les 10 milliards d'habitants et il faudra loger tout le monde ! La maison en terre, écologique, rapide et peu chère pourrait s'imposer comme une alternative durable à la pénurie de logement !

Après le règne des tiny-houses, des maisons en A ou des containers réhabilités en habitation, viendra peut-être celui des maisons en terre. Directement inspirées du monde animalier et plus particulièrement de la guêpe maçonne, la maison en terre imaginée pour WASP, une société italienne pourrait offrir une alternative à la pénurie de logement.

Selon les chiffres publiés par l’ONU, en 2050, nous devrions atteindre les 9.8 milliards d’habitants sur Terre et plus de 11 milliards en 2100 ! Et il va bien falloir tous les loger ! Malgré quelques solutions alternatives comme les villages de Tiny-House de Lyon, le manque de logement sera inévitable. Sauf si ces maisons en terre, imprimées en 3D permettent des constructions durables, écologiques et rapides… Présentation.

Une maison en Terre, écologique

La guêpe maçonne serait donc à l’origine de ce procédé original. Baptisée TECLA et imprimée en 3D, la terre devient porteuse grâce à sa forme de « nid retourné ». WASP explique : Nous avons poussé à l’extrême les possibilités techniques d’un matériau humble comme la terre. Cette forme démontre les limites maximales que nous nous sommes parvenus à atteindre avec la technologie.

Pour ce type de construction, les seules limites imposées sont celles de la matière, donc de la Terre. Les constructeurs doivent s’adapter au matériau et non l’inverse. C’est la raison pour laquelle, il ne sera jamais possible de construire des tours de plusieurs étages, mais uniquement des maisons individuelles. En élargissant les murs et en rendant les constructions plus basses, l’isolation thermique n’en sera que meilleure selon les constructeurs. La Terre est un matériau disponible à bas prix, ce qui permet de construire rapidement et écologiquement !

Soucoupe Volante : une magnifique maison futuro transformée en gîte pour la nuit

Vivre dans une maison en terre vraiment ?

Les constructeurs de ce nouvel habitat affirment que la vie y est tout à fait possible. Et qu’elle y est même très confortable… La Terre implique une qualité de l’air parfaite, une hygrométrie et une température constante. La construction de ce type de maison prend entre une journée et trois mois, ce qui laisse rêveur lorsque l’on connaît les délais de construction d’une maison traditionnelle (12 mois environ)

Cette entreprise veut tirer un trait sur la crise du logement en imprimant des maison en terre !
Crédit photo : WASP (capture d’écran YouTube)

Pourquoi une impression 3D ?

WASP a conçu une imprimante 3D baptisée « Crane », grue en anglais. Ils ont imaginé une grue classique sur laquelle se greffe une imprimante 3D d’une extrême précision. L’imprimante est capable de déposer la matière au gramme et au millimètre près. “Notre approche est née de la prise de conscience que, dans les trente prochaines années, il faudra des nouvelles maisons pour environ trois milliards de personnes. Ces milliards de personnes vont avoir besoin d’une maison à bas coût et à bas impact environnemental.” explique le le fondateur de WASP, Massimo Moretti dans les colonnes du L’obs.

Cette entreprise veut tirer un trait sur la crise du logement en imprimant des maison en terre !
Crédit photo : WASP (capture d’écran YouTube)

 

Une technologie moderne pour des maisons qui ont finalement toujours existé car dans le domaine de la “construction, c’est une technique ancienne et courante en Amériques et au Moyen-Orient. Les plus anciennes ruines structurelles connues en pisé datent de 8300 avant JC !” explique le site d’architecture urbandesign. ” À l’époque, les briques étaient un mélange d’argile, de terre, de sable, d’eau et parfois de paille.” 

Une construction écologique et durable

Selon WASP, dans les prochaines années, il faudra ajouter des logements pour 3 milliards de personnes ! Mais la tendance actuelle des maisons à bas coûts devrait aussi se généraliser. Impliquant des constructions moins couteuses en argent et en temps. Qui plus est, les maisons traditionnelles sont sources de pollution. Par exemple, Si on se réfère aux chiffres clés du climat publié par le site developpement-durable.gouv, en France, “la production d’une tonne d’acier émet en moyenne environ 1,2 t CO2, celle d’une tonne de ciment environ 0,62 t CO2 et celle d’une tonne de verre 0,65 t CO2

Une entreprise de maçonnerie invente une machine pour recycler les briques de construction

Ce qui ne sera pas le cas avec une maison TECLA en terre, donc écologique et ne demandant ni utilisation de ciment, de colles ou même d’échafaudage. En prélevant la matière à la source, les coûts de transports et donc de la pollution liée à ce transport sont réduits à néant ou presque. Alors la maison en terre, future star des nouveaux acheteurs ? A votre avis ?

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page