Innovation

Une entreprise veut faire pousser de la viande artificielle avec de l’orge génétiquement modifié

Mardi 12 octobre 2021, BBC a rapporté que des chercheurs islandais sont actuellement en train de cultiver une plante dont les graines pourraient être utilisées pour créer de la viande artificielle. Plus précisément, de la viande cultivée en laboratoire.

Une entreprise dénommée ORF Genetics fait cultiver plus de 100 000 plants d’orge génétiquement modifiés dans une serre de plus de 2.043 mètres carrés. Apparemment, l’orge modifié est récolté et purifié pour extraire ce que les chercheurs appellent « les protéines du facteur croissance ». Ces protéines seront ensuite utilisées pour produire de la viande en laboratoire.

Si cet objectif peut nous paraître loufoque et peut-être même contre nature, les chercheurs islandais à l’origine de ce projet affirment néanmoins que la viande cultivée en laboratoire est une option plus viable et environnementale par rapport à la viande traditionnelle, ce que réfute un rapport récent de l’ONU.

ORF Genetics veut cultiver de la viande en laboratoire

En 2010, ORF a lancé un produit de soin de la peau en utilisant les facteurs de croissance. En effet, les facteurs de croissance extraits des graines d’orge joueraient un rôle important dans le maintien des cellules souches.

Grâce à ces graines d’orge génétiquement modifiées, l’entreprise ORF compte désormais entrer sur le marché de la culture de la viande cellulaire. Il semblerait que ces facteurs de croissance stimulent la croissance des tissus qui composent les viandes, notamment les muscles et les cellules graisseuses.

L'élevage animal intensif émet plus de gaz à effet de serre que l'ensemble des transports de la planète

La viande cultivée pourrait résoudre les problèmes de famine

Les chercheurs affirment ainsi que la viande cultivée en laboratoire présenterait de nombreux avantages et permettraient d’éradiquer la faim dans le monde. Arna Runardsdottir, la directrice de la technologie des protéines d’ORF Genetics a effectivement souligné le problème de la faim dans le monde ainsi que l’augmentation de la population mondiale.

Culture de plus de 100 000 plan d'orge génétiquement modifiés.
Culture de plus de 100 000 plan d’orge génétiquement modifiés. Crédit photo : Capture d’écran vidéo YouTube / ORF Génétique

Elle a déclaré à la BBC que « la population augmente et nous devons nourrir tout le monde. Nous n’avons pas à tuer tous ces animaux, nous devons simplement leur prélever la cellule souche ».

Le premier burger fait avec de la viande cultivée date de 2013

Apparemment, les facteurs de croissance de l’ORF sont déjà utilisés par plusieurs entreprises fabriquant des produits carnés cultivés en laboratoire. Les produits carnés étant des produits composés principalement de viande, comme les charcuteries.

En tout cas, plusieurs scientifiques sont convaincus par les avantages que pourrait nous apporter la viande cultivée. En effet, en 2013, un professeur de l’université de Maastricht, Mark Post, a présenté le premier burger de viande cultivée. A noter que l’idée de consommer de la viande sans avoir à exploiter des animaux a fait de nombreux adeptes chez les défenseurs des animaux.

Le cancer colorectal serait favorisé par une consommation excessive de viande rouge

Néanmoins, même si les partisans de la « viande propre » sont nombreux, la production à grande échelle de la viande cultivée soulèverait quand même certaines craintes quant à son impact environnement réel.

Plusieurs obstacles restent à surmonter

La première comparaison scientifique fut réalisée en 2011 entre la viande conventionnelle et la viande cultivée. Comparée à la viande conventionnelle, la viande cultivée permettrait une réduction de gaz à effet de serre de 78 à 96% et nécessiterait 7 à 45% d’énergie ainsi que 82 à 96% d’eau en moins.

Cependant, des études plus récentes sont venues remettre en doute ces précédents résultats. En effet, contrairement aux animaux, les cultures cellulaires ne disposeraient pas d’un système immunitaire qui les protègent des infections. Il faudrait ainsi que les cultures soient réalisées dans des conditions de haute stérilité afin d’éviter les contaminations.

Par ailleurs, le développement des cultures cellulaires dans des « salles blanches » très contrôlées et aseptisées multiplierait la pollution par les plastiques étant donné que la stérilité de ces salles est le plus souvent garantie par l’utilisation de matériel en plastique à usage unique.

Source
Futurism

Arielle Lovasoa

Je me retrouve dans les mots de Françoise Giroud dans Lou: Histoire d'une femme libre: "C'est une fille irréductible qui n'en fait et n'en fera jamais qu'à sa tête, non pas par caprice mais par nature". A cela, j'ajouterai le sage conseil de Confucius, mon leitmotiv: "Si tu veux profiter de ta vie, apprends à profiter de ta simple journée"

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page