Innovation

Hydrogène : le chauffage à pile à combustible, une invention pour produire de la chaleur et de l’électricité

Une entreprise allemande lance un système de chauffage innovant à pile à combustible. Celui-ci sert à la fois au chauffage de l’air, de l’eau et à produire de l’électricité.

La pile à combustible est connue pour ses capacités à produire simultanément de la chaleur et de l’électricité. Ainsi, un système de chauffage fondé sur un tel dispositif est en mesure de générer de la chaleur et de l’eau chaude, mais également de l’électricité pour alimenter divers appareils électriques. Alors que les autres technologies de chauffage fonctionnent au moyen d’une combustion, le concept du chauffage à pile à combustible repose sur un processus chimique où l’hydrogène est divisé en ses éléments constitutifs.

Décentraliser l’alimentation en énergie

L’entreprise allemande Vaillant travaille actuellement dans le développement de ce qui sera visiblement l’un des premiers systèmes de chauffage à pile à combustible de l’histoire. L’appareil, ayant déjà été dévoilé au Salon 2014 SHK, est actuellement fabriqué en petit lot à l’usine de Remscheid. Il est principalement conçu pour une utilisation dans les maisons individuelles. Selon Marc Andree Groos, directeur général de l’entreprise, « le système de chauffage à pile à combustible de Vaillant mène vers la décentralisation de l’alimentation en énergie. Il contribue à la transition énergétique en Europe. C’est pourquoi l’installation est soutenue par l’UE et par de nombreuses entreprises de production énergétique ».

La technologie de combustion développée par Vaillant ioniDETECT permet une combustion avec 20 % d’hydrogène dans le réseau de gaz.
La technologie de combustion développée par Vaillant ioniDETECT permet une combustion avec 20 % d’hydrogène dans le réseau de gaz. Crédit photo : Capture d’écran vidéo (YouTube)

Essais concluants sur les sites Callux et ene.field

Pour préparer la commercialisation, des essais sur sites ont été menés. Ceux-ci consistaient à installer l’appareil dans des maisons spécialement sélectionnées pour vérifier sa capacité à endurer une utilisation quotidienne. L’essai sur le site « Callux » en Allemagne a été initié par le Programme national d’innovation pour les technologies de l’hydrogène et des piles à combustible. 120 unités y ont été installées. « Les résultats sont très bons. Le taux d’erreur, bien en dessous de 5 %, est excellent pour un essai sur site. La satisfaction des utilisateurs, conformément à une étude de la société GfK spécialisée dans les études de consommation, est inhabituellement élevée » a déclaré Alexander Dauensteiner, ancien chef de projet chez Vaillant. Concernant les tests réalisés sur le site « ene.field », Vaillant est l’une des entreprises à avoir eu le privilège de déployer environ 140 de ses unités de chauffage dans cet endroit.

Une technologie performante et écologique

Grâce à ces différentes évaluations dans des conditions réelles, Vaillant a pu démontrer que son système de chauffage est une solution de chauffage écologique et performant. Sur ce point, Dauensteiner, a déclaré : « la technologie à pile à combustible est très prometteuse. Elle renferme un grand potentiel. » Les piles à combustible contiennent du dioxyde de carbone et de l’hydrogène. Une fois libéré, ce dernier entre en interaction avec l’oxygène dans l’air ambiant pour produire de la chaleur et de l’électricité. Cette solution de chauffage dernier cri procurerait un rendement d’approximativement 50 % plus élevé que celui des appareils de condensation les plus efficaces actuellement tout en émettant jusqu’à 30 % de gaz à effet de serre en moins. Mieux encore, aucune perte n’a été constatée quand il s’agissait de produire de l’électricité. « Il s’agit de la technologie la plus performante de chauffage au gaz », a encore souligné Dauensteiner. Son poids représente environ un quart de celui de la plupart des systèmes existants. Son efficacité électrique est quant à elle supérieure à plus de 30 % par rapport à celle des solutions concurrentes, et ce, pour un coût de fabrication de près de 50 % en moins. Plus d’informations : vaillant.fr

Source
vaillant.fr

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

7 commentaires

  1. Système élaboré par les japonais après l’accident de fukushima pour limiter lenucléaire la solution d’une énergie produisant de l’électricité et de la chaleur était envisagée, cela a sûrement attiré les allemands grands consommateurs de gaz, mais actuellement avec le contexte géopolitique ce système n’est pas à présenter comme leader.

