Frelon Asiatique : comment le reconnaître et signaler sa présence ?

Découvrez l'histoire intrigante de l'arrivée du frelon asiatique en France, apprenez à le différencier de son homologue européen, et soyez prêt à agir en cas de suspicion ou de découverte d'un nid.

Le frelon asiatique est de retour plus tôt que prévu cette année… Et, malheureusement pour nos abeilles, c’est une très mauvaise nouvelle. Ces frelons asiatiques représentent une menace constante pour les abeilles, et surtout pour les petits ruchers, selon l’UNAF (Union Nationale des Apiculteurs Français). Cet insecte est bien reconnu comme un nuisible depuis 2012, néanmoins aucune campagne nationale de lutte n’existe encore. La lutte est inégale, car nous savons désormais que les frelons asiatiques sont trop nombreux pour être éradiqués de notre pays. Pourtant, il faudrait aider les apiculteurs dans cette lutte, en posant des pièges dans nos jardins. Mais, pour cela, encore faut-il pouvoir différencier le frelon asiatique du frelon européen, qui lui est indispensable à la biodiversité, et ne menace pas les abeilles. Alors, comment le reconnaître ? Comment est-il arrivé en France ? Et, que faire en cas de découverte d’un nid, ou d’une colonie ? On vous explique tout en détail.

Comment le frelon asiatique est-il arrivé en France ?

Jusqu’en 2004, le frelon asiatique existait donc, en Asie, son continent d’origine, où les abeilles ont développé des moyens de défense. Mais, nos petites abeilles européennes, elles, ne connaissaient pas cet ennemi. En 2004, une poterie chinoise livrée dans le Lot-et-Garonne semble être le point de départ de la prolifération de frelons asiatiques en Europe. Une ou plusieurs reines fécondées, seraient arrivées, par erreur, cachées au fond de cette poterie, puis libérées sur le territoire français. En 20 ans, et c’est un triste anniversaire, les frelons asiatiques ont déferlé sur tout le pays, et commencent à investir la Belgique, et la Suisse.

Le frelon asiatique est une menace pour nos abeilles.
Le frelon asiatique est une menace pour nos abeilles. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Comment différencier le frelon asiatique du frelon européen ?

Entrons dans le vif du sujet pour savoir comment reconnaître un frelon asiatique, car il ne faut pas le confondre avec le frelon européen. Voici les caractéristiques visuelles du frelon asiatique ou vespa velutina nigritorax. Le nom scientifique du frelon asiatique donne une première indication : nigritorax, donc thorax noir. En effet, le frelon asiatique possède un thorax à dominance noire, et orangée, alors que le frelon européen (vespa crabo) donne plutôt dans les striures jaunes et noires. Le principal élément qui validera le fait que ce soit un frelon asiatique, ce sont les pattes… Chez le frelon asiatique, le bout des pattes est jaune, et sont parallèles à son abdomen lorsqu’il est posé.

Tandis que celles du frelon européen sont noires et positionnées en arc de cercle autour de son abdomen. Enfin, c’est aussi une question de taille ! Le frelon asiatique est plus petit (17 à 32 mm) que le frelon européen (25 à 35 mm pour les reines), et il vole beaucoup plus vite, notamment lors de vols stationnaires. Un frelon européen aura un bourdonnement sourd, quand celui du frelon asiatique sera plus aigu et plus rapide. Vous avez un doute ? Le Muséum d’Histoire Naturelle de Paris a mis en ligne, un guide d’identification du frelon asiatique, qui peut être très utile.

Un frelon asiatique, une espèce nuisible introduite en France en 2004 par mégarde.
Un frelon asiatique, une espèce nuisible introduite en France en 2004 par mégarde. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Que faire si vous suspectez la présence de frelons asiatiques ?

Outre le danger qu’il représente pour les abeilles, le frelon asiatique peut aussi se révéler dangereux pour l’homme. La piqûre du frelon asiatique est semblable à celle d’une guêpe, ou d’un frelon européen en termes de douleur. Une seule piqûre ne représente donc pas de danger imminent sauf pour les personnes allergiques. En revanche, les frelons asiatiques ont la fâcheuse tendance à attaquer en colonies s’ils se sentent menacés. Et, là, le danger est réel, on enregistre plusieurs dizaines de décès par an, à cause d’attaques de frelons asiatiques !

Un frelon européen à gauche et un frelon asiatique à droite.
Un frelon européen à gauche et un frelon asiatique à droite. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Dans les faits, si vous détectez un nid « occupé », ne vous en approchez pas à moins de 10 mètres. Prévenez la mairie, si celui-ci se trouve sur l’espace public, le propriétaire s’il se trouve dans un espace privé. Et, si le nid se situe chez vous, faites appel à un professionnel pour le faire enlever. Enfin, signalez sa présence sur le site « Le Frelon » ou sur celui du Muséum d’Histoire Naturelle, qui suivent la progression du frelon asiatique afin de mieux organiser la lutte. Comment pensez-vous aider les apiculteurs à lutter contre les frelons asiatiques ? Donnez-nous votre avis, ou partagez avec nous, votre expérience. Merci de nous signaler toute erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Rtbf.beFrelonasiatique.mnhn.fr

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page