On sait que déjà que certaines innovations ont été découvertes par hasard ou par erreur. C’est le cas pour cette batterie révolutionnaire qui durerait 400 ans !

Il ne tient parfois qu’à un fil pour faire une découverte révolutionnaire ! Et lors que vous transmettrez votre héritage à vos enfants, il se pourrait que votre smartphone (ou plutôt sa batterie) puisse désormais faire partie du leg ! Une étudiante a en effet découvert « par accident » une batterie rechargeable qui pourrait tenir 400 ans !!!

A l’heure actuelle, certains modèles de smartphone nécessitent jusqu’à 3 rechargements par jour et obligent leurs propriétaires à transporter une batterie externe et à se brancher à une prise dès que l’occasion se présente. En extrapolant sur cette découverte, on imagine déjà des batteries de voiture inusables et des véhicules électriques increvables !


A lire également : Inventée par des ingénieurs Coréens, cette batterie transforme la pollution en électricité


En préparant son doctorat en nanotechnologie, Mya Le Thai, une étudiante d’Irvine en Caifornie analysait les propriétés des nanofils d’or qui servent à la recharge des batteries et sont données actuellement pour 5000 cycles de charge environ.

A LIRE AUSSI SUR NEOZONE :
Une startup Suisse aurait développé une batterie de voiture électrique affichant 1000 km d'autonomie

L'article continue apres l'annonce

Ces nanofils d’or, des milliers de fois plus fins qu’un cheveu sont pourtant responsables de la charge, des chercheurs essaient depuis longtemps d’augmenter leurs surfaces pour augmenter la capacité mais la trouvaille de Mya Le Thai réside en un gel électrolytique dont seraient revêtus les fils d’or.

Et il semblerait que ce gel électrolytique permette aux nanofils d’or d’augmenter leur durée de vie considérablement. Et ses tests sont plutôt hallucinants : elle a créé un circuit qui a permis 200 000 cycles de charges sur 3 mois… Ce qui donne une durée de vie de ce système de 400 ans ramené à une utilisation normale.

Il faudra sans doute encore quelques années de recherche pour que ces batteries soient commercialisées, mais la trouvaille accidentelle de l’étudiante pourrait bien lui ouvrir un pont d’or et pas fait de nanofils… Révolutionnaire et prometteuse, peut-être pourrions-nous bientôt oublier ce qu’est l’obsolescence programmée de nos batteries ?C

Selon les informations du site epochtimes.fr