  2. Merci d’etudier un peu la science avant de faire de la pub mensongère en la faisant passer pour de l’information.
    De l’H2 directement dans une chaudière produira davantage de chaleur, mais pas d’électricité (faut savoir ce qu’on veut).
    L’électricité produite est forcément autant de chaleur en moins, les lois de la physique sont inviolables.
    Après, si on utilise l’électricité produite pour alimenter une pompe à chaleur, alors là on peut dépasser le rendement de 100% en termes de production de chauffage. Mais encore faut-il ajouter la pompe à chaleur: la chaudière à pile à combustible seule ne peut pas avoir un meilleur rendement que n’importe quelle autre bonne chaudière, et produira toujours moins de chaleur tant qu’elle produit de l’électricité.
    Maintenant si on regarde le combustible, l’H2, c’est tout simplement le plus mauvais choix qu’on puisse imaginer.
    Si on le produit à partir d’électricité, on perd plus de la moitié de l’énergie. Ensuite il coûte encore de l’énergie pour son stockage. Alors qu’avec l’électricité de la centrale, on peut alimenter directement une pompe à chaleur qui, seule, a un meilleur rendement que l’usine à gaz vendue ici.
    J’ose espérer qu’on ne parle pas de transporter l’hydrogène comme un moyen de transporter l’électricité de la centrale.
    Donc on produit l’H2 à partir d’un combustible fossile, et ça sera toujours moins bon que de mettre directement le combustible fossile dans la chaudière (ou dans un moteur thermique alimentant une pompe à chaleur).

    En gros, les Shadoks sont plus efficaces que le produit présenté ici.
    Et puis ça signifie quoi, l’Hydrogène divisé chimiquement en ses éléments constitutifs? Si on en reste à la chimie et non aux réactions nucléaires, le seul élément constitutif de l’hydrogène est l’hydrogène.

  3. Je lis …Cette solution de chauffage dernier cri procurerait un rendement d’approximativement 50 % plus élevé que celui des appareils de condensation les plus efficaces actuellement tout en émettant jusqu’à 30 % de gaz à effet de serre en moins. Mieux encore, aucune perte n’a été constatée quand il s’agissait de produire de l’électricité.
    On sait que les appareils à condensations ont un rendement légerement plus haut que le 100% dû à la récupération de la chaleur donc écrire que votre machine fait 50% de mieux?
    Si l hydrogène est brulé il rejette uniquement de la vapeur d’eau ( H2O) si votre machine rejette du gaz c’est qu’il y a aussi un autre gaz à effet de serre
    Les pertes éléctriques sont à ce jour toujours réelles, si votre machine n’a pas de perte, peut être avec des conducteurs sans pertes ou la supraconductivité est insérée dans votre machine, je doute.
    Restons réaliste, la production d’hydrogène coûte plus cher qu’une autre source de chaleur, le bon choix se fera lorsque les coûts de production de l hydrogène vert seront compétitifs.

  4. La vidéo montre une combustion boostée à l’hydrogène. Je ne vois pas de pile à combustible ? Idem pour la photo qui montre un brûleur.
    Bizarre cet article…

  5. L’indication du rendement supérieur à 100% souvent employée par les constructeurs est regrettable, car elle peut faire croire qu’il est physiquement possible d’avoir un rendement supérieur à 1.
    Cet abus de langage est dû à la tradition ancienne d’exprimer le pouvoir calorifique d’un combustible en posant qu’on ne condensera pas la vapeur d’eau. On appelle ça le Pouvoir Calorifique Inférieur (PCI). Dans ces conditions, si on condense la vapeur, on peut effectivement dépasser 100%, mais c’est une absurdité. Si on se base maintenant sur le Pouvoir Calorifique Supérieur (PCS) qui définit TOUTE la chaleur que peut fournir un combustible, la le rendement redevient inférieur à 100% et les lois de la physique ne sont pas violées.

  6. N’importe quoi !
    On voit simplement un brûleur à gaz !
    Une pile à combustible c’est pas ça.
    Par ailleurs faut arrêter de délirer avec cet hydrogène que l’on est industriellement incapable de produire à un coût bas actuellement.

  7. En réponse Cf l’incapacité de produire de H² à bas coût actuellement: erreur, impossible en grande quantité serait plus correct. Utiliser les capacités perdues des éoliennes en est un bon exemple (le stockage de l’électricité est complexe et de faible rendement)…. la nuit, une partie de l’électricité produite n’est pas utilisée, rentabiliser cette capacité pour la transformation et la fabrication H² peut donc, de fait, fournir un H² à bas coût… ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres… solution avancée par un ingénieur de chez Total il y a… quelques années déjà… on y arrive enfin. A côté de ceci s’ajoute les avancées technologiques permanentes, les futures baisses de coûts avec la production en série des composants permettant mécaniquement la baisse des coûts de production, … on en est qu’au début du renouveau de la longue l’histoire du H².

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page