Innovation

Drocatex, l’invention d’un robot d’échenillage autonome qui détruit les nids de chenilles processionnaires

Les chenilles processionnaires sont classées nuisibles depuis l'année dernière… Un ingénieur invente un « drone scie » pour lutter contre ces envahisseuses !

Depuis quelques semaines déjà, elles sont revenues, se déplaçant en procession, comme si elles se rendaient à une cérémonie ! Elles, ce sont les chenilles processionnaires du pin, des animaux classés comme nuisibles depuis le 27 avril 2022. Ces bestioles poilues représentent un danger pour les humains, car leurs poils sont très urticants et peuvent provoquer des allergies. Elles sont aussi nuisibles pour les pins qu’elles envahissent parce qu’elles dévorent leurs aiguilles. Enfin, elles présentent un risque mortel pour les chiens ou les chats tentés de les renifler, voire de les dévorer… Destructrices de végétation, mais également de toitures, portails ou infrastructures, elles ne sont pas les bienvenues, et comme pour le frelon asiatique, mais pour des raisons différentes, il faut absolument lutter contre leur prolifération. Découvrez à ce propos l’invention de Jacques Ravanat, le Drocatex.

Le Drocatex, qu’est-ce que c’est ?

Le Drocatex, inventé et breveté (WO2020193904A1) par l’ingénieur, est une solution novatrice pour lutter contre les chenilles processionnaires. Ce dispositif révolutionnaire consiste en une scie montée sur un drone. Sa conception astucieuse permet son utilisation par différents professionnels, tels que les pilotes de drones ou les employés d’entreprises de jardinage. Son fonctionnement est extrêmement simple : il suffit de placer le drone devant l’arbre infesté, de le positionner au niveau du nid, puis d’appuyer sur un bouton.

Un drone autonome qui coupe les branche ou sont logées les chenilles processionnaires.
Un drone autonome qui coupe les branches ou sont logées les chenilles processionnaires. Crédit photo : Jacques Ravanat / Drocatex

La scie du Drocatex se met alors en action, coupant efficacement la branche porteuse du nid. Une fois la branche détachée, il ne reste plus qu’à éliminer le nid en le brûlant, assurant ainsi la destruction des chenilles. L’autonomie impressionnante de cette machine permet de réussir cette opération de manière rapide et efficace, proposant une solution pratique et efficace pour contrôler la prolifération des chenilles processionnaires. Après avoir conçu un prototype avec une imprimante 3D avec la Fablab La Casemat, l’inventeur ne souhaite pas exploiter son brevet. Jacques Ravanat recherche un partenaire ou des investisseurs pour industrialiser et commercialiser son invention. Plus d’informations : Jacques Ravanat (YouTube) – robot-master@drocatex.com

Pourquoi la chenille processionnaire est-elle dangereuse ?

Dans un rapport publié en 2023, l’ANSES rappelle les risques liés à la chenille processionnaire du pin. Elles sont particulièrement dangereuses en raison de leurs poils urticants qui contiennent une substance toxique appelée thaumétopoéine. Ces poils sont libérés facilement et peuvent se disperser dans l’air, ce qui peut entraîner des réactions allergiques et des irritations cutanées chez les humains et les animaux. Pour les humains, le contact direct avec les poils urticants provoque des réactions allergiques telles que des éruptions cutanées, des démangeaisons, des rougeurs et des gonflements.

Le drone Drocatex.
Le drone Drocatex. Crédit photo : Jacques Ravanat / Drocatex

En cas d’inhalation des poils, des symptômes tels que des troubles respiratoires, des maux de gorge, des difficultés à respirer et des irritations des yeux peuvent survenir. Chez certaines personnes sensibles, les réactions peuvent être plus sévères et nécessiter un traitement médical. Pour les animaux domestiques, elles sont également très dangereuses et provoquent potentiellement des irritations cutanées, des gonflements, des problèmes respiratoires, une salivation excessive et des vomissements. Dans certains cas, et après ingestion ou mise à la bouche, cela peut provoquer un œdème qui mène potentiellement jusqu’à l’étouffement, et donc à la mort.

Comment reconnaître les chenilles processionnaires ?

Les chenilles processionnaires sont connues pour leur étrange habitude à se déplacer à la queue leu-leu, formant parfois des serpentins assez impressionnants. Quant à leur aspect « physique », les chenilles processionnaires du pin ont une coloration brun orangé, tandis que celles du chêne ont une teinte grise argentée.  Durant leur développement, ces chenilles construisent des nids de soies dans les arbres qu’elles colonisent, sortant la nuit pour se nourrir des feuilles. Les nids forment alors de « grosses gouttes » translucides, et pendent d’un chêne ou d’un pin, leurs arbres préférés. Si vous découvrez un nid, il faut absolument contacter un professionnel pour le détruire ou prévenir la mairie, si celui-ci se trouve dans l’espace public. Les autorités locales sont dans l’obligation de détruire tout nid de chenilles processionnaires.


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Echosciences-grenoble.frAnses.fr

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page