Innovation

Ils inventent un appareil d’aquaculture pour aider les petits pisciculteurs à augmenter leur rendement aquacole

La mauvaise qualité de l'eau met en danger l'économie de la pisciculture indonésienne. Avec Banoo, les petits exploitants pourraient avoir accès à une innovation qui va leur changer la vie !

Fajar Sidik et Abdullah Kelana de la KTH Institut Royal de Technologie de Suède inventent Banoo, une technologie aquacole abordable et intégrée qui aide les petits aquaculteurs à augmenter leur rendement. Mais également à promouvoir l’aquaculture durable et à résoudre les problèmes de qualité de l’eau. Pour créer leur invention, ils se sont inspirés d’un pauvre et petit pisciculteur de Yogyakarta, en Indonésie, nommé Pak Sadi. Lors d’un entretien avec ce pisciculteur, ils ont identifié le problème crucial qui concerne toute la profession : la dégradation de la qualité de l’eau due à des pratiques aquacoles non durables. Cette dégradation entraîne une augmentation de la quantité d’ammoniac et une diminution de l’oxygène dissous dans l’étang. La conséquence étant que les poissons meurent et appauvrissent encore un peu plus les pisciculteurs qui sont 2.2 millions en Indonésie. Banoo pourrait donc leur assurer un avenir meilleur. Présentation.

Banoo qu’est-ce que c’est exactement ?

Banoo est une technologie aquacole intégrée, composée d’un aérateur à microbulles, d’un capteur IoT de qualité de l’eau et d’une application mobile, qui permet d’augmenter la quantité d’oxygène dissous dans l’eau jusqu’à 10 ppm. Il a été prouvé que le rendement des pisciculteurs pouvait augmenter de 78 % par rapport à d’autres technologies.

Banoo, un aérateur de microbulles, un capteur IoT et une application mobile
Banoo, un aérateur de microbulles, un capteur IoT et une application mobile. Crédit photo : Banoo

Comment fonctionne Banoo ?

Banoo repose sur trois technologies principales : l’aérateur à microbulles, le capteur IoT et l’application mobile. L’aérateur à microbulles est une technologie d’aération capable de produire des bulles de 40 microns dans l’eau et d’augmenter l’oxygène dissous (OD) jusqu’à 10 ppm. Concrètement, lorsque la pompe à eau se met en marche, elle aspire l’eau par le tuyau d’aspiration puis l’évacue par le tuyau de refoulement. La différence de pression créée par le débit de l’eau fait que l’air à l’extérieur, est aspiré dans le tuyau et entre dans la buse. L’air passe alors dans un tuyau poreux qui produit des microbulles et vient oxygéner l’eau. L’aérateur à microbulles est automatisé par un capteur IoT qui recueille les données et informe en temps réel, ce qui permet aux pisciculteurs d’ajuster le débit d’eau si besoin. Le Banoo est aussi automatique: dès que le niveau d’oxygène dans l’eau est trop faible, il se déclenche tout seul, puis s’éteint lorsque le taux est suffisamment élevé.

Pourquoi est-il différent ?

En aquaculture, il existe déjà différents types d’aérateurs comme l’aérateur à roue à aubes, l’aérateur soufflant, l’aérateur à turbojet ou l’aérateur venturi. Les modèles soufflants sont bon marché et assez économes. Cependant, ils ne peuvent augmenter l’oxygène que jusqu’à 3 ppm, et couvrent de petites zones. Les aérateurs à roue à aubes et à venturi ont une zone de couverture plus large, mais ils ne peuvent augmenter l’oxygène dissous que jusqu’à 5 ppm. De plus, ils sont coûteux et très énergivores. Quant aux aérateurs à turbojet, ils permettent d’augmenter l’oxygène de 7 ppm, mais sont beaucoup trop chers pour les petits pisciculteurs. Banoo amplifierait donc l’oxygène dans l’eau de 10 ppm sur une zone de 70 m² environ avec une consommation de 100W seulement. La Banoo 500W couvre potentiellement 500 m² d’étang tout en restant à un prix abordable pour les pisciculteurs. Plus d’informations : banoo.id

Source
Jamesdysonaward.org

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, j'aime parler d'actualités, d'environnement et de ce qui se rapporte aux sciences et à la psychologie. Je suis passionnée par les animaux en général et par tout ce qui touche à leur bien-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page