Innovation

Faut-il remplacer les panneaux solaires de toit par des panneaux à hydrogène ?

L’hydrogène, le plus petit et le plus léger élément chimique qui existe, est capable de transporter de l’énergie. Des scientifiques belges ont exploité cette propriété afin de produire de l’électricité et de la chaleur grâce à des panneaux à hydrogène installés sur le toit.

La technologie développée par les bio-ingénieurs Jan Rongé et Tom Bosserez du KU Leuven permet d’extraire l’hydrogène vert de l’air grâce à des panneaux à hydrogène. Après des tests effectués sur plusieurs prototypes, ils sont enfin arrivés à l’étape de la production industrielle et espèrent que les panneaux pourront être installés sur les toits des habitations d’ici à 2030. D’après Rongé, l’hydrogène produit pourra être utilisé pour différentes applications telles que le transport lourd, l’industrie ou encore la production d’énergie à l’aide de groupes électrogènes de secours. On peut aussi l’utiliser pour générer de la chaleur.

De l’énergie propre sans impact environnemental

Rongé et Bosserez travaillent sur le développement d’un panneau à hydrogène qui peut fournir de l’énergie propre depuis 2011. Le dispositif fonctionne en transformant directement l’humidité de l’air en hydrogène. L’avantage avec cette technologie, c’est que l’utilisation de l’hydrogène comme source d’énergie ne produit pas de gaz à effet de serre ni de substances toxiques.

Le fonctionnement du panneau à hydrogène

Lorsque le panneau est installé sur le toit, il capte simultanément l’air ambiant et l’énergie du soleil. Ensuite, l’énergie du soleil va diviser les molécules d’eau qui se trouvent dans la vapeur d’eau de l’air ambiant en hydrogène et en oxygène. Grâce à un compresseur, l’hydrogène peut être stocké sous pression ou transporté par des canalisations afin d’être utilisé dans différentes sortes d’applications. Quant à l’oxygène gazeux, il est simplement relâché dans l’air.

Une technologie révolutionnaire qui transforme la vapeur d'eau en H2.
Une technologie révolutionnaire qui transforme la vapeur d’eau en H2. Crédit photo : Comate

La commercialisation

Les deux scientifiques belges ont bénéficié du soutien de l’entreprise Comate, basée à Louvain, pour faire de leur prototype un produit commercialisable. Dénommé « The Solhyd Project », leur projet deviendra d’ailleurs une entreprise dérivée de la KU Leuven. Le directeur de Comate, Sander Van den Dries, a déclaré qu’ils étaient très satisfaits d’avoir pu transformer un résultat de recherche comme celui-ci en un produit commercialisable. Selon ses dires, on ne peut vraiment parler d’innovation que lorsqu’il y a production, vente et utilisation. Selon Rongé, cette collaboration leur permettra de produire des panneaux en gros volumes et de les distribuer à travers le monde. Ils prévoient de commencer à installer les dispositifs sur les toits des maisons à partir de 2030.

Les limites du processus

Même si l’hydrogène se trouve en quantité inépuisable sur notre planète, il ne se trouve jamais sous forme pure dans la nature. En effet, les atomes d’hydrogène sont toujours accrochés à d’autres atomes comme l’oxygène. C’est la raison pour laquelle il faut d’abord isoler les atomes pour obtenir du H₂, un gaz invisible, inodore, extrêmement léger et pouvant disparaître très rapidement. Comme la majorité des carburants, il est hautement inflammable. De ce fait, le processus peut présenter des risques élevés, en particulier si on manipule l’hydrogène dans des espaces clos. Des experts dans le domaine s’interrogent également sur certains points concernant le système.

Des panneaux de toit pour chauffer les maisons et fournir de l'électricité.
Des panneaux de toit pour chauffer les maisons et fournir de l’électricité. Crédit photo : Comate

Il y a entre autres la grosse perte d’énergie lorsque l’hydrogène et l’oxygène se séparent, la question du système de stockage, celle du transport ou encore la possibilité de recombiner l’hydrogène avec l’oxygène. Quant au prix, comme pour toute technologie innovante, les panneaux à hydrogène seront probablement proposés à des prix élevés au début. Cependant, les auteurs du projet pensent que le prix d’un panneau à hydrogène sera proche de celui d’un panneau solaire dans quelques années.

Source
brusselstimes.com

Lydie RABE

J'aime lire, m'informer et surtout partager les connaissances que j'ai acquises

5 commentaires

  1. Les deux seront complémentaires.
    Il me semble sauf erreur que l’énergie produite par les panneaux photovoltaïques du système ne servent qu’à produire l’hydrogène.

    En conséquence il y a besoin de panneaux photovoltaïques pour produire l’électricité ( avec stockage sur batterie pour la nuit).

    L’hydrogène stocké étant réservé pour le chauffage l’hiver , et alimenter un groupe électrogène l’ors de période sans soleil.

  2. C’est un concours de stupidités ?
    Chez moi j’ai besoin d’électricité pas d’hydrogène. Alors si je produis trop en journée je stock sur batterie pour la nuit. Je n’ai as besoin d’une usine à gaz d’hydrogène ou autre gaz !

  3. Si vous pouviez eviter d ecrire des aneries. L hydrogene est un gaz a effet de serre. Il ne produit pas d.e gaz a effet de serre si il est ” brule” mais ,en cas de fuite, ce n est pas la meme chose. Or c est la plus petite des molecules, d ou la difficulte pour ne pas avoir de fuite

  4. L’avantage de l’hydrogène est de pouvoir le stocker l’énergie dans une cuve enterrée au jardin,
    Comme les cuve de gaz propane.
    La production d’été peu etre utilisé en hiver pour se chauffer.
    L’autre avantage avec une pile à combustible, on produits de l’électricité.

    La grosse différence avec les panneaux photovoltaïques, c’est que la cuve coutera moins cher qu’une batterie avec une capacité de stockage d’un an ou plus. Là où la batterie ne propose que 1 à 2 jour, avec une durée de vie de 5 à 10ans.
    Niveau sécurit, je préfère une cuve au jardin, que du lithium dans ma maison. Les deux sont inflammable, mais le lithium l’est au contact de l’air.

    Avec ce système on peut etre autonome en chaleur, électricité et carburant si tant est qu’on ai la surface pour produire et stocker l’hydrogène.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page